Immobilier : 6ème Sens Immobilier remodèle les anciens ateliers de GE Hydro

 |  | 887 mots
Lecture 5 min.
Le projet 6nergy Valley s'apprête à remodeler le visage des anciens entrepôts jusqu'ici détenus par General Electric (GE) Hydro, à quelques encablures du centre-ville, en direction des quartiers sud de la ville.
Le projet 6nergy Valley s'apprête à remodeler le visage des anciens entrepôts jusqu'ici détenus par General Electric (GE) Hydro, à quelques encablures du centre-ville, en direction des quartiers sud de la ville. (Crédits : DR)
Spécialisé dans la promotion et la revalorisation immobilière, c’est finalement le lyonnais 6ème Sens Immobilier qui se chargera de restructurer une partie des anciens locaux de General Electric à Grenoble. La branche hydro du géant américain de l’énergie avait confié sa volonté de se départir d’une partie de son foncier, suite au plan social établi en 2018. Le site devrait ainsi accueillir, à compter de 2022, de nouvelles entreprises.

Son nom de code, 6nergy Valley, résonne comme une référence discrète à l'ancien cœur de métier de cette fiche industrielle. Établis à quelques pas du centre de Grenoble, en direction des quartiers sud, ces anciens entrepôts jusqu'ici détenus par General Electric (GE) viennent finalement d'être cédés au groupe 6ème Sens Immobilier Entreprises. Avec un objectif ? Requalifier le site, en revalorisant le foncier existant pour y bâtir de nouveaux espaces afin d'accueillir des entreprises.

"À l'origine, se trouvait un appel d'offres industriel de la part du groupe GE, qui souhaitait se désengager d'une partie de son actif immobilier qu'il utilisait plus", confirme Jacques Garcès, directeur associé de 6ème Sens Immobilier Entreprises.

Une opération à travers laquelle GE Hydro cède ainsi près de la moitié de son terrain existant, et notamment de ses ateliers permettant jusqu'ici le soudage de ses modèles de turbines. Ce projet fait suite à l'annonce d'un important plan social, mené en 2018, et qui avait mené au départ de 293 salariés du site de Grenoble sur un total de 825. Mais également à l'arrêt du dernier atelier de fabrication des roues, essentielles aux turbines hydrauliques, appelée désormais à se délocaliser en Chine.

Le lyonnais 6e Sens Immobilier avait d'abord terminé second, à l'issue de cette consultation au printemps 2019, avant d'être rappelé à l'automne dernier par GE pour conclure le contrat, dont le montant n'a pas été divulgué. Le promoteur a ainsi fait l'acquisition d'un site de 62 000 m² composé de cinq bâtiments, comprenant 5 000 m² de bureaux et 15 000 m² d'activité. Et prévoit même de réhabiliter de développer environ 14 000 m² supplémentaires de surface de plancher dans le cadre d'opérations clé en main.

Il s'agit du second projet d'envergure en cours pour 6e sens immobilier sur l'agglomération grenobloise, après le lancement des travaux du nouveau siège de la Caisse d'Epargne Rhône-Alpes de 5000m2, située sur la Zac Bouchayer Viallet, et dont la livraison est prévue pour fin 2020 en partenariat avec l'agence lyonnaise Soho Atlas.

De nouveaux espaces d'ici 2022

A l'issue des travaux, qui s'échelonneront jusqu'en 2022, le projet 6nergy Valley devrait quant à lui accueillir de nouvelles entreprises, plutôt à vocation industrielle.

"Nous allons d'abord effectuer des travaux de démolition et de division des parties existantes, et lancer un permis d'aménager pour un immeuble à construire, pour lequel les opérations devraient démarrer d'ici un an", résume Jacques Garcès.

Le promoteur prévoit un découpage des espaces en 6 à 10 lots différents, toujours sur le principe de locaux clés en main, dont le visage sera modelé par le cabinet d'architecte Groupe 6.

"Il ne s'agit pas d'un projet où il existe la volonté de créer des tours, on est bien sur des ensembles allant jusqu'au R+2 maximum", précise-t-il.

Selon lui, le projet pourra s'appuyer sur plusieurs atouts : à savoir une adresse qui demeure sur la commune de Grenoble et non en périphérie, sur une zone industrielle tout de même desservie par les transports en commun à moins de 400 m, et à proximité des infrastructures routières telles que la rocade sud.

Avec une ambition : assurer le retour de nouvelles activités industrielles sur le site, qui pourrait être associées au secteur de la distribution de proximité, afin d'attirer des activités de packaging ou encore de montage.

"Nous ne sommes pas inquiets car la demande est très forte sur ce type de secteur. Nous démarrons à peine le projet et nous avons déjà deux prospects pour les bâtiments existants", affirme Jacques Garcès. Et ce, malgré le contexte sanitaire qui demeure encore délicat.

Une demande qui demeure soutenue

Car s'il concède que les clients qui souhaitaient jusqu'ici disposer d'une capacité d'extension de leurs locaux réfléchissent désormais à revoir leurs objectifs à la baisse, face à un retour en force du flexoffice et du télétravail, "la demande en bâtiment d'activité demeure pour l'instant assez soutenue, y compris dans le domaine des TPE et PME. Le marché qui souffre le plus en ce moment est davantage celui des moyennes et grandes surfaces, où toutes les décisions semblent gelées", estime-t-il.

Dans le domaine de l'immobilier commercial, tout comme dans le secteur des procédures collectives, Jacques Garcès anticipe même de nouvelles opportunités à venir en raison du contexte économique.

"Certaines entreprises auront besoin de cash et vont probablement se décider à vendre des terrains dont elles n'ont plus besoin, ce qui pourrait doper l'offre".

Avec, pour l'instant, des prix à la commercialisation qui demeureraient encore relativement stables.

"Dans le domaine de l'immobilier tertiaire, il existe probablement un peu moins d'inflation sur Grenoble que Lyon, mais cela reste un marché soutenu", glisse-t-il.

De son côté, le lyonnais 6ème Sens (qui emploie 57 salariés pour 430 millions d'euros de chiffre d'affaires), a d'ores et déjà d'autres dossiers sur la table au niveau régional. En plus du futur siège grenoblois de la Caisse d'Epargne, le promoteur est engagé dans une opération encore en cours de deux immeubles de 16 000 m2 au sein du programme Jardins du Lo, à Gerland Sud. Il s'apprête également à livrer une nouvelle plateforme de distribution du courrier de 7 620m2 pour son client La Poste, à Argonay (74).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :