Prix des carburants : « Les entreprises commencent à être impactées » (Odile Dubreuil, Ordre des experts comptables)

L'INVITEE ECO. A l’heure où les perspectives de croissance demeurent élevées pour l’année 2022, tout en confirmant un phénomène d’inflation qui grimpe, comment se profile la santé des entreprises au sein de la première région industrielle française (et seconde en matière de PIB) ? Pour Odile Dubreuil, présidente régionale de l’ordre des experts-comptables, les voyants sont globalement au vert, même si des travaux concernant l’étalement des Prêts garantis par l’Etat devront être menés au cours des prochaines semaines, et que les hausses des prix (matières premières, transports, carburants) commencent à peser également.

5 mn

(Crédits : DR)

Après deux années de crise, quel bilan peut-on tirer de la santé des entreprises régionales en 2021 ?

Pour Odile Dubreuil, présidente de l'ordre des experts-comptables en Auvergne Rhône-Alpes, on n'a effectivement pas assisté à une vague de faillites comme beaucoup l'avaient prédit.

« Le quoi qu'il en coûte a été à la hauteur », affirme Odile Dubreuil, qui note également la résilience des chefs d'entreprises. « Nous n'avons jamais enregistré autant de croissance qu'en 2021, avec de vrais projets et une faisabilité satisfaisante », a confirmé la présidente régionale de l'ordre des experts-comptables, au micro de Lyon Business.

« Contrairement à ce que l'on aurait pu croire, on n'a pas eu beaucoup de casse, voire même plutôt peu. Cette crise Covid-19 a permis aux entrepreneurs de se dire : I have a dream, j'y vais ! »

Et ce, malgré l'incertitude que nous avons connue courant janvier, avec le rebond épidémique engendré par Omicron, qui a généré de l'inquiétude au sein des milieux économiques ?

Après l'incertitude du début de mois, le retour de la confiance

Selon les derniers chiffres du baromètre régional de la CCI de Région Auvergne Rhône-Alpes, 30 % des TME-PME se disaient en effet en activité réduite courant janvier en raison du variant, et notamment dans le commerce de détails, le CHR et l'événementiel. 19 % des entreprises indiquient même face à des difficultés de trésorerie.

« Effectivement, il y a eu une incertitude dans le monde de l'hôtellerie-restauration avec à Lyon, des restaurants qui craignaient d'être impactés encore par le retour au télétravail. Mais l'activité est vraiment bien repartie, les gens ont eu confiance », souligne la présidente de l'ordre des experts-comptables.

Résultat ? Alors que les premières échéances de remboursements sont attendues à compter du printemps prochain, Odile Dubreuil sait qu'un accompagnement sera nécessaire pour évaluer les possibilités de remboursement sur une durée plus longue.

« Au lieu de faire du prêt-à-porter, nous allons faire du sur-mesure », affirme-t-elle, en référence au calcul et à l'échelonnement des PGE présenté l'an dernier, tout en ne se disant « pas très inquiète » pour cette étape à venir.

Des secteurs sortent-ils gagnants de cette crise ?

Avec, parmi les grands gagnants du plan de relance de 100 milliards d'euros accordé par l'Etat français (et déjà consommé pour 70%), des entreprises régionales également comme des startups, bureaux d'ingénierie, ou fonctions de recherche, mais aussi le tissu industriel au sens large en Auvergne Rhône-Alpes, qui se pose comme le premier bassin industriel de France.

Une situation qui aurait pu être une faiblesse, mais qui s'est finalement au contraire muée en une force sur le terrain de la reprise, grâce à la diversité mais aussi au nombre de projets d'investissements accompagnés par France Relance.

Même « les secteurs de l'aéronautique et de l'automobile ont été certes impactés, mais ont pu être aidés par des enveloppes du plan France Relance », témoigne Odile Dubreuil.

Le poids des hausses de coûts qui se resserre

D'ailleurs, ce sont aujourd'hui les problématiques autour des coûts des matières premières et du transport, mais aussi de l'énergie, qui constituent désormais l'un des deux principaux facteurs de tension des entreprises régionales sur l'année 2022, avec les enjeux de recrutement qui demeurent très présents.

Dans le milieu du bâtiment par exemple, des entreprises font actuellement face à des hausses des prix moyennes de 18 % sur les matériaux, alors que seules 45 % ont pu les reporter sur leurs prix de vente, selon la Capeb.

« Il est vrai que le prix du carburant, dont le niveau a fortement augmenté en même temps que les taxes, commence à impacter les entreprises qui sont bien évidemment obligées d'augmenter leurs prix de vente, ce qui peut poser un problème si les devis étaient fermes », note Odile Dubreuil, qui cite également le coût des approvisionnements, qui grimpe aussi avec la facture des transports.

Retrouvez l'interview complète en replay ici.

Un décideur chaque semaine

Pour rappel, le groupe La Tribune et BFM Lyon s'unissent depuis cette rentrée pour vous proposer, à travers l'émission Lyon Business (tous les mardis à 17h45), l'interview d'un décideur de l'économie lyonnaise au coeur de l'actualité.

Une occasion de décrypter ensemble les enjeux des dossiers et tendances de l'économie locale, animée par Elodie Poyade pour BFM Lyon et Marie Lyan pour le bureau Auvergne Rhône-Alpes du journal La Tribune.

Une émission à retrouver en direct et en replay sur la chaîne BFM Lyon, disponible sur le canal 30 de la TNT et sur les chaines 479 (box SFR), 360 (Orange), 315 (Bouygues) et 915 (Free), ainsi que sur le bureau Auvergne Rhône-Alpes de La Tribune.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.