Transports de l'Ouest lyonnais : le projet de métro E abandonné pour un tramway express semi-enterré

Après l'abandon du projet de téléphérique entre Lyon et l'Ouest lyonnais la semaine dernière, le conseil d'administration de Sytral Mobilités a pris une autre décision majeure ce lundi : abandonner l'idée d'un métro E au profit d'un tramway express semi-enterré. Un mode de transport, selon l'autorité organisatrice des transports, qui serait moins cher et efficient et pourrait voir le jour d'ici 2031. Une décision que l'opposition, attachée au projet de métro, n'a pas manqué de critiquer.

3 mn

(Crédits : DR Sytral)

Ce lundi,le conseil d'administration de Sytral Mobilité, l'autorité organisatrice des transports dans le Grand Lyon, a voté le lancement d'un nouveau projet : un tramway express semi-enterré qui permettrait de relier Lyon à l'Ouest lyonnais.

Une décision qui intervient une semaine après l'abandon du projet de téléphérique entre ces deux zones. Le projet de tram avait alors été évoqué à ce moment, il est désormais concrétisé.

"Pour l'Ouest Lyonnais, nous avons opté pour un Tram Express en partie souterrain. Livrable en seulement 10 ans, 2 fois - coûteux que le projet Métro E et bien plus adapté à la densité de population de cet axe. Il permettra de joindre Alaï [à Tassin, ndlr] - Jean-Macé en 20 min", a déclaré Bruno Bernard, président de la Métropole et de Sytral Mobilité sur Twitter.

Une ligne oui, mais pas de métro

Une consultation publique sur le réseau métro s'est tenue du 21 septembre au 15 décembre 2021. Selon Sytral Mobilités, les grands lyonnais ont ainsi exprimé "l'important besoin de desservir l'ouest dela métropole et un consensus a émergé sur la nécessité d'améliorer les mobilités du corridor de la ligne E." Mais ce n'est pas un métro E qui desservira ce corridor, mais plutôt un tram semi-enterré.

"Cette solution, alliant la performance du métro en tunnel et la finesse de desserte du tramway en surface, sera une première dans la métropole de Lyon et optimise les investissements tout en conservant un haut niveau de qualité de service pour les usagers. Elle permet également plus facilement une évolutivité de la ligne vers Craponne et l'ouest de la métropole", avance Sytral Mobilités.

Ce projet estimé entre 700 et 750 millions d'euros contre 1,5 et 2 milliards d'euros pour le métro. Un tramway de ce type pourrait permettre de transporter entre 45.000 et 60.000 voyageurs par jour.

De Jean-Macé à Perrache, ce tram emprunterait la ligne existante du T2, puis traverserait la Saône via un nouveau pont pour ensuite passer sous terre du 5e à Ménival et revenir en surface jusqu'à Alaï, à Tassin la Demi-Lune. Un prolongement jusqu'à Craponne est aussi envisagé. Ce tram aurait entre six et huit stations et sa sortie de terre est annoncée pour 2031.

Une concertation sera engagée, en 2023, encore sous l'égide de la CNDP (Commission Nationale du Débat Public) pour travailler avec les grands lyonnais sur les tracés, la position des stations et "l'insertion en surface". D'ici-là, des études de faisabilité et préliminaires doivent être menées.

 Des réactions directes

Par voie de communiqué, le maire de Tassin la Demi-Lune, Pascal Charmot, s'est positionné contre ce tram express : "sorti du chapeau de magicien du Président de la Métropole : on fait un demi-métro, pour un demi-budget, et une demi-ligne comparé au projet initial de métro jusque Part-Dieu." Ajoutant qu'un tramway en surface ne ferait que rajouter des bouchons.

Yann Cucherat, du groupe métropolitain Pour Lyon, a quant à lui déploré un "projet pansement", argumentant qu'un métro E aurait transporté "100 000 voyageurs par jour avec un parcours de 8 minutes entre Alaï et Bellecour."

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.