Rhône et Beaujolais : un tourisme de proximité pour redécouvrir le territoire

Série d'été [La revanche des territoires en AURA #2]. Il n’y a pas que Lyon dans le Rhône. Même si la ville et son patrimoine sont un atout touristique de taille pour le territoire, le département du Rhône et le Beaujolais tirent leur épingle du jeu en proposant des parcours touristiques plus orientés vers la nature, la randonnée et le vin. Des atouts notables après une longue période confinée, qui s’adressent plus à des touristes locaux qui redécouvrent le territoire.

5 mn

En top des activités du département vendues sur la plateforme Place de marchés de Rhône Tourisme, on retrouve le pique-nique dans les vignes, les fêtes du Beaujolais et le geocaching.
En top des activités du département vendues sur la plateforme Place de marchés de Rhône Tourisme, on retrouve le pique-nique dans les vignes, les fêtes du Beaujolais et le geocaching. (Crédits : Laurent Cérino/ADE)

Les touristes connaissent la Fête les Lumières, la basilique de Fourvière ou le Vieux-Lyon, mais au-delà des frontières de la ville, le département développe une offre touristique, orientée vers la nature et le vin.

Le Rhône se divise en quatre bassins : le Beaujolais, les monts et coteaux du lyonnais, la plaine de Lyon et la région de Condrieu. Des territoires principalement propices à l'oenotourisme, aux fêtes d'été et à la randonnée.

"L'année passée a été compliqué, mais quand les gens ont été déconfinés, ils n'ont pas pu aller très loin, donc ils ont redécouvert et réinvestit le territoire", remarque Jean-Louis Vazette, directeur général de l'Epic Maison départemental Rhône Tourisme.

"Les professionnels du tourisme sont confiants. Nous nous attendons à une meilleure année que 2019 ." Il décrit une "soif d'extérieur et de consommation" qui pourrait bien bénéficier au Rhône.

Du vin et des randonnées

En top des activités du département vendues sur la plateforme Place de marchés de Rhône Tourisme, on retrouve le pique-nique dans les vignes, les fêtes du Beaujolais et le geocaching.

En dehors des réservation sur cette plateforme, les randonnées à pieds ou en vélo, l'œnotourisme et le tourisme gourmand sont les filières fortes du département, ainsi que "tout ce qui est autour de la romanité", annonce Jean-Louis Vazette.

Dans le Beaujolais, les demandes sont similaires, sur l'oenotourisme et les randonnées, avec une un appétence en plus pour les villages et le patrimoine. Les évènements font partie intégrante de l'offre estivale du Beaujolais. "C'est un franc succès et ça véhicule notre positionnement. Tous les jours, il va se passer quelque chose", déclare Nelly Noailly, directrice de développement de Destination Beaujolais.

Le Beaujolais peut aussi compter sur le Geoparc, vaste site géologique classé Unesco. Il propose des micro aventures qui ont connu une belle croissance en période de Covid.

Ces excursions constituent un "deux en un" et permettent de découvrir des sites géologiques et de visiter les producteurs locaux. Le programme événementiel du Geoparc s'est lui aussi enrichi, "porté par les locaux", souligne Clement Cazé, chef de projet Géoparc, en passant d'une trentaine d'évènements habituels à 110 cette année.

Côté vins, Destination Beaujolais, "met en musique la route des vins. Nous sommes force de proposition pour aider les voyageurs sur cet itinéraire, leur faire découvrir les caveaux et les territoires."

Le label national Vignobles et découvertes est aussi un moyen de valoriser les vignobles avec des piques-niques dans les vignes ou des visites privilèges. Un Wine Tour au départ de la gare de Villefranche-sur-Saône est aussi organisé pour la deuxième année.

"Pour l'instant, nous n'avons que quelques réservations", note Nelly Noailly.

Un tourisme de proximité

Les touristes qui visitent le département sont "plutôt français, d'Auvergne Rhône-Alpes", note Jean-Louis Vazette. Quelques franciliens, Suisses ou Belges s'arrêtent aussi dans le département lors de leur trajets vers le Sud. "La moitié de notre clientèle vient déjà du Rhône, c'est une clientèle de proximité", abonde Nelly Noailly. Une typologie de touristes régionaux, qui s'est "renforcée depuis 2020."

Un tourisme de proximité qui se retrouve dans les chiffres des logements. En 2018, le département comptait 8.570 hébergements, soit 57.900 lits touristiques. Sur ces lits, 65 % sont dans des résidences secondaires, seulement 1.060 structures sur les 8.750 sont de l'hébergement marchand.

Aussi, 29 % de l'offre marchande des logements sont des hôtels, 27 % sont des hôtels de plein-air (campings divers), 18 % de l'hébergement collectif, 15 % des meublés touristiques et 11 % sont des maisons d'hôtes.

Selon une estimation datée de 2014, la dépense moyenne par personne et par jour est de 36 euros. Le tourisme dégageait à cette même période, 115,2 millions d'euros de richesse, principalement grâce à l'hébergement, les frais annexes de consommation et à la restauration.

Se renouveler pour attirer de nouveaux touristes

Opérationnel depuis le 1er juin, l'Epic Maison départemental Rhône Tourisme continue de développer l'offre touristique du département, tout en faisant converger les sept offices de tourisme de son territoire vers l'innovation, en matière d'offre.

En octobre, l'Epic va organiser une rencontre du tourisme pour les professionnels, "sur le thème de l'innovation, pour se renouveler après le Covid", déclare son directeur. Des ateliers seront organisés sur les balades augmentées, le murmure des statuts, le rôle de l'olfactif, etc. "Pour être attractif, il faut se réinventer et les technologies peuvent être au service du développement économique."

En ce sens, le directeur compte bien développer l'offre de geocaching avec les Gnolus, personnages fictifs dissimulés dans la nature, à attraper via une application et en vrai dans des petites capsules. "C'est une activité très familiale, qui va être étendue aux Monts du Lyonnais et à l'ensemble du département, à l'image de Terra Aventura en Aquitaine. Nous souhaitons en faire une proposition phare", avance Jean-Louis Vazette.

De son côté, Destination Beaujolais travaille sur un roadbook de la route des vins, en version papier et en ligne. Une site dédié au randonnées est prévu pour 2022. Afin de renforcer sa présence sur son territoire, Destination Beaujolais a aussi mis en place un bureau mobile depuis début juillet.

Dans tout le Rhône, un travail est également mené au quotidien sur le tourisme et le handicap, la préservation des espaces naturels sensibles, le tourisme fluvial et la randonnée. "Le tourisme, c'est un tout, il faut une multiplicité d'offres pour attirer les touristes", commente Jean-Louis Vazette.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.