Label, pourboires... : la main tendue d'Emmanuel Macron aux acteurs de la restauration

A l'automne 2020, le premier ministre Jean Castex avait déjà voulu rassurer les restaurateurs fortement touchés par la crise, en leur promettant que 2021 serait placée sous le signe de "l'année de la gastronomie". Ce lundi, Emmanuel Macron a annoncé le second étage de la fusée avec la création d'un label, une sorte de "France relance" dédié aux restaurateurs, en marge de sa visite au SIRHA, en parallèle à l'annonce d'une défiscalisation des pourboires touchés par leurs salariés.

3 mn

En marge de sa visite au Salon international de la restauration, de l'hôtellerie, et de l'alimentation (Sirha) qui clôture ce soir sa 20e édition à Lyon, Emmanuel Macron a glissé deux annonces, qui se veulent comme une main tendue pour les professionnels de l'hôtellerie-restauration.
En marge de sa visite au Salon international de la restauration, de l'hôtellerie, et de l'alimentation (Sirha) qui clôture ce soir sa 20e édition à Lyon, Emmanuel Macron a glissé deux annonces, qui se veulent comme une main tendue pour les professionnels de l'hôtellerie-restauration. (Crédits : DR)

Objectif : sécuriser et rassurer une profession fortement fragilisée par la crise du Covid-19, mais aussi par la gestion du pass sanitaire, qui avait fait monter plusieurs de ses représentants au créneau au cours des dernières semaines.

En marge de sa visite au Salon international de la restauration, de l'hôtellerie, et de l'alimentation (Sirha) qui clôture ses portes ce soir à Lyon, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé deux nouvelles mesures à l'intention des restaurateurs.

Des pourboires défiscalisés sur 2022

A commencer par une défiscalisation des pourboires touchés par les professionnels de l'hôtellerie et la restauration pour l'année 2022. Cette mesure s'adresse notamment aux pourboires versés par carte bancaire, et avec une mise en œuvre promise « dans les prochains mois ».

Un dispositif qui se veut comme un « coup de pouce » pour les salariés, mais aussi un outil supplémentaire pour les chefs d'entreprises qui peinent à recruter, afin que le pourboire redevienne un vrai complément de salaire pour les personnes concernées.

Mais ce n'est pas la seule promesse qu'est venu faire le chef de l'Etat : il a également dévoilé ce lundi la création d'un nouveau label destiné aux restaurateurs.

Car après l'annonce d'une "Année de la gastronomie" (promise dès l'automne dernier par le premier ministre Jean Castex), le gouvernement veut désormais incarner cette "reprise" du secteur dans un label. Objectif affiché : "soutenir l'ensemble de la filière de la restauration durement touchée par la crise, et faire rayonner le savoir-faire culinaire français, des producteurs aux restaurants".

Un "mini" France relance de la gastronomie ?

Emmanuel Macron a annoncé à l'occasion du Sirha le lancement d'un label, auquel pourront candidater "les acteurs et réseaux de la gastronomie et de l'alimentation", qui sera ainsi placé sous la responsabilité du ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, Alain Griset.

L'idée ? Octroyer aux lauréats un soutien financier de l'Etat, compris entre 20.000 euros et 50.000 euros par projet.

Si l'on ne connait pas encore précisément le montant global de cette enveloppe, ni les critères de ce nouvel appel à projet (son site internet est encore lui-même en cours de construction), l'objectif semble bel et bien de reprendre les codes de l'outil France relance, dont un premier bilan a été tenu début septembre, avec certes, des enveloppes beaucoup plus modestes.

Un label et des inconnues

De ce "label", qui concerne cette fois le paysage de la gastronomie française, on sait déjà que ces dossiers "seront sélectionnés par un comité présidé par Guillaume Gomez, représentant personnel du président de la République auprès des acteurs du secteur".

Quatre thématiques seront retenues pour s'échelonner tout au long de cette "Année de la Gastronomie", à travers un imaginaire "marketé" par saisons : "l'hiver de la gastronomie engagée et responsable", "le printemps de la gastronomie inclusive et bienveillante", "l'été pour célébrer le partage et le vivre-ensemble", "l'automne des producteurs"...

Le gestion opérationnelle, ainsi que de dépôt de ces dossiers pour la saison « hiver » 2021 (qui donnera lui-même le coup d'envoi de cette "Année" de la gastronomie), sera confié à CCI France et à son réseau de 125 CCI à l'échelle territoriale, avec un premier appel ouvert à compter du 15 octobre prochain.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 29/09/2021 à 11:49
Signaler
Pour Macron il suffit de traverser la rue pour gagner sa vie en étant payé au pourboire. Tous les mêmes ces politiques aucun problème pour surpayer les fonctionnaires, les députés, sénateurs ou comme Carole Delga présidente d'Occitanie qui augmenter ...

à écrit le 28/09/2021 à 11:48
Signaler
on nous parle de la dette et on défiscalise en même temps. Il va en faire encore beaucoup des cadeaux aux entreprises. Dès qu'il s'agit d'une minorité, on s'agenouille devant elle, les ISF, les restaurateurs, les actionnaires........ mais quand il s'...

à écrit le 28/09/2021 à 10:28
Signaler
N'étant pas capable de se faire une omelette, il tape dans la caisse, voilà comment résumer son intervention!

à écrit le 28/09/2021 à 6:50
Signaler
J'hallucine. La main tendue de Macron aux restaurateurs. On se moque de la charité. Moi, ce que je vois, c'est la main tendu au consommateur pour faire l’aumône.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.