Gérard Collomb - David Kimelfeld : la guerre totale

 |  | 4127 mots
Lecture 22 min.
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
Les ambitions de Gérard Collomb pour les municipales de 2020 et la Métropole de Lyon suscitent une levée de boucliers chez les décideurs politiques et économiques. Le contexte était déjà lourd, il est devenu irrespirable depuis la double perquisition (domicile et mairie) diligentée le 5 juin par le Parquet national financier au motif d'un éventuel "détournement de fonds publics" lié aux emplois municipaux de son ex-compagne Meriem Nouri. Le double scrutin municipal et surtout métropolitain avance à grands pas, et la "guerre" avec David Kimelfeld, son ex-dauphin, pourrait peser substantiellement sur la dynamique économique. Prochaine étape, qui aura le mérite de clarifier la situation mais aussi d'enflammer définitivement le climat : la désignation du candidat LREM, pour l'heure repoussée sine die. Le parti d'Emmanuel Macron est pris au piège, chaque jour qui passe un peu plus éruptif et inextricable.

La direction de LREM a tranché le 17 juin : sa commission nationale d'investiture (CNI), chargée de désigner les candidats pour les prochaines municipales, a décidé, notamment sur Lyon, de... ne pas trancher. Et pour cause : aux commandes de la Ville de Lyon et de la Métropole de Lyon - où se concentre l'essentiel du pouvoir et des moyens - que se disputent l'ancien ministre de l'Intérieur et maire sortant Gérard Collomb, et celui qui lui a succédé à la Métropole David Kimelfeld, la guerre s'intensifie. L'imbroglio est total. Et l'arbitrage, quel qu'il sera, explosif.

Résumé : Gérard Collomb, l'un des tout premiers à soutenir Emmanuel Macron en 2016, quittait la place Bauveau avec fracas le 3 octobre 2018, provoquant le divorce avec le Président de la République. Celui dont il avait fait son dauphin à la Métropole de Lyon, David Kimelfeld, se découvrait une ambition, stimulée par un bilan et un style salués au sein des cénacles décisionnels, aussi bien politique qu'économique.

De retour aux rênes d'une Ville qui ne conteste pas sa popularité, fondée sur un bilan depuis 2001 largement plébiscité, Gérard Collomb prenait conscience que le fidèle Georges Kepenekian, qu'il avait promu à sa place le temps de son engagement ministériel et officie toujours comme 1er adjoint, comme d'autres se désolidarisait et ralliait la cause de David Kimelfeld. Crise au sein du microcosme "macroniste", chaque adjoint à la Ville ou élu à la Métropole étant sommé de choisir entre les deux ex-"associés". Et c'est entre ces deux candidats que la CNI doit désormais se prononcer.

Le malaise est total

Mais dans quel sens ? Gérard Collomb a déclaré ne pas vouloir de l'étiquette LREM... mais fera d'un adoubement de son rival un sujet de crise définitif... susceptible de causer, au final, la perte d'une ville et d'une agglomération plutôt promises au parti présidentiel - surtout depuis la déroute aux Européennes de Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, qui au sein de LR rebat les rapports de force aux plans autant national que local. Situation qui n'aurait pas déplu à Franz Kafka, pour ses propriétés à la fois de complexité inextricable et d'absurdité délétère. LREM ne doit pas froisser celui... qui ne veut pas de lui - et qui, comme tout ministre de l'Intérieur, a eu accès aux dossiers d'Etat les plus sensibles. Le malaise est donc total.

Surtout que, "cerise sur la gâteau", la référente officielle de LREM sur le Rhône, n'est autre que Caroline Collomb, "épouse de". Vivement décriée par une partie des troupes, son "cas" non plus n'est pas tranché, là aussi par peur des répercussions. Dans la perspective du scrutin européen, elle s'était mise momentanément en retrait de sa responsabilité du fait de sa fonction de magistrate ; elle devait la retrouver au lendemain du 26 mai. Mais depuis, aucune nouvelle. Selon nos sources, voilà même deux mois que le délégué général de LREM Stanislas Guérini tenterait d'établir, en vain, un contact. Décision aurait été prise de passer à l'action, possiblement dès cette semaine.

