Aides d'urgences, relance... Un plan régional à 400 millions pour la montagne auralpine

 |  | 1129 mots
Lecture 6 min.
Ce mercredi, la Région Auvergne Rhône-Alpes veut soumettre au vote lors de son assemblée plénière un plan XXL pour la montagne, composé d'aides d'urgence ainsi que de financements destinés à la relance.
Ce mercredi, la Région Auvergne Rhône-Alpes veut soumettre au vote lors de son assemblée plénière un plan "XXL" pour la montagne, composé d'aides d'urgence ainsi que de financements destinés à la relance. (Crédits : DR)
Après les 400 millions d’euros annoncés de la part de l’État français en décembre dernier -passés depuis à 4 milliards-, les acteurs de la montagne pourraient recevoir la même somme... de la part de la Région Auvergne Rhône-Alpes. Le président LR de Région, Laurent Wauquiez, a soumis au vote, lors de son assemblée plénière, une série d'aides d’urgence, assorties d’un volet dédié à la relance, de près de 400 millions d’euros. Retour sur le contenu de ce plan, adopté ce mercredi.

(Publié le 24/02/2021 à 06:00, actualisé le 25/02/2021 à 16:34)

Il avait déjà parcouru les massifs alpins durant trois jours fin janvier, avant de participer à une réunion aux côtés du gouvernement Castex. Et ce, juste après avoir convoqué un grand « sommet » virtuel ayant rassemblé près de 300 acteurs de la filière.

C'est désormais une enveloppe de 400 millions d'euros que veut soumettre ce mercredi au vote le président LR de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, gravant ainsi dans le marbre son soutien aux acteurs de la montagne, frappés par la fermeture des remontées mécaniques.

Lire aussi : Du "quoi qu'il en coûte" pour la montagne... ou presque ?

Au cours de l'assemblée plénière, qui se déroule actuellement sur deux journées, les conseillers régionaux d'AuRA se verront ainsi présenter ce mercredi une délibération visant à approuver la mise en place d'un plan "XXL" de 400 millions d'euros en soutien à la filière de la montagne.

Objectif affiché : « accompagner surtout les oubliés les aides de l'État », soulignait Laurent Wauquiez au cours d'une conférence de presse introductive, mais également « préparer la relance » en faisant d'Auvergne Rhône-Alpes « la première montagne durable » à l'échelle du continent européen.

Une Région au chevet de 197 stations

Justifiant ce choix par la volonté de soutenir un secteur qui se pose comme « le premier domaine skiable de France ainsi que la première destination touristique mondiale en hiver », la Région AuRA veut ainsi mettre sa compétence économique au service de ses 197 stations et 120.000 emplois directs (et près de 400.000 emplois indirects), pour une filière qui réalise habituellement un chiffre d'affaires de 7,5 milliards d'euros.

Car à la suite des échanges menés début février avec le gouvernement Castex, les acteurs de la montagne avaient fait valoir que le compte n'y était pas, face aux aides présentées. Le premier ministre avait en effet annoncé un premier volet de 400 millions d'euros en décembre, qui s'est finalement transformé en un plan de 4 milliards d'euros, mais dont le montant incluait à la fois les dispositifs de chômage partiel, les PGE, les exonérations de cotisations employeurs ains que les aides au paiement des cotisations salariales, ou encore le dispositif ad hoc d'aides aux remontées mécaniques.

Lire aussi : La montagne française fait bloc "pour éviter le plus grand plan social" de sa filière

Insuffisant également pour le président LR Laurent Wauquiez, qui se pose désormais comme l'un des porte-voix de cette filière, fortement implantée dans sa région :

« Les mesures évoquées présentent encore un certain nombre d'angles-morts et, sans aide ou compensation, de nombreux acteurs de nos montagnes pourraient disparaître. De plus, pour l'heure, les professionnels en montagne ne disposent d'aucune visibilité : aucune date de réouverture des remontées mécaniques n'est envisagée », estimait-il.

400 millions, déclinés en trois volets

La Région Auvergne Rhône-Alpes aura donc, une fois de plus, sorti les grands moyens en soumettant ce mercredi au vote des conseillers régionaux un plan "XXL" de 400 millions d'euros destiné à la filière montagne. Soit presque autant que le premier volet proposé à l'origine par l'Etat.

Un premier grand tiers de ce plan serait ainsi consacré à « apporter des compensations aux oubliés des aides de l'État », parmi lesquels on devrait retrouver plusieurs catégories ciblées par la Région : les entreprises créées ou reprises en cours d'année, les professionnels de santé, les centres de vacances, les ski-clubs, les viticulteurs, etc.

Avec, par exemple, une subvention plafonnée à 10.000 euros (assise sur des annuités d'emprunt ou des dépenses d'investissement) pour les entreprises issues d'une reprise ou nouvellement créées de moins de 20 salariés, une aide forfaitaire (plafonnée à 10.000 euros) à destination des professionnels de santé ayant connu une baisse de chiffre d'affaires supérieure à 50% sur une période de trois mois.

Lire aussi : Vacances de février : les aménageurs de la montagne redoutent la double peine

Les quelques 350 centres de vacances indépendants auralpins sont eux aussi ciblés par une aide exceptionnelle visant à financer l'amortissement de leurs emprunts (30.000 euros par hébergement), de même que les skis clubs, qui pourraient ainsi bénéficier d'une aide forfaitaire en fonctionnement allant de 5.000 à 10.000 euros.

Les exploitations viticoles des Deux Savoie, « ayant subi une baisse de chiffre d'affaires d'au moins 30% », pourraient aussi bénéficier d'une aide forfaitaire, qui peut aller jusqu'à 15.000 euros.

Son propre plan de "relance" de la montagne

Un second volet de ce plan, qui s'appuie sur le dispositif financier européen React Eu -destiné à élargir rapidement la réponse de l'UE à la crise du coronavirus en laissant de la latitude aux Etats-, devrait permettre d'instaurer des prêts à taux zéro allant de 10.000 à 300.000 euros sur des durées de remboursement longues (7 ans). Avec, comme public cible, les entreprises de moins de 250 salariés et les associations situées sur un territoire de montagne.

Enfin, et non des moindres, le dernier tiers de ce plan vise à proposer un « plan de relance », taillé lui aussi spécifiquement pour la montagne auralpine, qui se veut ambitieux et surtout « durable ». Doté de 70 millions d'euros, il vise à « préparer l'avenir de nos montagnes » et s'articule autour de 4 axes.

En commençant par le maintien de financements liés aux activités neige (aides aux petites stations, à la sécurisation des domaines, à des secteurs comme l'hébergement ou des projets d'ascenseurs valléens, etc), dont une large part du chiffre d'affaires des stations dépend encore à ce jour.

Il sera également question de soutenir le développement du tourisme toutes saisons, ainsi que les projets liés à la transition énergétique (navettes autonomes, dameuses hydrogène, ascenseurs valléens, gestion durable des ressources en eau et en électricité des domaines skiables, rénovation énergétique des bâtiments, piétonnisation des centres-stations, etc).

Lire aussi : Laurent Wauquiez : "Nous sommes en train de réfléchir à un fonds souverain régional"

Ce plan de relance devrait également comprendre la mise en place "d'un fonds d'aide à l'investissement", doté de 15 millions d'euros, ainsi que la mobilisation d'un fonds souverain régional dont la création avait été annoncée, il y a quelques semaines, par Laurent Wauquiez au sein de nos colonnes. Sans plus de précisions sur sa composition à ce stade cependant.

Il a été adopté par les élus du conseil régional ce mercredi, à l'issue de débats menés avec les élus de l'opposition, qui n'ont pas hésité à souligner quant à eux leurs divergences concernant leur vision de la montagne de demain. Avec, en filigrane, de prises de positions qui devraient alimenter la campagne des régionales à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2021 à 8:56 :
De temps en temps, au milieu des gémissements et hurlements des soldats néolibéraux qui remplissent les médias de masse, nous avons des images d'endroits touristiques sans plus aucun touriste et bien c'est vachement plus beau !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :