Ce que traduit l’arrivée de Dominique Thillaud, d’Aéroports de la Côte d’Azur à la Compagnie des Alpes

 |  | 1483 mots
Lecture 8 min.
La CDA gère près de onze stations alpines (Comme Tignes, ci-contre, mais aussi La Plagne, Les Arcs, ou encore Val d'Isère...) ainsi que de 13 complexes ou sites de loisirs (dont Parc Astérix, le Futuroscope, des parcs Walibi...).
La CDA gère près de onze stations alpines (Comme Tignes, ci-contre, mais aussi La Plagne, Les Arcs, ou encore Val d'Isère...) ainsi que de 13 complexes ou sites de loisirs (dont Parc Astérix, le Futuroscope, des parcs Walibi...). (Crédits : DR)
ENJEUX. Le groupe, qui exploite les plus grandes stations françaises de ski alpin ainsi que des parcs de loisirs en Europe, a choisi d’annoncer il y a quelques mois, en pleine crise sanitaire, une transition au sein de sa gouvernance. C’est finalement Dominique Thillaud, l’ancien président du directoire d’Aéroports Nice Côte d’Azur, qui deviendra dans quelques semaines l’homme fort de la filiale de la Caisse des Dépôts. Que traduit cette arrivée au sein d’un groupe de taille, fortement bousculé par la crise sanitaire et la fermeture des stations françaises cet hiver ?

La Compagnie des Alpes (CDA) s'apprête à changer de numéro Un, officiellement à compter du 1er juin prochain. Et le nom de son nouveau directeur général est désormais connu : il s'agit de Dominique Thillaud, ancien président du directoire du Groupe Aéroports de la Côte d'Azur.

On avait laissé Dominique Thillaud au mois de septembre, remplacé à la présidence du directoire d'Aéroports de la Côte d'Azur par Franck Goldnadel. Un départ surprenant, tant l'homme avait su résister aux différents soubresauts, dont celui de la privatisation qui avait vu le groupe italien Atlantia l'emporter, constituant alors un consortium baptisé Azzurra. Même après l'arrivée des transalpins aux commandes de la société qui regroupe, outre Nice, les aéroports de Cannes-Mandelieu et de Saint-Tropez, Dominique Thillaud était resté en place, continuant à mener la stratégie de conquête de l'ensemble aéroportuaire.

Passé par le domaine bancaire, au département fusions et acquisitions de Banexi, dès le début de sa carrière, ce diplômé de l'EM Lyon et de l'ISC Paris passe ensuite chez PWC avant de rejoindre JP Morgan Chase en tant que vice-président en charge des activités de fusion-acquisitions. C'est là qu'il conseille Lagardère pour la création d'EADS.

Changement de direction dès 2002, année où Dominique Thillaud intègre SNCF Participations, il en devient DG l'année suivante. En prenant ensuite la direction de la Stratégie Corporate, des investissements et du développement du groupe SNCF, il se retrouve à la manœuvre du développement des filiales telles que iDTGV, Kéolis, Eurostar ou Thalys. En 2012, le voici président de SNCF Energie.

C'est cette même année qu'il rejoint le Sud pour prendre la direction d'Aéroports de la Côte...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :