Régionales 2021 : pour sa dernière assemblée plénière, Wauquiez entretient le suspense

Comme ses homologues, actuels présidents de Région, Laurent Wauquiez présidait sa dernière assemblée plénière de son mandat ce jeudi. Une occasion pour le président LR de dresser son propre bilan, mais aussi « d’honorer son travail jusqu’au bout ». En annonçant de nouvelles aides aux agriculteurs touchés par le gel, ce n’est « pas encore » le moment pour lui de se porter candidat, tout en épinglant ses adversaires PS sur l'affaire ERAI.

8 mn

A l'occasion de la dernière assemblée plénière de son mandat, Laurent Wauquiez n'aura pas clarifié ses intentions en vue des prochaines régionales du 20 et 27 juin prochains, tout en affirmant à demi-mots que le temps du débat démocratique viendra.
A l'occasion de la dernière assemblée plénière de son mandat, Laurent Wauquiez n'aura pas clarifié ses intentions en vue des prochaines régionales du 20 et 27 juin prochains, tout en affirmant à demi-mots que le temps du débat démocratique "viendra". (Crédits : DR/C Pietri)

Il s'agissait d'une conférence symbolique, même si, jusqu'au bout, Laurent Wauquiez a tenu à souligner qu'il ferait son « travail ». Le président sortant de la Région Auvergne Rhône-Alpes dirigera ce jeudi la dernière assemblée plénière de son mandat, avant les élections régionales, qui auront lieu les 20 et 27 juin 2021.

Une occasion pour l'élu LR de dresser lui-même le bilan des six dernières années passées à la tête de l'Hôtel de Région, où il avait succédé au président PS Jean-Jack Queyranne. Face à la presse, le président de Région a sorti les chiffres, et rappelé le bilan de cette fin de mandature, marquée par le Covid-19, qu'il voulait tournée vers les « économies ».

Car selon l'élu, la région Auvergne Rhône-Alpes a pu bénéficier d'une « grande marge de manœuvre » face à la crise Covid-19, principalement en raison de la baisse du train de vie de la région et de son endettement, au cours des quatre dernières années.

« Nous sommes passés d'une capacité d'autofinancement de 419 millions d'euros en 2015 à 760 millions d'euros en 2019 et d'une capacité de désendettement de 6,6 années lorsque nous avons hérité de la Région, à 3,6 annuités aujourd'hui», souligne Laurent Wauquiez, en préambule de la présentation du compte administratif 2020.

Un exercice dans lequel le président LR a souhaité se distinguer, à la fois de la politique nationale, mais également de celle menée par ses adversaires de gauche, tous azimuts (PS comme Verts) : « Malheureusement, dans notre pays, c'est plus que rarissime. Or, je considère que le premier développement durable est de ne pas laisser de la dette à nos enfants ».

Au total, Laurent Wauquiez revendique près « d'un milliard d'euros d'économies » réalisées à l'échelle de son mandat (c'est-à-dire jusqu'en 2019, avant l'arrivée de la crise), assorties « d'aucune augmentation d'impôts », et déroule lui-même son propre bilan : « cette somme nous a permis de rénover 30 lycées, d'acheter 20 rames à hydrogène, d'accompagner 15 hôpitaux dans leurs investissements, d'installer 4.000 caméras, de rénover ou construire 100 maisons de santé à l'échelle de la région, et d'installer 100 pylônes de téléphonie mobile ».

Des aides encore à l'agenda

Mais la Région n'a pas terminé de sortir le carnet de chèques : la majorité sortante souhaite également proposer, lors de cette dernière assemblée plénière, le vote d'une enveloppe de 15 millions d'euros d'aides d'urgences, aux agriculteurs touchés par le gel.

Ils seraient près de 12.000 à avoir été frappés par la baisse soudaine des températures au début du printemps, selon des estimations réalisées par la Région.

Laurent Wauquiez annonce également la mobilisation d'une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour accompagner les collectivités dans la gestion de leurs centres de vaccination, et se fixe même de nouveaux objectifs chiffrés.

Car après avoir soutenu des centres dispensant jusqu'à 36.000 vaccins par semaine, Laurent Wauquiez -qui avait déjà pris les manettes d'une campagne massive de tests fin décembre ayant abouti à 30.000 détections de cas positifs-, se donne encore l'ambition qu'Auvergne Rhône-Alpes puisse atteindre « les 100.000 vaccins dispensés par semaine, à travers un effort qu'il juge collectif ». Pour cela, l'exécutif régional annonce la prise en charge allant jusqu'à 50% des coûts de fonctionnement des centres.

