Réouverture : en Auvergne, le parc animalier Le Pal mise sur un hébergement immersif

A l'occasion de sa réouverture prévue le 9 juin prochain, le PAL voit les choses en grand : après le succès de ses Lodges, le parc animalier (et 5e parc d'attractions français) se prépare à livrer en même temps un nouveau mode d'hébergement immersif, à travers son hôtel de 60 suites et 300 lits thématisé sur l’Afrique (« Le Pal Savana Réserve »). Avec à la clé, une volonté d'accroître son offre de séjours atypiques, qui pourrait l'aider à se relancer, tout en préparant de pied ferme la reprise.

5 mn

Le 5ème parc d'attractions français, qui possède un zoo réunissant plus de 700 animaux, mise sur un nouveau modèle d'hébergement en immersion en projet depuis plusieurs mois, mais qui pourrait arriver à point nommé pour soutenir sa réouverture.
Le 5ème parc d'attractions français, qui possède un zoo réunissant plus de 700 animaux, mise sur un nouveau modèle d'hébergement en immersion en projet depuis plusieurs mois, mais qui pourrait arriver à point nommé pour soutenir sa réouverture. (Crédits : DR)

(Publié le 19/05/2021 à 10:00, actualisé à 14:30)

"Nous avons investi 17 millions d'euros pour ce projet." A l'aube de la réouverture des parcs animaliers, qui pourront réouvrir dès ce mercredi 19 mai -contre le 9 juin prochain pour les parcs à attractions-, Arnaud Bennet étoffait encore l'offre d'hébergement du parc Le Pal à Dompierre-sur-Besbre (Allier), qui cumule les deux types d'offres (attractions et zoo). Avec, à la clé, 60 nouvelles suites familiales, soit un total de 300 nouveaux lits, répartis sur trois niveaux dans cinq bâtiments, en vue de répondre à un besoin bien identifié depuis quelques années.

Car chaque année, indépendamment du Covid-19, ce sont plus de 600.000 visiteurs arpentent entre avril et septembre les 50 hectares de nature de son parc animalier, dans lesquels vivent 700 girafes, rhinocéros, antilopes, oiseaux et autres animaux.

A deux heures de Lyon et à 3h30 de Paris, son public est national et étranger, Suisse notamment.

L'allongement de la durée de visite sur plusieurs jours et le recrutement de visiteurs dans des régions de plus en plus éloignées ont entraîné une forte demande pour des séjours. L'offre hôtelière locale ne suffisait pas pour combler l'attente des clients.

En 2017, l'Allier enregistrait 829.600 nuitées en hôtellerie, qui se concentrent principalement dans les hôtels 3 étoiles (44%), particulièrement dans la zone Vichy-Bellerive. La situation isolée du parc animalier, à l'écart des foyers urbains à forte densité de population (900.000 habitants dans un rayon de 100 km) l'éloignait également de l'offre hôtelière polarisée, dans les villes d'eaux et les zones urbaines.

Une demande de séjour en forte croissance

"Une première réponse à cette demande de séjours a été apportée en avril 2013 avec la création d'un hébergement thématique unique en France : Les Lodges, fidèle réplique des réserves d'Afrique Australe" explique Arnaud Bennet.

"Au total, 31 Lodges, soit 152 lits au total, ont été installés au cœur d'une savane africaine scénarisée. Le succès a été immédiat : les Lodges affichent complet avec un taux d'occupation de 100 %."

Le Parc enregistre alors 16.000 nuitées chaque saison et une demande difficile à satisfaire, de 2 à 3 fois supérieure à la capacité totale de l'hébergement sur les mois d'été. Le chiffre d'affaires réalisé par les Lodges en 2019 aura atteint les 2,4 millions d'euros. "Ne souhaitant pas agrandir davantage les Lodges, nous avons jugé préférable de construire un nouveau type d'hébergement."

Après 24 mois de travaux, l'hôtel « Le PAL Savana Réserve » est aligné avec celui du gouvernement français puisqu'il proposera ainsi, à partir de juin 2021, soit tout juste à l'occasion de la réouverture des parcs animaliers, une expérience immersive au cœur de la savane africaine.

Se démarquer des parcs d'attraction

Pour autant, le concept porte également des ambitions en matière de positionnement environnementale puisqu'il se positionne volontairement aux antipodes de la plupart des hôtels de parcs existants. Sa conception s'inspire directement d'un hôtel situé dans le Parc Kruger en Afrique du Sud, typique par son architecture, sa décoration et son environnement. Avec le souhait de s'inscrire dans la droite lignée des tendances sociétales en matière de respect de la nature, de sensibilisation aux questions environnementales, ou encore de préservation de la biodiversité.

Hôtel Le Pal Savana Réserve

Bordé par une rivière artificielle qui le sépare de la savane et de ses animaux, l'hébergement est situé à proximité du parc animalier. Un restaurant et son bar surplombent la rivière et la savane avec leurs terrasses sur pilotis, tandis qu'une formule séminaire visera un public d'entreprise.

Avec ce nouvel outil, prêt pour la saison d'été, l'hôtel compte bien enregistrer 30.000 nuitées par saison. " Les familles avec enfants sont notre principal public. Les suites sont particulièrement dimensionnées pour des couples avec enfants." Un accès direct privatif entre le parc et l'hôtel permet aux résidents d'aller et venir librement.

Situé au cœur d'un territoire rural, le projet a créé par ailleurs 35 équivalents temps plein, qui s'ajoutent aux 80 collaborateurs permanents et aux 300 collaborateurs saisonniers du Parc.

Le directeur du 5ème parc d'attractions français injecte chaque année 20 à 30% des bénéfices dans des nouveautés.

Les équipes préparent l'ouverture... et peinent à recruter

A quelques semaines encore de la réouverture, l'ensemble des équipes est déjà par ailleurs sur le pont afin d'accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions. En pleine saison, le parc va passer de 85 salariés permanents à 400 en incluant les saisonniers. Arnaud Bennet n'arrive pas à recruter suffisamment de salariés : "En particulier dans le secteur hôtellerie-restauration. Certains professionnels ont quitté le métier, d'autres préfèrent rester chez eux et toucher des aides. Certains ne se présentent même pas aux entretiens de recrutement lorsqu'ils sont convoqués."

Pourtant, le travail ne manque pas avant l'ouverture du 9 juin. Du côté de l'hôtellerie restauration, Aurore Thivent, la responsable lodges et hôtellerie est sur tous les fronts. Elle finalise les plannings et les supports de formation pour les employés. Elle prépare aussi le premier événement du parc : la Rencontre des sites emblématiques d'Auvergne-Rhône-Alpes le 8 juin.  Du côté du parc d'attractions, Bruno Cambon, directeur d'exploitation, organise le nettoyage du parc et de tous les bâtiments. C'est lui qui met en place les informations et rappel de procédure particulière Covid, gel, distanciation, protocole, etc : "C'est un protocole que nous avions déjà mis en place l'an dernier", précise Arnaud Bennet.

Du côté des animaux, soigneurs et entraîneurs sont eux aussi à pied d'œuvre pour vivre cette nouvelle réouverture dans les meilleures conditions. Sans compter qu'une naissance exceptionnelle est prévue début juin : celle de Nina l'éléphante.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/05/2021 à 19:55
Signaler
Je compte m'y rendre pour voir les loups, ours et sangliers qui seront mieux là que dans nos campagnes et nos villes; si on pouvait rajouter les hérissons qui n'ont rien à faire sur nos routes.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.