Et ce week-end du 22 juin, c'est la composition même de la CNI qui exacerbait les débats. Elle est en effet fustigée par les "Collombistes", au motif qu'elle compte dans ses rangs l'ancien candidat UMP à la Ville de Lyon Dominique Perben, mais aussi Jean-Marie Girier. Lequel fut le directeur de cabinet de Gérard Collomb place Beauvau avant, lui aussi, de tourner les talons.

Perquisitions au domicile et à la mairie

A ce contexte éruptif, des événements majeurs et factuels, ou anecdotiques mais symboliques, se greffent, qui le rendent chaque jour ou presque un peu plus encore incandescent. La double perquisition le 5 juin, au domicile de Gérard Collomb et à la mairie, diligentée par le Parquet national financier (PNF) a fait l'effet d'un coup de tonnerre. En cause, un supposé "détournement de fonds publics", qui aurait pour origine certaines conditions de l'emploi municipal de Meriem Nouri, ex-compagne du maire. Et chaque camp de compter les soutiens ou les dissidences à l'égard de Gérard Collomb. Lequel, depuis, s'est sans doute trouvé revigoré par quelques évocations ou affichages subtilement distillés : ceux de Brigitte Macron, en visite le 18 juin à Lyon, ou le soutien public du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, fidèle parmi les fidèles du Président de la République, sur France Info le 21 juin.

Bref, comprenne qui voudra ou surtout qui pourra.

Dans ce contexte, difficile pour l'heure d'établir un pronostic pour mars 2020. En revanche, s'il est un "public" qui semble avoir... tranché, c'est celui que La Tribune a investigué en profondeur : celui des décideurs économiques. Leur verdict est d'une grande sévérité. "Impardonnable". Voilà, en résumé, la manière dont ils avaient qualifié la démission de Gérard Collomb du ministère de l'Intérieur, le 3 octobre 2018. "Inqualifiable". Voilà celle qu'ils retiennent pour déterminer l'hypothèse de sa reconquête de la Ville de Lyon et plus sûrement de la Métropole. Les jurés ? Une quarantaine de proches collaborateurs et des représentants les plus emblématiques du monde décisionnel, qui eux-mêmes démultiplient l'opinion perçue au sein de leurs réseaux.

Colère et inquiétude

Ils partagent stupeur, mais aussi colère et inquiétude. Celle-ci est de deux ordres : le fonctionnement institutionnel de la Ville, de la Métropole, et des relations avec la Région Auvergne Rhône-Alpes (AURA) présidée par "l'ennemi politique" Laurent Wauquiez ; l'image, l'identité et l'attractivité économiques futures du territoire.

Le "bout de mandat" exercé par Georges Kepenekian à la Ville et par David Kimelfeld à la Métropole en remplacement du ministre, a révélé une manière de gouverner en rupture. Élus de différents bords, salariés, syndicalistes, partenaires extérieurs s'accordent : ce dernier a transformé la collectivité, née en 2015 de la fusion, surprise et audacieuse, du Département du Rhône et de la Communauté urbaine de Lyon sur leur espace commun.

Son style, ses méthodes managériales "respectueuses et responsabilisantes", sa faculté délégataire "fondée sur la confiance", tranchent avec ceux auxquels son prédécesseur avait habitué ses interlocuteurs. L'entrepreneur — cofondateur en 1990 de la société de transports maritimes Tepmare, dont il s'est affranchi au moment de succéder à Gérard Collomb — l'a compris : l'époque n'est plus aux organisations hypercentralisées, personnalisatrices et verticales. Et ses réseaux reflètent davantage la mixité et le renouvellement sociologique des élites locales.

Coup d'arrêt

Or le "retour à Lyon" de Gérard Collomb, comme maire depuis le 5 novembre 2018 et désormais "simple" conseiller métropolitain, enfièvre les attitudes, et pénalise décisions et esprit de coopération. Le désalignement des énergies, la conflictualisation des stratégies, l'embrasement des relations entre les deux hommes dessinent un spectre redouté.

"Les dirigeants d'entreprise détestent les incertitudes contextuelles et institutionnelles", rappelle l'un de ses représentants.

"De grands patrons me confirment que des chantiers n'avancent plus. Moins d'une année aura suffi pour compromettre la dynamique de construction modelée avec tant de succès", peste un proche d'Emmanuel Macron. Sans doute d'ailleurs est-ce ce constat qui a décidé le pragmatique Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique lyonnais, à retweeter le 22 juin le message de soutien à David Kimelfeld. L'apaisement des relations avec la Région AURA — chargée, depuis la loi NOTRe, du lead économique —, initié par David Kimelfeld, était apprécié au sein de l'aréopage patronal et consulaire. Pragmatique, ce dernier sait combien il est essentiel à la performance du tissu socio-économique. L'ambition politique de Gérard Collomb provoque un coup d'arrêt.

"Le parrain est de nouveau là et, fort des réseaux et des rapports de force qu'il a enracinés au fil du temps, se veut menaçant", affirme une figure de l'exécutif métropolitain et ex-fidèle équipier.

La cohabitation, électrique, entre les deux adversaires fracture au sein dudit exécutif (25 vice-présidents) comme du corps social. "La priorité n'est plus l'agglomération mais l'élection. Et cela que l'échéance ne cesse d'approcher !", enrage l'un des principaux vice-présidents.

Lire aussi : Gérard Collomb - David Kimelfeld : la guerre totale

Élus et hiérarques marquent leur territoire et ont commencé de se positionner, certains encore avec prudence, d'autres plus ouvertement. Un jeu d'échecs et une guerre des nerfs qui crevassent la fluidité décisionnelle, "consomment une énergie folle", déplore un député LREM, et donc encalminent la dynamique de développement.

Lyon, attractivité en danger ?

Seconde source d'inquiétudes : la réputation et donc l'attractivité future du territoire. Certes, le rappellent des spécialistes du sujet, le poids du maire ou président d'agglomération doit être relativisé, particulièrement à Lyon, doté d'un socle infrastructurel, économique, institutionnel, universitaire, solide et même indépendant.

La dynamique en matière de transports, de recherche, d'enseignement et d'innovation, la variété des filières d'excellence, la culture endogène de pluridisciplinarité et de transversalité, l'engagement sociétal et le rayonnement international de certains entrepreneurs, minorent cette influence.

"Qui donc connaît Gérard Collomb ou David Kimelfeld dans les milieux décisionnels de Shanghai ou San Francisco ? étaie l'un de ces experts en stratégie territoriale. Les investisseurs canadiens ou japonais conditionnent-ils leur décision à l'identité du maire ? Non, bien sûr."

Et d'insister sur "la qualité de la technostructure et des proches collaborateurs qui se sont succédé". Il n'empêche, riposte une personnalité emblématique des cercles entrepreneurial et politique, "qui veut, avec entrain, investir dans une agglomération politiquement explosive ? Des villes ont connu des hauts et des bas, et l'attractivité d'un territoire dépend aussi de la conjoncture politique. Ne l'oublions jamais". Il n'empêche, aussi, le retentissant divorce avec Emmanuel Macron pourrait ne pas être sans répercussions.

"Ne tournons pas autour du pot, concède un vice-président de la Métropole proche de Gérard Collomb. Oui, jusqu'en 2022, nous sommes cramés à Paris."

Traduction : les "facilités" qu'autorisait la singulière proximité des deux anciens "associés" se dissolvent. Pire, la disgrâce pourrait se retourner contre l'intérêt de l'agglomération à l'heure d'obtenir des arbitrages favorables au sein de circuits décisionnels — visibles ou non. Il n'empêche, enfin, les singularités propres à l'âge, à l'image, à la vision et aux déclarations de Gérard Collomb, déconcertent, voire ébranlent.

Omnipotent, solitaire et féodal

Au moment où se tiendra le scrutin, Gérard Collomb approchera en effet de son 73e anniversaire — David Kimelfeld aura alors 59 ans, et les "possibles" représentants LR, le désormais favori François-Noël Buffet et Alexandre Vincendet, respectivement 56 et 37 ans.

"Qu'il aille s'occuper de ses petits-enfants !", vociférait le 1er octobre 2018 Daniel Cohn-Bendit, lui aussi septuagénaire. "C'est l'égoïsme des vieux", murmure, contrit, un député LREM qui a "vu" l'intéressé "peu à peu entrer en compétition" avec Emmanuel Macron. Une vingtaine d'années le sépareront de son premier mandat de maire, et près de quatre décennies de sa victoire aux législatives de 1981. À l'ère du dégagisme et de l'inéluctable rajeunissement des élites, mais aussi d'enjeux qui exigent modernité et dextérité intellectuelles et organisationnelles, est-il l'homme de la situation ? Un ancien, proche et fidèle collaborateur résume le sentiment général : "Incontestablement, non."

Les observateurs parmi les plus avertis font un constat implacable : sa personnalité rivée à tout régenter et décider, son tempérament rétif à faire confiance, à partager et à faire grandir autour de lui ne correspondent plus aux réalités d'une responsabilité de président de Métropole qui exige agilité, coopération, responsabilisation, délégation "et, tout simplement, considération des autres". Son exercice omnipotent, solitaire et féodal du pouvoir, son management "par la peur", et sa vision manichéenne des rapports de force sont obsolètes ; ses discours tournés vers le passé et sur lui-même, sa répulsion pour l'incertitude et la remise en question personnelle opacifient sa lucidité et sclérosent son action ; ses réseaux sont fossilisés, la fébrilité le gagne et "il perd la raison et la main" ; enfin, son comportement exprime l'"exaspérant" sentiment impérialiste que Lyon "lui appartient".

Sa locacité laudatrice sur les attributs supposément extraordinaires de son fief apparaît même contre-productive.

"Lui qui avait réussi à donner un remarquable élan émancipateur à l'agglomération s'emploie à reprovincialiser et à ringardiser son image. C'est pathétique", peste un politologue.

Sa première déclaration, dans le TGV le ramenant à Lyon après sa démission, fait encore mal aux oreilles de ces détracteurs : "À Paris il faisait gris, à Lyon il fait beau" ? Bref, tous de s'interroger : "Bâtit-on ainsi un avenir pour la ville ? Le monde a changé ; Gérard ne le voit pas et/ou ne peut s'y adapter. Comment peut-il nier être usé ?"

La ville sociologiquement métamorphosée

"À présent, synthétise un cacique du monde patronal et consulaire, nous jugerons sur les programmes et les méthodes pour nous prononcer définitivement."

S'il est admis que le "vrai" combat opposera Gérard Collomb à David Kimelfeld à la présidence de la Métropole de Lyon, là encore, estiment ses éreinteurs, l'ex-ministre pourrait ne pas être au "rendez-vous de l'histoire". Car "l'histoire en 2020" n'est, bien sûr, pas celles de 2001, 2008 et 2014. La sociologie de la ville s'est métamorphosée : elle n'est plus gouvernée par le séculaire triptyque francs-maçons/catholiques/cénacle consulaire, elle profite du travail, d'ailleurs lancé par Gérard Collomb, de libérer les énergies culturelles, associatives, universitaires, entrepreneuriales.

Les multiples disruptions de nature sociétale — en matière de technologies, d'intergénérations, d'accès aux connaissances, d'aménagement du territoire, de mobilité, de géopolitique —, les mutations socio-économiques et urbanistiques de la ville, et la réalité écologique planétaire transforment les aspirations des administrés - les résultats du récent scrutin européen le corroborent. Ces derniers placent en tête de leurs exigences une qualité de l'environnement élevée, mais aussi une démocratie locale, des services et des infrastructures leur assurant un bien-être individuel, une implication personnelle et un vivre-ensemble éclairés.

Ainsi, l'enjeu social et, à l'heure des grandes pauvretés, des nouvelles inégalités, des ségrégations par le logement, des vagues migratoires, collatéralement l'enjeu humanitaire, composent leurs vœux. Lesquels, dès lors qu'ils ont toujours pour support une politique économique et entrepreneuriale performante, sont partagés par les chefs d'entreprise — qui, par ailleurs, n'ignorent pas la sensibilité de leurs salariés aux enjeux de RSE [responsabilité sociétale des entreprises, ndlr].

L'identité de l'agglomération, le sentiment d'appartenance et de fierté des habitants en dépendent. Gérard Collomb incarne-t-il cette perspective ? Son ambition de concilier "l'humain et l'urbain" le laisse penser. Et rien n'indique qu'elle ne soit pas authentique.

"Elle est seulement irréaliste lorsqu'on connaît intimement la personnalité et le tempérament de l'intéressé", tempère-t-on chez de fins connaisseurs de l'homme.

Gérard Collomb est viscéralement un bâtisseur. L'impressionnante mue de Lyon, menée sous son impulsion, en témoigne. Mais cela ne semble plus correspondre suffisamment aux besoins fondamentaux et prioritaires de la société et de la citoyenneté. Besoins avec lesquels, insiste-t-on dans et autour de la Métropole, la politique de David Kimelfeld semble davantage concorder.

Un immense embarras

Celui qui dans une première partie de carrière fut infirmier, et qui s'est emparé de la lourde compétence sociale héritée du Département du Rhône, s'est concentré sur les problématiques d'écologie et de solidarité, de participation citoyenne et d'attention aux personnes fragiles - en témoigne par exemple sa décision, a priori peu populaire, de contenir désormais à 70km/h la vitesse sur le périphérique lyonnais. Problématiques qui constituent un marqueur d'identité et d'attractivité, et coagulent l'attention des chefs d'entreprise, soucieux d'un environnement attrayant.

"L'épanouissement des salariés et le recrutement des meilleurs profils sont à cette condition", résume l'un d'eux.

Et c'est d'ailleurs l'appréciation sur l'action menée par David Kimelfeld depuis l'été 2017 — et, depuis 2008, aux commandes politiques du développement économique — qui accroît l'incompréhension quant au retour de son prédécesseur.

"Gérard a fait "monter" David pendant plusieurs années, il l'a choisi pour le remplacer. S'il revient, c'est qu'il déjuge sa politique et pense mieux faire. En effet, on ne vient pas défier celui que l'on a promu si on souscrit à son bilan. Le problème, c'est que l'action de ce dernier est saluée. Alors, à quelles motivations louables répond cette décision de déclencher une bataille dont personne, et en premier lieu le tissu socio-économique, ne veut ?", s'étonne-t-on en substance.

Chez LREM, dont la conquête de l'agglomération lyonnaise constitue un objectif crucial en 2020, l'embarras est immense : clore le "cas" de l'ambitieuse Caroline Collomb, officiellement toujours... référente Rhône — et vilipendée par une fraction des marcheurs —, ménager son époux — fort d'une notoriété sans équivalent —, soutenir officiellement la candidature de David Kimelfeld, forme une équation insoluble.

Or, au sein et au sommet du parti aussi, rares sont les voix prophétisant un retrait de Gérard Collomb. La publication de sondages défavorables et le spectre de la défaite pourraient-ils suffire ? Sa grande science politique pourrait-elle le décider, si les ralliements de poids de ses fidèles, comme son successeur momentané à la Ville Georges Kepenekian et le député LREM et ex-premier adjoint à la Ville Jean-Louis Touraine en tête, en faveur de son adversaire se multiplient ? S'il saisit que la dynamique de succès bafouille et que sa faculté de fabriquer des courtisans s'étiole ? Son inscription dans une génération de maires septuagénaires — Martine Aubry à Lille, Alain Juppé à Bordeaux, Roland Ries à Strasbourg, Jean-Claude Gaudin à Marseille, François Rebsamen à Dijon — qui, de gré ou de force, devront... ou auraient dû se retirer, pourrait-elle le convaincre ?

"Il ira jusqu'au bout", assurent ceux qui l'ont accompagné dans son ascension et l'observent "très mal entouré", muré dans une citadelle, sans opinions contestant ses certitudes. Des particularismes de sa personnalité aux injonctions de son épouse, rien, à leurs yeux, ne peut le détourner de son dessein : achever sa carrière sur le "trône" de ce qu'il considère être "son royaume", "sa propriété".

Lire aussi : Exclusif : Caroline Collomb vers la sortie

Son crépuscule politique, d'autres voies étaient possibles qui l'auraient nimbé plutôt qu'enténébré. En effet, sa popularité, son attachement profond à la ville, son bilan lumineux le placent sur un piédestal. De quoi légitimer un quatrième mandat ? "Au contraire", répond-on spontanément. Et de proposer qu'il abandonne l'ambition opérationnelle, soit reconnu dans une posture de "sage", accompagne David Kimelfeld vers la conquête de la collectivité. Ainsi, la noblesse de son nouvel engagement serait plébiscitée, son image et la sanctuarisation de sa "contribution à l'histoire de Lyon" seraient, "pour toujours", reconnues. Au lieu de quoi l'addiction au pouvoir l'entraîne dans le risque que tout s'écroule par une défaite.