Enfin, troisième dossier de taille pour cette dernière assemblée plénière, le soutien au nouveau siège de la future Académie de formation de l'OMS, qui souhaite s'installer au cœur du biodistrict de Lyon Gerland d'ici 2023. Sur ce dossier, Laurent Wauquiez annonce l'abondement de l'aide proposée par la Région, « face à une impasse financière de 30 millions sur ce dossier » et où la Région apportera finalement une enveloppe de 24 millions (contre 10 millions prévus initialement), aux côtés de plusieurs partenaires (dons privés, ville, métropole et en première ligne, l'Etat, représenté par le préfet de région). Pour un budget global qui atteindrait près de 90 millions d'euros.

A travers cette opération, la Région deviendra notamment propriétaire du bâtiment afin de faciliter son implantation. « C'est un projet magnifique qui s'inscrit dans la grande vocation lyonnaise de fortifier les forces en santé et en capacité de recherche, (...) en s'inscrivant dans une dimension humanitaire et internationale », a souligné Laurent Wauquiez.

« Le temps du débat démocratique viendra »

Mais pour ceux qui attendaient un signe, une petite phrase, permettant de confirmer son engagement dans la campagne des régionales du 20 et 27 juin prochains qui, bien que pas officiellement lancée du côté de la droite, a déjà fait apparaître de premières passes d'armes (affaire Mediapart, affaire ERAI...), Laurent Wauquiez n'aura rien confirmé, ni infirmé.

« J'ai toujours considéré qu'en France, les élus passaient beaucoup trop de temps en campagne (...). On fait rien pendant le mandat, on s'agite durant la campagne, et une fois que l'on est élu, on se repose. Je n'aime pas ça, je considère que le travail doit être fait jusqu'au bout », a indiqué l'actuel président LR de Région.

Toujours pas officiellement candidat à sa propre succession, il assure que « le temps du débat démocratique viendra »... Sans néanmoins fixer de date.

« Nous serons bien sûr amenés à choisir entre différents chemins pour la Région, et le jugement ERAI nous a rappelé qu'il existe vraiment des options différentes dans la façon d'aborder et de gérer une collectivité locale, a glissé Laurent Wauquiez. Mais pour moi, le temps de la campagne vien[dra] une fois que j'aurai fini mon travail ».

Une chose est sure : Laurent Wauquiez devrait lui-même finir par entrer officiellement dans cette course sous peu, puisque le dépôt des candidatures est fixé, pour le premier tour, du 10 au 17 mai 2021.

Et l'affaire ERAI qui continue sa course...

Sur le dossier de l'ex-agence régionale, où un jugement de la chambre des procédures collectives du tribunal judiciaire de Lyon vient de condamner la Région Auvergne Rhône-Alpes à verser 10 millions aux mains du liquidateur d'Erai, Laurent Wauquiez a d'ailleurs évoqué son « écoeurement ».

Lire aussi : Liquidé en 2015, le dossier ERAI rebondit à quelques semaines des Régionales 2021

« Je rappelle que cette affaire concerne à 100% la précédente majorité composée des PS, des Verts et de l'extrême gauche. (..) Cette affaire est écoeurante. Alors même que nous avons fait des efforts pour redresser les finances de la Région, se dire que l'incapacité de gestion coupable, dont a fait preuve le précédent exécutif, et qui aboutit à une facture de 10 millions d'euros m'écoeure. Dans la période actuelle, j'ai autre chose à faire que de payer 10 millions d'euros pour des scandales financiers tels que l'a été ERAI », a estimé le président de Région.

Lire aussi : ERAI, le dossier à 10 millions d'euros

Face à l'ancienne présidence assumée par son adversaire PS, Jean-Jack Queyranne, Laurent Wauquiez a confirmé ce jeudi matin que la Région se porterait en justice afin de se retourner contre l'ancien exécutif PS, à travers une « action récursoire en responsabilité », engageant sa responsabilité financière.

Il affirme que sa majorité avait déjà engagé un premier recours à la suite de la publication du rapport de la chambre régionale des comptes, en 2016, toujours en cours. « Il s'agit cette fois d'une saisine sur l'article 40, car quand un responsable d'une collectivité locale constate qu'il y a eu des détournements de fonds ou des pratiques illégales, il a une responsabilité de les dénoncer et de ne pas les cacher », a rapporté Laurent Wauquiez. De quoi nourrir encore un peu plus les distensions à l'aube des Régionales.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 03/05/2021 à 15:45
Signaler
Merci pour votre politique:action/réaction , votre défense de nos racines républicaines....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.