Comment la filière des jeux vidéo pourrait (encore) accélérer

 |  | 1108 mots
Lecture 7 min.
A l'avenir, plusieurs tendances comme le jeu mobile ou la réalité virtuelle pourraient prendre de l'importance au sein de la filière des jeux vidéo, qui regroupe près de 150 entreprises en AuRA.
A l'avenir, plusieurs tendances comme le jeu mobile ou la réalité virtuelle pourraient prendre de l'importance au sein de la filière des jeux vidéo, qui regroupe près de 150 entreprises en AuRA. (Crédits : Facebook)
La Région Auvergne-Rhône-Alpes a voté en décembre dernier une enveloppe de 800.000 euros d'aide à destination de différents studios de jeux vidéo de la région. Une manière de maintenir la création indépendante, dans une filière de plus en plus mondialisée, et qui présente plusieurs enjeux sur des tendances d'avenir, comme le jeu mobile ou la montée en puissance de la réalité virtuelle.

A la suite des deux confinements, les français seraient-ils devenus davantage joueurs ?

Selon les premiers chiffres communiqués par le secteur, la pandémie de Covid-19 aurait en effet renforcé le poids de l'industrie du jeu vidéo, avec des revenus générés en hausse de 11 milliards sur 2020 (pour 163,1 milliards de dollars), selon une étude de la société TechNet. Et en Auvergne-Rhône-Alpes, ce secteur devrait même bénéficier d'un nouveau coup de pouce pour transformer l'essai.

Il faut dire qu'une partie du territoire se calque au rythme de l'industrie du jeu vidéo: Auvergne Rhône-Alpes est en effet perçue comme la seconde région de France du secteur, regroupant près de 16% des emplois du secteur, mais aussi les sièges d'éditeurs de renom comme Ubisoft, Bandai Namco ou Electronic Arts.

Au total, ce sont en effet près de 150 entreprises qui occupent le terrain (dont 90 % sont historiquement basées entre Lyon et Villeurbanne), avec 2.500 emplois à temps plein et un chiffre d'affaires global de 800 millions d'euros.

"On estime à un peu plus de 300 millions d'euros le chiffre d'affaires réalisé sur le continent par Bandai Namco, une entreprise japonaise qui a son siège social Europe à Lyon (Vaise)", souligne Mathilde Yagoubi, déléguée générale du cluster Game Only, qui regroupe et fédère les entreprises...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :