Siège d'Interpol : ce que contient la lettre adressée par Bruno Bernard à Gérald Darmanin

INFO LA TRIBUNE. En partance pour la Cop26 de Glasgow, où il passera la fin de semaine, le président EELV de la Métropole de Lyon Bruno Bernard ne s'était pas encore exprimé publiquement sur le dossier du siège d'Interpol, où les collectivités sont appelées à mettre la main à la poche pour participer à l'extension de cet équipement de rang international. Mais un courrier adressé date du 8 novembre par l'élu au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, et que La Tribune a pu consulter, est sans équivoque sur la position du Grand Lyon.

6 mn

Même si Bruno Bernard renvoie la balle, dans son courrier adressé au Ministre de l'Intérieur, il conclut sur une ouverture : « Souhaitant qu'lnterpol reste à Lyon, et sous réserve que l'État (...) clarifie son rôle de pilote d'un dossier qu'il porte, nous sommes prêts à envisager de participer à ce projet ».
Même si Bruno Bernard renvoie la balle, dans son courrier adressé au Ministre de l'Intérieur, il conclut sur une ouverture : « Souhaitant qu'lnterpol reste à Lyon, et sous réserve que l'État (...) clarifie son rôle de pilote d'un dossier qu'il porte, nous sommes prêts à envisager de participer à ce projet ». (Crédits : DR/Olivier Chassignol)

La joute politique se poursuit en coulisses au sujet d'Interpol, et les courriers aussi. Alors que Gérald Darmanin avait notamment adressé un courrier aux collectivités locales, afin qu'elles participent au financement de l'extension du siège mondial d'Interpol, situé à Lyon, début novembre, le maire EELV de Lyon Grégory Doucet avait déjà eu l'occasion d'expliquer ses réserves concernant le financement d'un tel équipement par les collectivités locales.

Jusqu'ici discret à ce sujet, le président EELV du Grand Lyon, Bruno Bernard, est en réalité à son tour monté au créneau sous la forme d'une autre missive, retournée dès ce lundi 8 novembre directement à son expéditeur, c'est-à-dire le Ministre de l'Intérieur.

Dans cette nouvelle missive, que La Tribune a pu consulter, l'élu écologiste concède que le projet datait de 2015 et rappelle : « Dès le 13 octobre 2015, l'État, à travers le Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et préfet du Rhône, a sollicité Gérard Collomb, président de la Métropole de Lyon et maire de Lyon, pour un projet d'extension du siège d'lnterpol à réaliser d'ici 2019, à défaut de laquelle l'organisation risque de s'orienter vers une autre implantation internationale ».

Bruno Bernard note cependant qu'entre « 2017 et 2018, et malgré la présence de Gérard Collomb au Ministère de l'lntérieur, ce dossier n'a pas avancé ».

Des allers-retours depuis 2015

Il renvoie ainsi l'Etat français à ses propres retranchements en rappelant que son prédécesseur à la Métropole de Lyon, David Kimelfeld, avait lui aussi sollicité le Ministre de I'lntérieur d'alors (Christophe Castaner) dans un autre courrier en date du 26 septembre 2019 afin de solliciter « l'organisation d'un tour de table et l'intervention proactive de l'État pour que le projet avance ».

« Dix semaines plus tard », ce courrier relève que le Ministère de l'Intérieur de l'époque aurait ainsi répondu (en date du 10 décembre 2019) : « les contraintes de mon emploi du temps particulièrement chargé ne permettent pas d'y réserver une suite favorable ».

De quoi conduire Bruno Bernard à estimer, à l'attention de Gérald Darmanin (entré en fonctions le 6 juillet 2020) et de son ministère : « Après autant d'années d'inaction de l'État sur ce dossier, je ne peux que me réjouir de votre regain d'engagement, exprimé très largement dans la presse ».

Rappelant l'engagement du Grand Lyon à participer, en outre, à deux projets "phares" de la scène lyonnaise, que sont la construction du nouveau bâtiment hébergeant le CIRC ainsi que l'accueil de I'académie de I'OMS, Bruno Bernard ne voit pas du même œil le projet d'Interpol.

Il rappelle notamment que, dans un autre courrier daté du 23 juillet 2020, il émettait déjà des réserves au préfet du Rhône sur le financement métropolitain du projet d'extension d'lnterpol. Réserves que Bruno Bernard affirme avoir reconfirmé, « lors d'un entretien au Ministère de l'lntérieur, Place Beauvau, le 27 octobre 2020, estimant que c'était à l'État français d'assurer le financement de ce projet ».

Un enjeu financier pour une PPI déjà chiffrée

Car pour le président écologiste, un enjeu financier vient s'ajouter aux questions politiques, que soulevaient déjà le maire de Lyon, Grégory Doucet : car en affirmant qu'il demeurait « en cohérence » avec sa propre position, « la programmation pluriannuelle d'investissements du Grand Lyon pour 2021-2026, jugée très ambitieuse" avec ses 3,6 milliards d'euros projetés sur cinq ans (soit 100 millions d'euros de plus que mandat précédent) « ne prévoit pas de financement de l'extension d'lnterpol ».

C'est donc aussi la raison pour laquelle la nouvelle missive, adressée ce lundi 8 novembre par le président écologiste, s'avère particulièrement attentive, sur un point d'ordre financier : « Alors même que depuis 2015,|'État n'a pas trouvé le temps de réunir I'ensemble des parties prenantes pour faire aboutir un projet qui lui est si cher », Bruno Bernard demande ainsi expressément à l'Etat de « clarifier son rôle de pilote d'un dossier qu'il porte », et notamment le montant du soutien alloué.

Relevant au passage que les premiers calculs sont passés d'un financement porté par l'Etat à hauteur de  « 50% d'un montant global de 65 millions (soit 32,5 millions d'euros) » en 2018, pour atteindre désormais « un tiers de la somme globale », soit 23% de la facture globale.

Et Bruno Bernard de conclure sa lettre, toutefois, par une timide ouverture : « Souhaitant qu'lnterpol reste à Lyon, et sous réserve que l'État revienne à son engagement de 2018 et clarifie son rôle de pilote d'un dossier qu'il porte, nous sommes prêts à envisager de participer à ce projet », conclut-il.

Pas certain que la rencontre prévue prochainement à la Préfecture du Rhône, pour le compte de l'Etat, ne soit de tout repos.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.