Autopartage : "Notre objectif est d'atteindre une rentabilité d’ici la fin du mandat" (Fabien Bagnon, LPA)

L'INVITE ECO. Cette semaine, c’est Fabien Bagnon (LPA), vice-président à la voirie et aux mobilités actives à la Métropole de Lyon qui est revenu sur les grandes ambitions du gestionnaire de parking Lyon Parc Auto (LPA), qu'il dirige depuis septembre 2020. Entre son ambition de quadrupler le nombre de véhicules en autopartage et celui de participer aux évolutions en matière de logistique urbaine (livraisons du dernier kilomètre, projet d'hôtel de la logistique urbaine), l'élu livre sa vision des mobilités "actives" de demain.

5 mn

(Crédits : DR)

Depuis septembre 2020, c'est un profil engagé en faveur des mobilités douces qui a endossé les commandes de la Société d'Economie Mixte (SEM) Lyon Parc Auto (LPA) pour les six ans à venir. Le 13e vice-Président de la Métropole de Lyon délégué à la voirie et aux mobilités actives, Fabien Bagnon, a pris la tête du gestionnaire de stationnement urbain, qui opère près de 70% du parc lyonnais, mais aussi, un parc à Villeurbanne et un parc à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry.

Mais aujourd'hui, ce n'est plus uniquement la voiture qui l'intéresse : l'année 2022 à venir sera même placée sous le signe d'une forte accélération des ambitions et de la diversification de la stratégie de Lyon Parc Auto.

Avec à la clé, une multiplication par quatre du parc de véhicules en autopartage sous la marque Citiz (pour une enveloppe de 3,1 millions d'euros), qui se renforce en parallèle à son offre de free-floating Yea!, mais également plus largement un élargissement de ses activités, qui vont désormais bien au-delà de la seule gestion des stationnements, pour laquelle la société d'économie mixte a été créé.

Avec son service d'autopartage tout d'abord, qui répond aux ambitions de la ZFE lyonnais, visant à sortir les voitures diesel du coeur de la ville d'ici la fin du mandat en 2026 :

"Notre objectif est d'atteindre une rentabilité d'ici la fin du mandat", indique Fabien Bagnon à propos de son activité d'autopartage, tout en rappelant que LPA a désormais atteint le seuil des 6.000 abonnés (contre 10.000 pour l'opérateur Bluely lors de son départ en 2020, ndlr, ce qui représente déjà près de 200.000 kms réalisés chaque mois. Et d'ajouter : "Nous avons des personnes dans nos parkings qui utilisent leur voiture moins d'une fois par semaine, nous souhaitons les engager à utiliser l'autopartage".

De la gestion des stationnements et véhicules à la logistique urbaine

En parallèle, Lyon Parc Auto s'est outillé sur un autre terrain : celui de la logistique urbaine, une activité qui devrait progressivement constituer son troisième pilier.

La SEM a notamment mené depuis l'an dernier des expérimentations en matière de livraison du dernier kilomètre (avec la plateforme internet, Ma livraison ZEN, visant à mettre en relation des coursiers dont La Poste Urby, Becycle, Fends la bise, ou encore le petit Warning +) à destination des commerçants du centre-ville de Lyon, et fait également partie du consortium qui sera chargé d'opérer les futur Hôtel de la logistique urbaine (HLU) du Port Edouard Herriot.

Un projet d'envergure de 40 millions d'euros qui, malgré les retards accumulés en période covid et post-municipales, a avancé d'un pas ce été, puisque le consortium retenu par la CNR et la métropole de Lyon (composé entre autres de LPA, Post Immo, Banque des Territoires et la Société d'Equipement et d'aménagement du Rhône et de Lyon, SERL) vient de signer en juillet dernier une convention d'occupation temporaire lui permettant de débuter enfin ses travaux.

Avec, comme horizon désormais, une livraison attendue et confirmée pour "fin 2023" pour un bâtiment qui permettra de décharger les marchandises à quai, avant qu'elles ne soient emportées vers le coeur de ville avec des modes de transports plus doux (vélos cargos, etc).

A l'antenne, Fabien Bagnon est donc revenu sur :

  • Le nombre de voitures Citiz va passer de 100 à 400, avec la création de 120 nouveaux stationnements à travers la Métropole ;
  • Le modèle économique : comment transformer l'essai et remporter le pari auquel Bluely a renoncé ;
  • En quoi des parkings comme le quai Saint-Antoine préfigurent le futur du stationnement ? On se dirige aussi vers plus de services ?
  • Face à l'essor des stationnements assortis de bornes électriques, la transition de LPA impliquera-t-elle des tarifs préférentiels à destination des véhicule propres, et donc des malus pour les voitures thermiques ?
  • Après les expérimentations de livraison urbaine, les parkings deviendront-ils un lieu de logistique à part entière ?
  • Quid du projet d'hôtel de la logistique urbaine (HLU) que co-porte LPA ? Quels sont aujourd'hui les ambitions et l'horizon d'un tel projet, repris par la nouvelle majorité EELV ?
  • Avec le développement de la ZFE lyonnaise, quels sont les outils étudiés par LPA pour accompagner cette transition ?

Une interview à retrouvez en replay ici.

Un décideur chaque semaine

Pour rappel, le groupe La Tribune et BFM Lyon s'unissent depuis cette rentrée pour vous proposer, à travers l'émission Lyon Business (tous les mardis à 17h45), l'interview d'un décideur de l'économie lyonnaise au coeur de l'actualité.

Une occasion de décrypter ensemble les enjeux des dossiers et tendances de l'économie locale, animée par Elodie Poyade pour BFM Lyon et Marie Lyan pour le bureau Auvergne Rhône-Alpes du journal La Tribune.

Une émission à retrouver en direct et en replay sur la chaîne BFM Lyon, disponible sur le canal 30 de la TNT et sur les chaines 479 (box SFR), 360 (Orange), 315 (Bouygues) et 915 (Free), ainsi que sur le bureau Auvergne Rhône-Alpes de La Tribune.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.