Les replays de l'été #11. Comment AURA s'outille pour relever le défi de la bioproduction ?

LE BEST OF. Alors que la course au vaccin a fait apparaître les failles de l'industrie de santé française, la région Auvergne Rhône-Alpes, historiquement très présente dans le domaine pharmaceutique, ne veut pas manquer le coche d'une nouvelle révolution : celle de la bioproduction. Avec, au menu, plusieurs projets d'envergure portés par de grands groupes industriels.

6 mn

(Crédits : DR/Sanofi)

1/ La bioproduction, nouvel eldorado à conquérir pour la recherche santé en AuRA

Alors que la course au vaccin a fait apparaître les failles de l'industrie de santé française, il existe un autre virage dans lequel la région Auvergne Rhône-Alpes, historiquement très présente dans le domaine pharmaceutique, ne voudrait pas manquer le coche : celui de la bioproduction des produits de santé. Un enjeu pour le groupe Sanofi, qui a annoncé durant la crise la création d'une nouvelle entité à horizon 2025, mais aussi plus récemment pour l'Institut Mérieux, qui vient d'investir et de donner une seconde vie au projet du pôle Ecotox dans la Drôme.

(La suite, à lire ici)

2/ Comment la pandémie a conforté la stratégie « One Health » de Boehringer Ingelheim

Depuis la crise sanitaire, l'écosystème lyonnais de la santé est en pleine effervescence, avec de nouveaux projets de sites de production visant à augmenter les capacités françaises. Le laboratoire allemand Boehringer Ingelheim est lui aussi à la tête de l'un des plus importants chantiers de biotechnologies en cours en France, destiné à accueillir sa future usine de vaccins vétérinaires d'ici fin 2022. Avec, en parallèle, une pandémie qui l'a amené à renforcer sa stratégie "One Health" alliant santé humaine, animale et environnementale, avec le développement d'un premier traitement, toujours en cours d'essais, pour le Covid.

(La suite, à lire ici)

3/ Bioproduction : d'une "économie de guerre" à l'émergence d'une nouvelle filière ?

Alors que la course au vaccin a fait apparaître les failles de l'industrie de santé française, la déclaration "de guerre" d'Emmanuel Macron au virus le 16 mars dernier, appelait également à la mobilisation sur le plan économique. Un an plus tard, le terrain de bataille semble s'être déplacé sur le champ de la production, avec un nouveau défi que souhaite relever gouvernements comme industriels : celui de la bioproduction, pour produire plus innovant, mais aussi plus rapidement. Mais la France aura-t-elle les moyens de rattraper son retard et de faire émerger, comme elle le souhaite, un leader au niveau européen d'ici 2030 ?

(La suite, à lire ici)

4/ Sanofi : comment l'investissement de 2 milliards va avoir un impact sur le site de Marcy-l'Etoile

Un an après la pandémie, Sanofi passe à la vitesse supérieure en matière de réorientation de ses investissements. Sur le terrain même où le laboratoire pharmaceutique s'était laissé devancer par ses concurrents en 2020, il annonce ce mardi un investissement majeur de 400 millions d'euros par an d'ici 2025 sur les technologies d'ARN messager. Avec comme principaux destinataires, ses sites de Marcy l'Étoile près de Lyon (Rhône), mais aussi dans le Massachussetts (Etats-Unis)

(La suite, à lire ici)

Mais aussi, entre réindustrialisation et innovation :

5/ Santé : les enjeux derrière la relocalisation du paracétamol annoncée par Seqens

Depuis l'an dernier, le gouvernement français était à la manœuvre. Et c'est dans le Nord Isère, chez le chimiste Seqens, qu'il aura finalement trouvé une réponse à la relocalisation de la production d'un principe clé : le paracétamol, en s'appuyant sur le plan de relance. Une première pour la France mais aussi pour l'Europe, puisque Seqens reprendra le flambeau d'une production disparue sur le sol européen, moyennant un nouveau procédé et des investissements clés. Et pour gagner la partie, il lui faudra se tourner vers l'usine 4.0 et ses promesses.

(La suite, à lire ici)

6/ Santé : la France est-elle toujours un pays qui compte ?

Alors que le vaccin à ARN messager est issu de laboratoires américains ou allemands et non français, la France a-t-elle encore un rôle de premier plan à jouer en terme de recherche et d'industrie ? Cette question a été au centre des débats entre les laboratoires comme Sanofi, l'institut Mérieux et Viatris, mais aussi de structures comme France Biotech, qui ont livré à La Tribune, à l'occasion du Forum Santé Innovation de Lyon, leur auto-analyse sur l'année de pandémie écoulée. Et des défis qui les attendent pour la suite.

(La suite, à lire ici)

7/ En Isère, Agnès Pannier-Runacher veut mêler reconquête et stratégie bas carbone

Ce vendredi, la ministre en charge de l'Industrie était à nouveau de passage en Isère, cette fois au nord du département, pour une visite placée sous le signe de la reconquête industrielle, en lien avec France Relance. Une occasion de démontrer comment le tissu industriel français investit dans sa relocalisation, tout dévoilant un jalon de la feuille de route de la Stratégie nationale bas carbone, pour l'industrie chimique.

(La suite, à lire ici)

8/ Santé, mobilité, cleantechs... Comment les SATT comme Pulsalys vont se saisir de l'outil France relance

Alors que la France se trouve à un carrefour face à la « mise en musique » du plan de relance et de ses différents volets, Sophie Jullian, présidente de l'incubateur d'innovations deeptech situé à Lyon et St Etienne, Pulsalys, revient sur le rôle que veulent jouer les SATT dans le déploiement du plan de relance au sein de la recherche. Avec un objectif : accélérer notamment l'innovation au sein des PME régionales, et le développement d'une dizaine de filières jugées « clés »

(La suite, à lire ici)

9/ Qui est i-Care Lab, le nouveau lab lyonnais dédié à l'innovation en santé ?

Permettre "le passage d'une phase d'expérimentation à celle d'une industrialisation" des projets innovants, alors que le domaine de la santé est actuellement soumis à de grandes tensions en raison de la crise sanitaire. Tel est l'objectif du i-Care Lab bâti en collaboration par le pôle de compétitivité Lyonbiopôle et le cluster i-Care. Avec l'ambition d'accompagner entre 12 et 15 projets liant santé et digital par an, tout en visant déjà un partenariat avec un programme franco-suisse.

(La suite, à lire ici)

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.