"Ce qui illustre sa nature véritable, claque-t-on dans son entourage. Il préférera mourir avec son œuvre, et même s'exposer à la perdre, plutôt que la transmettre."

"Je me souviens de son allocution lors des obsèques de l'historique maire de Montpellier [Georges Frêche, qui occupa cette fonction de 1977 à 2004]. Elle était prémonitoire. Gérard Collomb s'emploie à devenir le "Frêche" de Lyon ou à conclure son parcours aussi piteusement que Jean-Claude Gaudin. Quel gâchis", regrette un ancien collaborateur. "À ses yeux, insiste un député LREM, toute personne qui politiquement sort du lot ou est promise à un avenir passe du statut d'utile à celui d'adversaire." Et de convoquer la métaphore patronale :

"Il existe deux grandes familles d'entrepreneurs : dans l'une, on estime que l'objet de son action est plus important que soi, et donc on s'emploie à le faire prospérer au-delà de sa mort ; dans l'autre, à laquelle appartient Gérard, on est otage de son orgueil et de son narcissisme, on pense "être le monde" et on est condamné à disparaître avec son œuvre."

En d'autres termes, questionnent les observateurs : comment lui qui a vu germer et éclore le "nouveau monde", même imparfait voire chaotique d'Emmanuel Macron, peut-il réinvestir l'"ancien monde" ?

"L'heure est venue"

En définitive, le sentiment général qu'inspire le destin politique de Gérard Collomb trouve sa quintessence dans la missive de Jean-Michel Daclin, l'un de ses anciens proches compagnons de route — il fut adjoint à la Ville et vice-président du Grand Lyon chargé des relations internationales et de l'attractivité du territoire de 2002 à 2014 —, membre, comme lui, du Grand Orient de France. Celui qui désormais préside OnlyLyon Tourisme et Congrès la partagea, le 25 septembre, "entre les deux tours" du feuilleton démissionnaire du ministre d'État.

"Peu nombreux sont ceux qui contestent le formidable travail que vous avez réalisé. En dix-huit années, Lyon a poursuivi sa mue pour changer profondément. Les Lyonnais ont d'ailleurs été fiers de voir leur maire-président et son action consacrés en accédant aux plus hautes fonctions de l'État. Mais nous avons la conviction que votre trajectoire doit être aujourd'hui d'une autre nature. L'histoire a montré combien le temps est capable d'être le pire ennemi dans l'exercice du pouvoir : rigidité de sa façon de voir, développement d'un esprit de cour très toxique, généralisation des guerres de tranchées picrocholines, cynisme érigé en mode de fonctionnement... Vous-même avez démontré combien un nouveau leader pouvait marquer son temps en poursuivant et revisitant l'action de ses prédécesseurs. Aujourd'hui, nous sommes persuadés que votre devoir supérieur est dans la transmission, la plus noble des missions de l'homme. Vous vous êtes entouré de femmes et d'hommes de talent. L'heure est venue. Permettez-leur de s'affirmer. C'est le plus bel hommage qu'ils pourront vous rendre. Et c'est, sans doute, la meilleure manière de démontrer votre amour de notre ville et de notre Métropole."

À la lecture de cette exhortation, Caroline Collomb aurait déclaré, lors d'un dîner, qu'elle allait "tuer" l'auteur. En revanche, il n'est pas trop tard, pour son mari, de l'entendre et de la mettre en œuvre, continue-t-on d'espérer dans les cénacles décisionnel et entrepreneurial. Pour qu'enfin se déploie l'essentiel : la constitution de projets et la confrontation de visions pour l'avenir de l'agglomération.

