Le plan de la ville de Lyon pour soutenir ses commerces de proximité

 |  | 713 mots
Lecture 4 min.
Grégory Doucet (au centre) et ses adjoints ont annoncé ce jeudi une série de mesures pour développer l'économie de proximité. Ils les ont ensuite présentées à une cinquantaine de représentants des commerçants locaux.
Grégory Doucet (au centre) et ses adjoints ont annoncé ce jeudi une série de mesures pour développer l'économie de proximité. Ils les ont ensuite présentées à une cinquantaine de représentants des commerçants locaux. (Crédits : DR)
La ville de Lyon, conduite par l'écologiste Grégory Doucet, vient de présenter, dans les grandes lignes, un plan "en faveur d’une économie de proximité". Favoriser le Made in Lyon, cartographier les zones blanches, ou encore créer des comités consultatifs ou encore un nouveau label lyonnais... Ce plan, pensé pour "le long terme", s'accompagnerait aussi de certaines mesures immédiates pour aider les commerçants à traverser la crise sanitaire.

"Il faut faire entrer Lyon dans l'ère de la coopération économique et de l'innovation écologique", a annoncé Grégory Doucet, maire de Lyon, en guise d'introduction aux mesures présentées, qui se destinent à soutenir l'économie de proximité.

Une ambition qui se traduirait par la création d'emplois "porteurs de sens et d'utilité sociale", par la relocalisation et la promotion du "Made in Lyon", le développement de la piétonisation -pensé comme une vitrine pour le commerce de proximité- et enfin, "la mise en harmonie" des acteurs économiques. Des mesures présentées et discutées hier, soit quelques heures après le discours d'Emmanuel Macron instaurant un couvre-feu dès ce samedi pour la ville de Lyon, avec une cinquantaine de représentants d'associations et de commerçants.

Valoriser le local et réinvestir les zones blanches

Camille Augey, adjointe déléguée à l'emploi et à l'économie durable, a détaillé les grands axes de ce plan. La nouvelle équipe souhaite développer un environnement favorable aux commerces, mais aussi aux consommateurs. C'est-à-dire diversifier et rendre accessibles les commerces dans tous les quartiers. "Cela passe une stratégie foncière avec des périmètres de sauvegarde".

Dès aujourd'hui, le bas des pentes de la ville, ainsi qu'une partie de la rue Montebello seront inclues dans cette stratégie de sauvegarde, tandis que la route de Vienne pourrait éventuellement entrer elle aussi dans ce périmètre. Une cartographie visant à identifier les "zones blanches" commerciales doit également être élaborée.

Pour protéger le commerce de proximité, la municipalité souhaite mutualiser les vitrines en ligne des commerces et lancer une campagne de communication pour inciter les Lyonnais à consommer local. En plus du label "Lyon ville équitable et durable", un label "Créé et fabriqué à Lyon" va être mis en place pour valoriser la consommation responsable.

Pour accompagner les commerçants dans cette transition, des conseils consultatifs économiques d'arrondissement vont être créés afin de "faire remonter les besoins et émerger des solutions". Chaque arrondissement ayant ses problématiques spécifiques, l'équipe municipale s'engage à aller à la rencontre des commerçants de chacun des arrondissements.

Valentin Lungenstrass, adjoint délégué aux mobilités, à la logistique urbaine et aux espaces publics, a aussi abordé la problématique des aires de livraison. Tout en se disant favorable à la création de nouvelles aires, ce dernier a ajouté qu'un projet, "destiné à faire respecter les aires de livraison et à diminuer les stationnements gênants qui perturbent la circulation" est en cours avec les ASVP.

Les terrasses autorisées jusqu'au printemps

Si les mesures précédentes s'inscrivent dans le temps long, c'est aussi sur le court-terme que les commerçants ont également besoin d'aide, afin de sortir la tête de l'eau face à la crise sanitaire et économique actuelle. Classée en zone d'alerte maximale et dès ce soir, en couvre-feu pour une période d'au moins quatre semaines, l'activité économique de la ville de Lyon se trouve, à l'image des huit autres métropoles concernées, fragilisée.

L'ancienne municipalité avait déjà voté l'exonération du paiement de la part fixe de la redevance des commerçants de la Halle Bocuse. La nouvelle équipe EELV a ainsi décidé de prolonger cette disposition au cours du troisième trimestre.

Grégory Doucet a aussi annoncé que la Ville s'associerait au dispositif Care de la CCI. Cette plateforme d'aide aux entreprises a pour objectif de "rassembler, organiser et coordonner les dispositifs d'aide et d'accompagnement des différents partenaires, pour faciliter le retour à l'activité des entreprises", en temps de Covid-19.

L'autorisation d'étendre les terrasses des bars et restaurants sur les places de stationnement sera également prolongée jusqu'au printemps. Reste à régler la question des chauffages de terrasse, pas vraiment en accord avec les valeurs écologiques.

Suite au couvre-feu annoncé par d'Emmanuel Macron, Grégory Doucet souhaite "d'abord attendre de voir ce que l'Etat propose" avant de créer de nouvelles aides destinées aux commerçants. D'autant plus que sur le volet de la compétence économique, il attend plus précisément un rendez-vous avec Laurent Wauquiez, le président LR de la Région... Une demande qui n'aurait selon lui pas encore aboutie à ce stade.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :