Téléphérique de l'Ouest lyonnais. Ce sondage Ifop commandé par la Ville de Sainte-Foy, qui attaque à nouveau le projet

Depuis son annonce en décembre, le projet de transport par câble de l'Ouest lyonnais (désormais soutenu par une enveloppe annoncée par Jean Castex), cristallise les tensions entre certains élus d'opposition et l'exécutif. Dernière bataille médiatique en date : la mairie de Sainte-Foy-lès-Lyon, commune sur le tracé hypothétique et opposée au téléphérique, vient de commander un sondage Ifop révélant que 77% des interrogés sont opposés à ce projet. Un document publié juste après le vote officiel du Sytral visant à cadrer la concertation publique, qui démarre du 15 novembre au 15 février 2022.

5 mn

Pour l'instant, trois tracés sont proposés, de Francheville à Lyon. Les opposants au projet s'inquiètent de la visibilité du voisinage, de son insertion paysagère, son impact sur la biodiversité, la fréquence moindre qu'un métro, du bruit et des éventuelles expropriations pour mener à bien son implantation.
Pour l'instant, trois tracés sont proposés, de Francheville à Lyon. Les opposants au projet s'inquiètent de la visibilité du voisinage, de son insertion paysagère, son impact sur la biodiversité, la fréquence moindre qu'un métro, du bruit et des éventuelles expropriations pour mener à bien son implantation. (Crédits : DR Capture écran dossier presse Métropole de Lyon/ Tisséo / Les yeux carrés)

Lundi 18 octobre, le Sytral votait les contours de la concertation concernant le projet de transport par câble, reliant Francheville à Lyon, en passant par Sainte-Foy-lès-Lyon et (peut-être) la Mulatière. Cette concertation se tiendra du 15 novembre prochain au 15 février 2022, sous l'égide de la CNDP (Commission Nationale du Débat Public). Un vote qui a suscité une levée de bouclier de certains élus d'opposition.

En effet, depuis son annonce en décembre 2020, le téléphérique cristallise les tensions et est régulièrement le sujet de sorties médiatiques. Projet phare de la nouvelle métropole écologiste porté par son président Bruno Bernard, ce dossier incarne à la fois une nouvelle direction, que souhaitait impulser la Métropole en matière de transports collectifs, alors que l'ancienne majorité, dirigée par Gérard Collomb souhaitait plutôt poursuivre le maillage du métro et y construire une ligne de métro (E) afin de desservir l'Ouest lyonnais.

Avec, comme dernière sortie en date : farouchement opposée au projet, la mairie LR de Sainte-Foy-lès-Lyon, Véronique Sarselli, a choisi de livrer à la presse, sous embargo jusqu'à ce mercredi 20 octobre, un sondage commandé à l'Ifop par ses soins, juste après le vote de la concertation qui est intervenu ce lundi. Un sondage pourtant livré dès le 15 septembre par l'Ifop.

A peine lancé le projet crispe

D'après cette enquête menée auprès de 502 personnes (la commune compte environ 22.000 habitants), 77% des Fidésiens interrogés sont contre le projet de téléphérique, dont 61% "tout à fait opposé" et 16% "plutôt opposés". Toujours d'après le sondage, 88% des interrogés préfèrent l'implantation d'un métro E de Tassin à la place Bellecour qu'un téléphérique.

Le projet propose trois tracés potentiels (voir ci-dessous). Selon le Sytral, il permettrait de relier Francheville à Lyon en trente minutes et de transporter 20.000 passagers par jour. Une potentielle solution qui ambitionne de désenclaver et désengorger l'Ouest lyonnais ainsi que de réduire l'utilisation de la voiture. Le budget total est estimé à 160 millions d'euros.

tracés téléphérique lyon transport par câble

Les opposants au projet militent plutôt pour le la création de la ligne de métro E et et le développement du bus en couloir dédié.

Parmi les problèmes et craintes soulevés par le téléphérique, ses opposants s'inquiètent de la visibilité du voisinage, de son insertion paysagère, son impact sur la biodiversité, la fréquence moindre que le métro, du bruit et des éventuelles expropriations pour mener à bien son implantation.

Autant de craintes que Bruno Bernard ou Jean Charles Kohlhaas, vice-président de la Métropole aux déplacements, intermodalités et à la logistique urbaine, tentent de tempérer : pour l'instant rien n'est figé quant à l'adhésion, à l'aménagement des espaces habités et verts, au tracé et aux technologies utilisées. Contacté à propos de ce sondage et sa portée médiatique, Jean Charles Kohlhaas n'a pas donné suite.

Concertation contre concertation

Véronique Sarselli, maire (LR) de Sainte-Foy-lès-Lyon se positionne fermement contre, et dénonce principalement le que la commune n'a pas été associée à l'annonce et au projet. Une critique qui est revenue lors de la "fronde des maires" contre la gouvernance de Bruno Bernard.

Sur le tracé, le maire du 2e arrondissement de Lyon, Pierre Oliver (LR),et la maire de La Mulatière, Véronique Déchamps (LR), s'y opposent également.

En juillet dernier, le Sytral avait lancé lui-même une première enquête d'opinion en ligne sur le téléphérique afin de préparer la concertation. La maire de Sainte-Foy avait taxé l'initiative de "provocation" dans les médias locaux, questionnant sa validité. Mi-septembre le maire du 2e arrondissement de Lyon avait alors lancé sa propre consultation en distribuant 10.000 questionnaires.

Seul Michel Rantonnet, maire LR de Francheville ne s'y oppose pas, mais insiste sur la complémentarité avec une potentielle ligne de métro E. Il a aussi notamment déploré l'emballement médiatique autour de ce projet, qui compromet son avancement.

Un collectif "Touche pas à mon ciel", s'est pari ailleurs monté contre ce projet de transport par câble évoquant les craintes citées plus haut. Ce collectif se réunit régulièrement, la dernière manifestation remontant au 16 octobre dernier. Il a par ailleurs lancé une pétition qui aurait recueilli 7.000 signatures.

L'Agupe (Association générale d'urbanisme et de protection de l'environnement) reste quant à elle vigilante sur les conséquences environnementales de ce projet.

Jean Castex annonce une aide de 7 millions d'euros pour le projet

Ce projet de téléphérique porté par les écologistes insurge l'opposition, mais il a pourtant aussi fait partie des propositions de campagne de candidats d'autres bords, tels que François-Noël Buffet (LR) et Eric Lafond (centriste), comme le rappelait Rue89 Lyon.

Le 8 octobre dernier, le premier ministre Jean Castex a par ailleurs annoncé le déblocage d'une enveloppe de 81,5 millions d'euros pour les transports collectifs de la Métropole, dans le cadre d'un appel à projet, dont 7 millions pour le transport par câble.

Suite à cette annonce, les trois élus opposés au projet s'étaient fendus d'un communiqué de presse reprochant à l'exécutif d'avoir demandé une aide avant même d'avoir lancé la concertation.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.