Un bilan plébiscité

    L'embarras des décideurs lyonnais pourfendant le retour politique de Gérard Collomb enfle à la mesure de leur plébiscite pour son bilan. Car, en effet, tous de reconnaître qu'en seize années il a fait voler en éclats les historiques clivages idéologiques et partisans ; il a fait "chasser ensemble" les forces socio-économiques et coopérer acteurs publics et privés ; il a su séduire, sur des faits concrets et durables, le monde patronal ; il a exaucé la philosophie saint-simonienne conditionnant la redistribution des richesses à leur création préalable ; il a impulsé une dynamique entrepreneuriale inédite en France ; il a transfiguré le visage urbain, infrastructurel, touristique et culturel de la ville ; il a vitalisé le sentiment d'appartenance citoyenne des Lyonnais ; il a eu l'intuition et accompli l'initiative, volontiers jugée géniale, de donner naissance, le 1er janvier 2015, à une révolution institutionnelle : la première Métropole, absorbant sur son territoire composé de 59 communes les compétences du Département du Rhône. Métropole qui héberge 1,3 million d'habitants et gère un budget de 3,41 milliards d'euros — ceux de la Ville de Lyon et de la Région Auvergne Rhône-Alpes s'établissent à 757 millions d'euros et 3,74 milliards d'euros. Lyon truste désormais d'enviables places dans les classements internationaux qui mesurent l'attractivité économique ou touristique. Bref, il a sculpté une vision, un modèle.

 Pour aller plus loin, lire notre dossier complet :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2019 à 11:02 :
Le Jupiter de Lyon contre celui de l'Elysée, le premier n'ayant pas voulu porter le chapeau... (affaire Benalla) . Quelle était la nature du contrat non écrit entre Collomb et Klimelfeld, qui sait et devait-on en avoir un ? On décrit ici Collomb en tyran deplus en plus isolé dans une cour "toxique". Que dit-on dans la presse de Macron... ? L'élection au suffrage universel à la majorité demande des "chefs de guerre" charismatique, connu, hâbile politiquement et qui se fasse respecter. S'entourer d'une garde de fidèle m'y parait normal. Arguer du changement de mentalité de la nouvelle génération ne change rien à la structure d'un combat électoral basé sur la notion de chef qui mène sa majorité. Je n'enterrerais pas si vite Collomb de ce point de vue là. Nous faire croire que Klimelfed sera toujours dans l'apaisement et la délagation s'il bât définitivement Collomb et parvient à la Mairie de Lyon: il faudrait d'abord changer la structure du pouvoir en France qui remonte à loin dans le temps. Maintenant, vue la tournure des évènements, il y aura forcément un(e) outsider qui pourra profiter de cette division et arracher quelques arrondissements voire la Mairie. Si LREM veut conserver la ville, le mieux est de ne pas laisser pourrir la situation et de reconcilier ces personnes avec un contrat clair et sans ambiguïté. Si le sentiment à Lyon devenait qu'il y a une machination de Paris contre Collomb, alors, étant lyonnais, je ne donne pas cher pour cette stratégie.
a écrit le 25/06/2019 à 18:18 :
...un remake du feuilleton "Marseille" ?
a écrit le 25/06/2019 à 10:41 :
La France et ses baronnies. Le monde nouveau, affligeant.
a écrit le 25/06/2019 à 9:47 :
la Macron doit être loin d être très claire si elle a peur d écarter un ancien ministre de l intérieur et le "fabriquant" de macron, pour partie
manifestement Collomb s 'est rendu compte que Macron n était pas celui qu il pensait..... mais en même temps....son histoire avec Lyon, sur laquelle tout le monde ou presque est d accord qu 'elle a apporté bcp, est entrain de se terminer.....
il faut qu il évite l élection de trop....qu il perdra d une manière ou d une autre....
Juppé qui jurait ses grand Dieux qu il ne quitterait pas Bordeaux ......est parti sans trop de gloire avec un complément de retraite dorée.....pour essayer de continuer à exister.....
c 'est un peu pathétique
a écrit le 25/06/2019 à 8:37 :
Pour les 9 mois à venir (et peut-être plus) ces deux candidats n'auront cesse de se nuire l'un l'autre, ne pensant qu'à eux-mêmes et leur futur. Loin donc de consacrer du temps à améliorer le sort des Lyonnais. Conseil guignolesque: ne votez ni pour l'un ni pour l'autre.
Réponse de le 25/06/2019 à 18:19 :
...il nous fera bien un petit AVC d'ici là !
a écrit le 21/02/2019 à 17:48 :
Heu... vu la photo, il y en a eu plusieurs plutôt de combats de trop déjà non ?
a écrit le 20/02/2019 à 14:29 :
Tant pis pour lui : il n'avait qu'à pas lâcher Macron.
Et on lui souhaite bonne chance avec les GJ qui bloquent les ponts à Lyon.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :