François Gaillard, une pointure du tourisme lyonnais, prendra les commandes de France Montagnes

PORTRAITS CROISES. L'association regroupant les principaux acteurs du tourisme de montagne en France l'a confirmé hier soir, après que des bruits de couloir aient fuité : son actuel directeur général, Jean-Marc Silva qui partira à la retraite début 2022, sera remplacé en février prochain par une autre pointure lyonnaise du tourisme, François Gaillard. Jusqu'ici directeur général de l'agence Only Lyon depuis 18 ans, ce savoyard d'origine revient ainsi sur ses terres, juste après avoir fait de Lyon la 2e meilleure destination européenne des World Travel Awards.

7 mn

Le lyonnais François Gaillard (originaire de Savoie), s'apprête à remplacer Jean-Marc Silva au poste de directeur générale de France Montagne, avec, dans ses valises, un succès de taille puisque Lyon vient d'être élue, il y a quelques jours, seconde meilleure destination urbaine du classement des World Travel Awards, avec un fort marqueur en matière de tourisme durable.
Le lyonnais François Gaillard (originaire de Savoie), s'apprête à remplacer Jean-Marc Silva au poste de directeur générale de France Montagne, avec, dans ses valises, un succès de taille puisque Lyon vient d'être élue, il y a quelques jours, seconde meilleure destination urbaine du classement des World Travel Awards, avec un fort marqueur en matière de tourisme durable. (Crédits : DR/World Travel Awards)

Ce sont deux poids lourds du tourisme en Auvergne Rhône-Alpes qui s'apprêtent à changer de poste. Après 12 années passées à la tête de l'association France Montagnes, regroupant l'ensemble des acteurs français de la montagne, le premier, Jean-Marc Silva prendra bientôt sa retraite.

Originaire de Grenoble, il a dédié près de 42 ans de sa carrière à l'industrie du tourisme, en ayant débuté chez la fabricant de remontées mécaniques isérois Pomagalski en 1979, passant ensuite à la direction des remontées mécaniques des Sept-Laux, puis, entre autres, aux manettes de l'Office du tourisme des Arcs/Bourg Saint-Maurice.

Premier directeur de l'association France Montagnes, créée en 2010, il avait vécu la création de cet outil "qui n'a pas d'équivalent à l'étranger", qui se chargeait de rassembler en un même lieu l'ancienne PAM, Professionnels Associés de la Montagne et l'organisme de promotion de la montagne française, Ski France International.

"Cela a permis à la montagne française de parler d'une seule voix et de fédérer l'ensemble des acteurs de la montagne française à travers nos 20 membres, puisque l'on dénombre une centaine de de stations à travers l'ANMSM, 300 exploitants de remontées mécaniques avec DSF, 250 écoles de ski avec l'ESF, etc", rappelle Jean-Marc Silva, joint par La Tribune.

Il sera bientôt remplacé par un lyonnais (mais savoyard d'origine), et pas n'importe lequel puisque les membres du conseil d'administration de France Montagnes ont porté leur choix sur l'actuel directeur général d'OnlyLyon Tourisme et Congrès, la cellule de développement touristique du Grand Lyon.

François Gaillard occupe en effet ce poste depuis 17 ans, et l'annonce de son départ imminent avait commencé à faire grand bruit sur l'ensemble de la scène lyonnaise, depuis quelques jours.

On sait désormais qu'il passera donc de la ville à la montagne, du tourisme urbain au tourisme 4 saisons. Avec, dans ses valises, un succès de taille puisque Lyon venait d'être élue il y a quelques jours seconde meilleure destination urbaine (catégories weekends) du classement des World Travel Awards, pour lequel elle avait candidaté au printemps dernier.

Un pilier du tourisme durable

Un signe de reconnaissance également très fort pour la politique touristique menée sur cette destination urbaine, touchée elle aussi par une baisse de fréquentation durant la période Covid, mais très active en matière de tourisme durable.

"Il s'agit pour moi de la fin d'une période fabuleuse depuis mon arrivée à Lyon en 2004, dans une métropole qui n'était pas encore une métropole touristique, et dont l'ancien maire Gerard Colomb avait l'ambition de la positionner au sein du top 15 européen. Il y avait vraiment le besoin, pour Lyon, de devenir une ville désirable d'un point de vue touristique ainsi que, depuis quelques années, de se régénérer vers un tourisme plus responsable et durable", explique à La Tribune François Gaillard.

Récemment, le GDS-index 2021 (Global Destination Sustainability Index), classement mondial de référence pour le tourisme durable, a justement couronné les efforts de Lyon à ce sujet en lui décernant le trophée de la meilleure progression en 2021. De quoi la placer ainsi, selon l'agence, "en tête des destinations françaises engagées dans une stratégie, accompagnée d'actions concrètes en faveur d'un tourisme plus responsable".

Cette fois, c'est donc dans une structure entièrement dédiée au tourisme de montagne que François Gaillard poursuivra ses missions. Quitte à peser davantage dans la transformation attendue de l'offre des stations vers un tourisme plus 4 saisons ?

Un milieu dont il connaît déjà les problématiques puisqu'avant de rejoindre la cellule Only Lyon Tourisme et Congrès, ce savoyard d'origine avait d'abord obtenu un master en marketing du tourisme à l'Université de Savoie et suivi des études de management à l'Ecole hôtelière de Lausanne, avant d'occuper, dans les années 2000, le poste de directeur général de Savoie Grand Revard (composé de plusieurs domaines skiables dans le massif des Bauges) puis la direction de l'Office de tourisme de la Grande Plagne (Tarentaise).

Contacté par La Tribune, François Gaillard affirme : "J'ai toujours une vraie sensibilité pour l'aspect durable après avoir grandi dans la nature, et plus largement au sein de l'environnement du tourisme de montagne, où toutes les populations sont très directement dépendantes de cette industrie et où il existe des réflexions en matière de lissage de l'activité, avec des enjeux à la fois sociaux et économiques, mais aussi environnementaux". Et d'ajouter : "il s'agit d'une sensibilité que j'ai, mais sans jamais perdre de vue les enjeux sociaux et économiques de la montagne".

Il sera donc désormais en charge, à compter du 15 février prochain, date officielle de prise de ses fonctions, de succéder à Jean-Marc Silva. Ce sera donc encore le directeur général sortant qui devrait présider la traditionnelle conférence de presse de lancement de la saison d'hiver prévue le 19 prochain, qui se déroulera sur la scène parisienne.

"François Gaillard est quelqu'un que j'ai eu l'occasion de rencontrer également en tant que collègue, lorsqu'il était directeur de la Plagne et moi des Arcs, et je pense qu'il s'agit d'un très bon profil au vu de ce qu'il a réussi à faire de Lyon. La montagne est au début de nouveaux challenges, notamment en matière de durabilité mais également d'une forme de tourisme sanitaire qui s'installe avec la reconnaissance des bienfaits que la montagne peut apporter en matière de santé, et cela peut être une personne ressource", confirme son prédécesseur, Jean-Marc Silva.

 2,1 millions d'euros de communication collective

Pour rappel, France Montagnes est une association créée en 2010 (et dont le siège demeure en Savoie, près de Montmélian), et dont l'objectif est de mener, à l'échelle nationale, "une action marketing au service de l'ensemble de la montagne française visant à conforter la notoriété et l'image de la montagne, la fréquentation en hiver et en été et à recruter de nouvelles clientèles nationales et internationales".

Elle regroupe d'ailleurs à ce titre un grand nombre d'acteurs du secteur, comme Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM), Domaines Skiables de France (DSF), l'Ecole du Ski Français (ESF), l'Union Sport & Cycle, mais aussi les principaux organes touristiques territoriaux (Agence Savoie Mont Blanc, Alpes is Here, Auvergne Rhône-Alpes Tourisme, mais aussi le Comité Régional du tourisme de Côte d'Azur, etc) ainsi que des acteurs de l'industrie (Club Med, Vinci Airports, Cluster Montagne, etc).

Avec parmi ses adhérents, 70% des structures qui se situent au sein des Alpes, compte-tenu de la géographie française des acteurs du ski... Les missions de l'association se résument en quatre axes : représenter, mettre en marché, communiquer et prospecter.

Chiffres à l'appui, France Montagnes évoque par exemple dans sa dernière note publiée en octobre, la réalisation "d'un plan de communication collective de près de 2,1 millions d'euros, en hausse de 25% par rapport à 2019", en prenant en compte les apports de France-Montagnes, Atout France et les partenaires territoriaux et privés.

De même, l'hiver dernier, en pleine crise sanitaire et alors que les remontées mécaniques étaient demeurées closes, les relations presse de France Montagnes évoquent une couverture média "3 fois supérieur aux hivers précédents", avec, au total, "135 millions d'occasions d'être vu en presse écrite, 74 millions en TV/radio et 17 milliards sur le web".

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.