Maurice Bansay (Apsys) : "Nous avons l’intention ferme de réaliser Neyrpic"

 |  | 1119 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : DR)
Engagé sur le projet de centre commercial Neyrpic - un grand ensemble commercial qui occuperait d'anciennes friches industrielles aux portes de Grenoble, en Isère - le groupe Apsys, fait à nouveau face à un recours en référé. Une énième contestation depuis 2007, cette fois-ci déposée récemment par un collectif de citoyen soutenu par "Notre Affaire à tous". Pour autant, Maurice Bansay, président-fondateur du groupe parisien familial de 400 salariés, qui gère près de 32 actifs immobiliers entre la France et la Pologne, se dit confiant et annonce une ouverture pour 2022, confortée selon lui par l’épisode du Covid-19.

Depuis ses débuts, le projet commercial Neyrpic a suscité de nombreuses contestations, notamment des commerçants du centre-ville, voire même de la Chambre de commerce et d'industrie. Que leur répondez-vous ?

Maurice Bansay : Nous avons toujours dit que notre objectif n'était pas de faire de l'alimentaire étant donné la proximité d'un hypermarché à quelques pas du site.

Neyrpic propose un site de balade et de déambulation, comprenant non seulement des commerces mais également un food hall et des loisirs (fab lab, mur d'escalade, vague de surf, salle de fitness), le tout sur un site déjà très bien desservi par les transports en commun. Nous visons en premier lieu les habitants de la vallée du Grésivaudan, car ils ont aujourd'hui du mal à accéder à l'hyper-centre, tout en freinant une partie de l'évasion commerciale vers Lyon ou Chambéry avec un centre de shopping de nouvelle génération.

Car Neyrpic - qui tire son nom du groupe Alstom, connu sur la région pour avoir équipé de nombreux barrages et qui représente encore tout un symbole industriel - sera une usine industrielle transformée adossée à un programme de renouvellement urbain de dernière génération. L'objectif étant de créer un véritable cœur de ville pour l'agglomération de Saint-Martin-d'Hères, qui ne disposait pas d'un tel lieu.

On sait déjà que Gabriel Péri est un axe commercial puissant, qui génère près de 300 millions de chiffre d'affaires par an, qui est le fruit d'un urbanisme datant des années 70 et 80.

Nous avons mené des discussions avec les différents acteurs et signé un protocole avec la métropole de Grenoble et la ville de Saint-Martin-d'Hères qui prévoit un certain nombre d'engagements forts, tels que la limitation des transferts du centre-ville, ainsi que la présence d'enseignes qui n'étaient pas installées sur le territoire.

Le vrai débat est aujourd'hui d'être en capacité de rivaliser avec la proposition du e-commerce en attirant les consommateurs sur le territoire, avec des projets en complémentarité avec le centre-ville.

Un nouveau référé suspension au sujet des travaux engagés vient d'être déposé par l'association "Neyrpic autrement" et le collectif "Notre affaire à tous", qui s'ajoute à un nouveau recours encore à l'étude sur le dernier permis de construire déposé...

Le projet a été initié en 2007 et a entre-temps subi une série de recours. Aujourd'hui, la situation est entièrement clarifiée puisque nous disposons de l'autorisation d'urbanisme commercial nécessaire, définitive et actée, ainsi que de deux permis de construire puisqu'au fil des retards qui ont été pris, il nous a fallu optimiser notre projet pour répondre aux attentes des citoyens.

Ce second permis ne fait plus que l'objet d'un seul recours par un groupe d'opposants et doit encore être examiné par le tribunal administratif courant 2020. Nous sommes dans l'attente de la décision du tribunal mais notre stratégie est simple : soit celui-ci nous donne raison et nous pourrons aller de l'avant avec ce permis, ce qui est notre souhait, soit nous nous retrancherons derrière notre permis de construire n°1, qui a été acté de manière définitive.

Nous avons finalisé l'acquisition des terrains en décembre dernier, ce qui signifie que nous avons l'intention ferme de réaliser ce projet, et avons déjà lancé les travaux de préparation et d'aménagement, en liaison avec l'aménageur sélectionné par la Ville, Territoires 38. L'objectif étant de démarrer les travaux de construction à l'automne, pour une ouverture fin 2022.

Neyrpic

Le projet dessiné du futur centre commercial

La crise sanitaire du Covid a-t-elle eu un impact sur votre projet ?

Objectivement, cet épisode n'a rien changé il y a eu très peu d'incidences sur le plan opérationnel puisque les travaux de préparation ont tout de même pu se tenir.

Concernant les réflexions amorcées dans le cadre de cette pandémie, nous avons eu l'occasion de constater que le digital a ses limites, y compris en matière de business. Les gens ont beaucoup travaillé en télétravail mais ils vont être à nouveau ravis de pouvoir se rencontrer et échanger physiquement et le projet Neyrpic est, en cela, adapté aux attentes des citoyens.

Il ne s'agit pas du modèle, révolu à nos yeux, d'un grand centre commercial organisé autour d'une galerie marchande et d'un parking autour, mais bien d'un lieu de vie qui privilégie la verdure, le design, et le développement durable avec des certifications ainsi que l'utilisation d'énergies renouvelables comme le photovoltaïque.

Apsys est spécialisé depuis 25 ans dans les opérations de développement des centres villes et des milieux urbains, avec des opérations qui allient commerce et autres fonctions. Nous avons commencé nos développements en Pologne dans les années 90 et nous nous positionnons aujourd'hui comme le premier opérateur du secteur de la rénovation urbaine en milieu dégradé, comme c'est le cas à Saint-Martin-d'Hères aujourd'hui, afin de recréer de l'animation et du lien social, avec près de 25 réalisations déjà livrées en France et en Pologne.

Nous ouvrirons d'ailleurs très prochainement une opération d'entrée de ville à Saint-Étienne, Steel, déjà à 95 % commercialisée, ainsi qu'un projet urbain situé à Bordeaux, en face de la gare Saint-Jean, avec un mix de bureaux, hôtels, logements et de commerces à ciel ouvert, sur près de 70 000m2.

Quel est le taux actuel de réservation sur ce projet ?

Nous avons atteint un taux de réservation de plus de 50 % des espaces disponibles, ce qui est assez exceptionnel compte-tenu de la conjoncture actuelle, où le commerce physique est déjà fortement concurrencé (et en vertu du retard imputé aux recours engagés, NDLR). La preuve que beaucoup d'acteurs du commerce, de la restauration et des loisirs considèrent que ce projet est adapté.

Beaucoup de noms de marques sont encore confidentiels mais nous avons un acteur déjà présent sur l'avenue Gabriel Péri, Espace montagne, qui a déjà annoncé son intention de s'installer à Neyrpic sur 1500 m².

Ce projet représente un investissement de 240 millions d'euros dont 190 millions d'euros sont assumés par notre groupe, le reste étant à la charge des enseignes qui aménageront leurs futurs espaces.

(Actualisé le 23/06 : Le référé suspension contre l'exécution du permis de construire de Neyrpic, délivré le 3 mai 2018, a finalement été rejeté par le juge des référés du Tribunal Administratif de Grenoble ce mardi. Une nouvelle qui confirme donc, pour le groupe, la perspective d'une ouverture en 2022).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :