Bpifrance AuRA : un soutien à l’innovation qui aura grimpé de +75% en pleine crise

 |  | 984 mots
Lecture 5 min.
En pleine crise, l'activité de la branche financement de Bpifrance en Auvergne Rhône-Alpes a connu elle aussi une croissance de +33% des fonds injectés au sein des entreprises régionales (à 1,7 milliards d'euros).
En pleine crise, l'activité de la branche financement de Bpifrance en Auvergne Rhône-Alpes a connu elle aussi une croissance de +33% des fonds injectés au sein des entreprises régionales (à 1,7 milliards d'euros). (Crédits : Charles Platiau)
UN AN DE CRISE. On le savait déjà, l’année 2020 aura été inédite à plus d’un titre. Le constat est également valable sur le terrain de l’investissement public, où la branche régionale de la banque publique d’investissement Bpifrance a fait le calcul : elle aura accompagné, tout au long de la première année de crise sanitaire, près de 10.000 entreprises pour 3,9 milliards investis en Auvergne Rhône-Alpes. Dont près de 70% de TPE, et une large proportion de secteurs identifiés comme synonymes « d’avenir ».

« 2020 est une année de dingues, comme le disaient mes collègues ». Contre les grands maux, les grands remèdes. La branche régionale de Bpifrance en Auvergne Rhône-Alpes clôture en effet en ce début d'année un exercice inédit, qui l'aura conduite à accompagner près de 10.732 entreprises régionales au cours des 12 derniers mois, sur un total de 3,9 milliards d'euros de fonds publics et privés mobilisés.

« Au total, ce sont près de 14 milliards d'euros de crédits aux entreprises qui ont été mobilisés, à travers le dispositif du PGE en AuRA, contre 130 milliards au niveau national », indique Jean-Pierre Bès, directeur régional du réseau.

Pour cela, la branche régionale de la Banque publique d'investissement aura pu compter sur plusieurs types d'outils : à commencer par ses outils de financements et de garanties pour l'innovation (qui totalisent 3,9 milliards de soutiens, et 8,7 milliards de financements accordés). Mais aussi 686 millions de garanties destinées à accompagner les entreprises vers l'export, ainsi que des dispositifs de renforcement aux fonds propres, d'accompagnement et d'aides à la création.

Un bond de 75% pour le soutien à l'innovation en AuRA

Avec, comme principaux marqueurs de cette année de crise, une activité de la branche financement qui s'est avérée « très intense » à l'échelle régionale également, avec une croissance de +33% des fonds injectés au sein des entreprises auralpines (à 1,7 milliards d'euros).

Avec d'un côté, 820 millions d'euros de prêts de soutien à la trésorerie « spécial crise » qui ont été accordés dès le mois de mars dernier à 4.187 entreprises. Mais aussi, second marqueur de cette période, un soutien plus poussé sur le terrain de l'innovation régionale, qui grimpe de +75% à 345 millions d'euros.

« Cette forte croissance s'explique par la mise en place de mesures spécifiques de soutien pour la French Tech, auquel s'ajoute le soutien aux filières industrielles du Plan France Relance, dont nous sommes opérateurs pour le compte de l'Etat », explique Bpifrance.

Lire aussi : Ce que comprend ce "premier fonds souverain régional", annoncé par Auvergne Rhône-Alpes

Sur le terrain des fonds propres, le réseau Bpifrance aura permis de mobiliser près de 192 millions d'euros, destinés à entrer directement au capital des entreprises ou indirectement, via son abondement à des fonds d'investissement auralpins. D'ailleurs, Jean-Pierre Bès a confirmé à cette occasion son soutien au fond régional souverain, lancé ce lundi par la Région Auvergne Rhône-Alpes, et qui vise à atteindre très rapidement les 100 millions d'euros.

La banque publique régionale a également renforcé, durant cette année de crise, son partenariat avec l'exécutif régional « au service des entreprises », à travers notamment la mise en place de prêts Rebond, qui ont permis de renforcer la trésorerie de 3.900 sociétés régionales, à hauteur de 272 millions d'euros au total.

« Cette somme représente environ 30 % de ce qui a pu être fait dans ce domaine à l'échelle nationale, ce qui est un élément de fierté pour nous », résume Jean-Pierre Bès.

Sans compter que près de 300 millions d'euros ont également été affectés à des prêts de courtes durée réservés aux ETI (prêts Atout).

Autre spécificité de la région AuRA ? Son accompagnement au secteur touristique, qui pèse lourd au sein du tissu régional, et pour lequel les prêts tourisme de Bpifrance auront permis d'accompagner 141 entreprises, pour un total de 36 millions d'euros, en partenariat avec la Banque des Territoires.

« Il n'y a pas de petit village où la lumière de Bpifrance ne brille pas »

Reprenant la maxime qu'il affectionne, selon laquelle « il n'y a pas de petit village où la lumière de Bpifrance ne brille pas », Jean-Pierre Bès a rappelé que l'ensemble des départements de la Région ont été ciblés par l'action de la banque publique.

Même si, sans surprise, c'est le département du Rhône qui totalise le plus d'entreprises soutenues (3.149) ainsi que le montant le plus important de fonds totaux mobilisés (3.176 milliards d'euros), suivi par l'Isère (1.678 entreprises ayant recueilli au total 1.455 milliards d'euros), puis de la Loire (1.112 entreprises pour un total de 531 millions d'euros mobilisés).

Concernant les secteurs soutenus, l'antenne régionale de Bpifrance rappelle que la tendance qui se dégage, et ce depuis l'année 2019, consiste à investir près de 30 % dans des secteurs d'avenir, qu'elle identifie comme les entreprises du numérique et des technologies de l'information et de la communication, les secteurs de la santé et de « l'éco-industrie ». Dans le cas de ses aides à l'innovation, Bpifrance aura même investi le double (66%) vers des ces secteurs « d'avenir », où les technologies de l'information et de la communication occupent une forte place (40%).

Lire aussi : "Nous regardons tous les sujets pouvant aboutir à un futur Moderna français" (Bpifrance AuRA)

Un bilan qui s'inscrit donc bel et bien dans un contexte de relance, même si le climat est toujours à la prudence. « Le contexte demeure très hétérogène, avec des secteurs encore très touchés par la crise, comme le tourisme, la montagne, ou encore l'événementiel, et d'autres qui s'en sortent un peu mieux. Il est encore difficile de faire des prévisions, sinon que la vaccination massive et l'arrivée du printemps nous font espérer un redémarrage d'ici l'été et plus largement l'automne », glissait le directeur régional.

Une prudence qui se retrouve également dans les chiffres, mais cette fois-ci en matière de santé : au 19 mars dernier, le taux d'incidence du Covid-19 s'affichait en hausse de de +89 points (à 271 cas positifs pour 100.000 habitants) par rapport à la semaine précédente. Avec une forte augmentation pour les départements -encore non confinés- du Rhône (à 375 cas, soit une hausse de 139), en Haute-Savoie (293 cas, soit une hausse de 110), et dans la Loire (274 cas, également en hausse de 103 cas).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :