Ce que démontre l'alliance entre l'ENISE et Centrale Lyon

 |  | 1000 mots
Lecture 5 min.
Avec les 1.000 étudiants de l'Enise, la nouvelle Ecole Centrale de Lyon passe le cap des 2.500 étudiants grâce à un nouveau statut jusqu'ici peu utilisé par les écoles d'ingénieurs françaises.
Avec les 1.000 étudiants de l'Enise, la nouvelle Ecole Centrale de Lyon passe le cap des 2.500 étudiants grâce à un nouveau statut jusqu'ici peu utilisé par les écoles d'ingénieurs françaises. (Crédits : DR)
Stratégie. Alors que le projet Idex Lyon/Saint-Etienne a été enterré fin 2020 dans la douleur, Centrale Lyon et l’Ecole nationale d’ingénieurs de Saint-Etienne démontrent que l’union entre les communautés d’enseignement supérieur des deux villes est possible. Depuis le 1er janvier, l’ENISE devient une école interne de Centrale de Lyon, un dispositif encore très peu utilisé par les écoles d'ingénieurs françaises. Sous 10 ans, cette union devrait permettre à la nouvelle entité de doubler ses effectifs.

François Larrouturou, le directeur de l'Ecole Nationale d'Ingénieurs de Saint-Etienne, est clair : "Ce rapprochement n'a rien à voir avec l'IDEX. Il ne s'agit pas d'une fusion mais d'une intégration".

En devenant une école interne de Centrale Lyon, dispositif encore très peu utilisé par les écoles d'ingénieurs françaises, l'ENISE conserve son autonomie budgétaire et pédagogique, son directeur, son campus, etc.

"Nous continuerons à délivrer des diplômes distincts, et nous conservons notre nom", poursuit-il. "En revanche, oui, l'Enise doit faire le deuil de son indépendance puisque nous perdons notre personnalité morale et juridique. Mais ce rapprochement n'est pas subi, il est préparé depuis que l'Etat nous a invités en 2013 à nous trouver un partenaire afin d'accéder aux RCE (Responsabilités et compétences élargies NDLR)".

A l'époque, quatre projets d'union avaient été présentés au conseil d'administration : avec l'université stéphanoise Jean Monnet, avec l'Ecole des Mines de Saint-Etienne, avec l'Ecole des Arts et Métiers de Lyon et avec Centrale Lyon. En raison des liens tissés depuis 20 ans autour de la recherche en tribologie notamment, le projet de Centrale Lyon avait été retenu à l'unanimité.

Préparée de longue...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2021 à 9:12 :
Et pendant ce temps-là, les enseignants vacataires attendent leur salaire, qui, au lieu d'avoir 5 mois de retard, en comptera 7 cette année. Voilà aussi ce que démontre cette alliance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :