Relocalisation : Les industriels ligériens s’organisent et lancent Production France

Alors qu’une prise de conscience semble émerger dans cette période post-covid, la grappe d’entreprises Mécaloire veut positionner le territoire en pole position en matière de relocalisations industrielles.

4 mn

Le nouveau dispositif Production France de la grappe d'entreprises Mécaloire vise à promouvoir l'offre des industriels du territoire en matière de mécanique.
Le nouveau dispositif Production France de la grappe d'entreprises Mécaloire vise à promouvoir l'offre des industriels du territoire en matière de mécanique. (Crédits : UIMM)

Face à la crise, la grappe d'entreprises ligérienne Mécaloire a décidé de réagir. En moins d'un mois, elle a mis sur pied un dispositif, Production France, visant à promouvoir l'offre des industriels du territoire en matière de mécanique. Une façon de susciter de nouvelles opportunités dans un contexte où les donneurs d'ordre semblent plus ouverts à de potentielles relocalisations et où les pouvoirs publics affirment vouloir accompagner ce changement de paradigme.

"Le Covid-19 leur a jeté à la figure qu'aller se fournir de l'autre côté du monde pouvait avoir des conséquences dramatiques. Cette crise a au moins l'avantage de susciter cette prise de conscience sur l'intérêt de faire appel à des prestataires de proximité", lance Christophe Rosenstiel, dirigeant d'ITI group et président de Mécaloire.

Il estime que la Loire et la Haute-Loire, terres industrielles historiques, sont capables d'offrir aux donneurs d'ordre l'intégralité de la palette des compétences mécaniques.

Avec, d'après les chiffres de la CCI AURA, la présence sur le territoire de 1300 entreprises pour 18 000 salariés au sein de différentes briques de la chaine de valeur : usinage, chaudronnerie, injection, décolletage, fabrication additive, ou encore mécanique de haute précision.

Produire en France, de préférence à Saint-Etienne !

La grappe a ainsi créé un site internet, sous le nom de domaine (miraculeusement mais opportunément disponible) www.produireenfrance.fr et www.produireenfrance.com, afin de donner de la visibilité à ses entreprises. Une démarche marketing sur les réseaux sociaux a également été initiée.

Objectif : séduire aux quatre coins de la France, du monde mais aussi de la Loire. Trois types de besoins sont ciblés : la production en série de pièces et sous-ensembles mécaniques jusqu'ici sous-traitée à l'étranger, la réimplantation en France des lignes de production installées dans des usines hors de France et la modernisation des moyens de production.

"Nous avons à Saint-Etienne toutes les compétences possibles, dans un rayon de 50 kilomètres. Et nous sommes compétitifs ! Même si nos coûts de main d'œuvre sont plus élevés que dans les pays de l'Est ou les pays asiatiques, nous compensons largement par nos savoirs-faires. Et pourtant, beaucoup persistent à se fournir à l'étranger ", regrette Jacques Patras, dirigeant de la PME stéphanoise PSI.

Même écho du côté de Sébastien Nivet, dirigeant du groupe Industrie Concept, concepteur de moyens de production et usineur. "Industrie Concept achète beaucoup de pièces usinées et chaudronnées à des sous-traitants. Toutes, dans les alentours de Saint-Etienne. Je suis parfois choqué de voir certains confrères d'autres bureaux d'études se fournir systématiquement à l'étranger. Notre métier a besoin de réactivité et d'une très grande qualité, ce n'est possible qu'en sous-traitant à des prestataires de proximité", confie-t-il, enjoignant ses homologues français à suivre le même chemin.

Plus forts ensembles

Au-delà de la mise en valeur individuelle des entreprises du territoire, la démarche Production France veut permettre aux sous-traitants stéphanois de mieux s'organiser pour être en capacité de répondre, ensemble, à des demandes plus complexes. Avec Production France, Mécaloire entend ainsi vendre "un package global" aux donneurs d'ordre.

"L'idée est, en fonction de chaque demande, d'identifier une entreprise qui sera capable de coordonner autour d'elle les bons prestataires afin de répondre à la commande, avec un seul interlocuteur face au donneur d'ordre", explique Christophe Rosenstiel. Ce fléchage est pour l'instant réalisé par la directrice de Mécaloire, Chantal Hilaire, mais un recrutement spécifique est envisagé si Production France décolle.

Déjà, un important commanditaire, dont le nom reste confidentiel pour l'heure, a été séduit par la démarche et s'est laissé tenté par une consultation de Production France pour la fabrication d'un volume conséquent de sous-ensembles, en parallèle de ses chiffrages en Asie et en Europe de l'Est. "Nous ne savons pas encore si cela va aboutir mais si c'est bien le cas, cette affaire n'aurait pas pu se faire sans Production France", martèle le président de Mécaloire.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/07/2020 à 11:06
Signaler
Par exemple, les chinois sont bien sûr des bisounours qui vont eux-même démanteler les usines uniquement françaises pour les mettre sur des camions pour les charger sur des bateaux en route vers l'hexagone avec mille courbettes pour leur ôter leur ga...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.