François Turcas : "Pour une réunification des CCI et chambres de métiers"

Après la victoire de la liste "Artisans de notre avenir" aux élections des chambres de métiers d'Auvergne Rhône-Alpes, François Turcas, président de la CGPME Rhône, imagine une union des chambres consulaires de commerce et de métiers afin d'être plus fortes.

2 mn

(Crédits : Laurent Cerino/Rea)

>> Article actualisé le 26 octobre à 16 h

"C'est une révolution !" François Turcas ne tarit pas d'éloges sur la victoire de son camp aux élections des chambres de métiers et de l'artisanat en Auvergne Rhône-Alpes. La liste "Artisans de notre avenir- Fiers d'être artisans" remportant sept chambres contre quatre pour l'UPA, lui en subtilisant cinq au passage (celle de Haute-Savoie étant sans étiquette). Pour le président de la CGPME Rhône et Auvergne Rhône-Alpes, ce score lui donne des ailes en particulier lorsqu'il observe la victoire à la chambre du Rhône - historiquement UPA - la plus puissante de toutes.

"Après le tribunal de commerce, bientôt la CCI métropolitaine, et maintenant les chambres d'artisanat, et bien plus... c'est une grande fierté pour le président que je suis. Je vais terminer ma présidence de façon grandiose."

Pris dans un élan d'euphorie, le bouillonnant dirigeant lyonnais va même plus loin en affirmant que son syndicat (qui regroupe la puissante Fédération française du bâtiment) remportera la chambre régionale de métiers et d'artisanat Auvergne Rhône-Alpes.

Lire aussi : Chambre de métiers : Jusqu'où ira Artisans de notre avenir ?

Visionnaire

Mais avant que son mandat prenne fin en 2018 et sans doute un prochain, François Turcas a un dernier souhait :

"Que les chambres de commerce et d'industrie et les chambres de métiers et de l'artisanat s'unissent. Je voudrais partir avec l'ambition de faire des entités communes conservant chacune leur spécificité comme nous l'avons entrepris à Tarare (Rhône).

Il faut être visionnaire et donc imaginer de travailler ensemble, même avec les chambres d'agriculture. C'est une obligation économique, pratique et financière. Je vais ainsi demander à Emmanuel Imberton, futur président de la CCI métropolitaine et Alain Audouard, président de la CMA du Rhône, de réfléchir à cela."

L'UPA conteste

Une volonté qui ne satisfait aucunement l'UPA. Dans un communiqué publié le 26 octobre, Bruno Cabut, président régional de l'organisation interprofessionnelle, critique cette volonté de François Turcas :

"L'UPA Auvergne-Rhône-Alpes s'opposera très fermement à la tentative de fusion CMA et CCI qui n'a qu'un seul but, assurer une main mise MEDEF-CGPME sur les chambres consulaires, sous couvert de pseudo économies."

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 03/11/2016 à 11:42
Signaler
Expliquez moi pourquoi la CCI Grenoble investit dans de l'immobilier parisien ?

à écrit le 22/10/2016 à 9:52
Signaler
La CCI de Lyon est frappée d'obésité, une obésité ruineuse il devient urgent de la faire maigrir en purgeant les effectifs des 80% de piètres comédiens inutiles, incompétents qui jouent de mauvais rôles absurdes et surtout ... très contre producti...

le 23/10/2016 à 20:12
Signaler
Les dernières élections Cci et des délégués consulaires grands électeurs des Membres des Tribunaux de commerce ont eu lieu du 25 novembre au 8 décembre 2010 ; le taux d’abstentions dans les catégories commerce, industrie ou services était comparable:...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.