Taxis contre UberPop : "Nous ne nous arrêterons que si l'appli cesse d'émettre"

Ce jeudi à Lyon et partout en France, les chauffeurs de taxis manifesteront contre UberPop, l'application américaine de transport entre particuliers. Pascal Wilder, président de la Fédération des taxis indépendants du Rhône et secrétaire général de la Fédération nationale, estime que les chauffeurs de taxis défendent l'ensemble des artisans et le modèle social français. Il promet d'autres manifestations à l'approche des vacances.
Pascal Wilder, président de la Fédération des taxis indépendants du Rhône et secrétaire général de la Fédération nationale
Pascal Wilder, président de la Fédération des taxis indépendants du Rhône et secrétaire général de la Fédération nationale (Crédits : GF)

Acteurs de l'économie-La Tribune : Vous avez appelé les chauffeurs de taxis à manifester, en nombre, demain matin à Lyon contre UberPop. Combien de véhicules attendez vous ? Pensez vous d'ores et déjà organiser d'autres manifestations ?

Pascal Wilder. Nous avons appelé à des rassemblements aux quatre coins de Lyon qui convergeront vers la Part-Dieu où UberPop loue des bureaux. Nous espérons 500 véhicules au moins. Les chauffeurs sont à bout et nous avions peur que leur colère déborde par la base si nous ne prenions pas les devants. Nous avons déjà informé la Préfecture d'une nouvelle manifestation le 3 juillet, jour des départs en vacances. Nous pourrions aller jusqu'à des blocages au niveau des gares, des aéroports...

Nous pourrions aller sur les autoroutes. Les automobilistes aimeront notre mouvement car nous leur laisserons alors la voie libre. Plus tard, si les chauffeurs étaient prêts à faire cet effort nous pourrions opter pour des solutions plus radicales encore et faire monter tous les taxis de France sur Paris. La décision serait rapide à prendre.

La tension monte dans ce conflit. Un jeune parisien, client d'UberPop a été agressé samedi à Lyon. Comment réagissez vous à cette violence ?

Si les auteurs des faits, tout à fait regrettables évidemment, sont des chauffeurs de taxi c'est inadmissible. On leur retirera alors leur licence et ils seront traduits en justice. Mais, à ce stade, nous n'avons aucune certitude quant à ceux qui ont perpétré cet acte. S'il s'avérait que les auteurs ne sont pas des taxis, nous aurions une réponse judiciaire à ce qui serait de la pure diffamation. Et je voudrais rencontrer ce jeune homme pour échanger avec lui.

Cette concurrence déloyale que vous dénoncez ne serait elle pas l'occasion de demander une réduction de vos charges ? Ne faudrait il pas même remettre en cause le modèle économique des taxis en France ?

Quand on paye des charges, c'est toujours excessif. Quand nous facturons 10 euros il ne nous reste guère plus de 3 euros. Mais nous nous battons aujourd'hui pour défendre tous les artisans et le modèle social français. Nous acceptons la concurrence mais avec des gens qui ont des statuts et qui acquittent des charges. Ce n'est pas une application américaine qui ne paye rien en France qui doit dicter la loi. Notre mouvement ne s'arrêtera que si l'application UberPop cesse d'émettre. C'est au gouvernement de savoir comment faire.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 26/06/2015 à 11:46
Signaler
ce n'est pas l'état qui vend les licences de taxis : c'est les taxis qui font commerce d'une autorisation administrative et profitent d'un monopole privé ,il est temps de faire le ménage dans ces professions qui vivent de rentes de situation

à écrit le 25/06/2015 à 10:48
Signaler
Pour ma part, je pense qu'il faudrait commencer par réduire considérablement le coût de la licence des taxis (240 000 Euros !) qui est selon moi un véritable racket d'état et qui contribue en plus à la pénurie de taxis (je suis encore marqué par un s...

à écrit le 25/06/2015 à 10:29
Signaler
La profession de taxi vit sur une règlementation corporatiste archaïque qui ne bénéficie qu'aux détenteurs de licence et que les pouvoirs publics ont laissé dériver en fermant les yeux. Uber et Uber Pop sont le révélateur de cette dérive. Pourquoi au...

à écrit le 25/06/2015 à 9:49
Signaler
Nous sommes vraiment là devant le début de la fin des corporatismes et c'est tant mieux car à vouloir tout contrôler et administrer on crée les freins qui enrichissent certains et appauvrissent d'autres et in fine font stagner la société.

à écrit le 24/06/2015 à 23:29
Signaler
Et a la rigueur, nous n'en avons rien à faire des taxis en colère... ils n'ont qu'à faire leur travail correctement. point. dommage pour eux.

à écrit le 24/06/2015 à 18:23
Signaler
"....Mais, à ce stade, nous n'avons aucune certitude quant à ceux qui ont perpétré cet acte..." Est ce qu'il ne prendrait pas tous les Français pour ce qu'ils ne sont pas? Et ensuite..."...Quand on paye des charges, c'est toujours excessif. Quand n...

le 24/06/2015 à 19:32
Signaler
Le problème c'est qu'il inclut le remboursement de leur licence acheté sur le marché parallèle..... Sinon qu'il m'explique comment il arrive à 70% de charge ! Concernant le statut d'auto-entrepreneur pour la profession de taxi, cela a été débattu a...

à écrit le 24/06/2015 à 18:07
Signaler
Bonjour, Arrêter votre démagogie, je ne vous ai pas vu manifesté lors de la creation du statut d'auto-entrepreneur .... maintenant que vous etes impacté par ce statut, vous faites greve ! Le droit de grêve est un droit en France mais pas celui ...

à écrit le 24/06/2015 à 17:34
Signaler
Messieurs les taxis, vous faites quoi pour changer votre réputation catastrophique sinon ? Ce ne sont pas les menaces (menaces d'agression, menaces de dégradation des véhicules uberpop, menace de bloquer le pays) qui ramèneront vos clients ! Uber...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.