Qui est Andyamo, la startup iséroise qui a séduit Volvo Car France ?

 |  | 875 mots
Lecture 5 min.
Les trois isérois souhaitent proposer une sorte de Google Maps des parcours urbains, 100% accessible et adaptée aux personnes à mobilité réduite.
Les trois isérois souhaitent proposer une sorte de "Google Maps des parcours urbains", 100% accessible et adaptée aux personnes à mobilité réduite. (Crédits : DR)
Fondée dans les Alpes par trois amis, la startup Andyamo veut lancer un calculateur d’itinéraire de voyages destiné aux personnes à mobilité réduite.

"Tout a commencé lorsque l'un de nos associés et ami, Marco Petitto, a eu un accident de ski il y a cinq ans qui l'a rendu tétraplégique. Nous nous sommes rendu compte à quel point il était difficile de se déplacer en fauteuil, avec un ensemble d'éléments bloquants comme les transports, l'accessibilité des lieux, des trottoirs, etc", se souvient Florian Blanchet, cofondateur d'Andyamo.

Fraîchement diplômés d'une école d'ingénieur (Télécom Bretagne) et de Grenoble Ecole de Management, Florian Blanchet et Sébastien Guillon décident de s'associer à leur ami Marco, en vue de proposer une sorte de "Google Maps des parcours urbains", 100% accessible et adaptée aux personnes à mobilité réduite. Une problématique de société puisque l'on compterait, en France, près de 850 000 personnes en situation de handicap temporaire ou permanent, d'après une étude réalisée par le gouvernement en mars 2019.

Accompagnés par IncubaGEM et par l'incubateur social et solidaire lyonnais Ronalpia, les trois amis ont choisi de se tourner vers modèle de société plutôt que d'association, "afin de trouver un modèle économique viable et de ne pas dépendre de sources externes de financements". Avec un engagement : ne pas faire payer les personnes en situation de handicap, disposant souvent d'un faible pouvoir d'achat.

"Nous devions donc imaginer un modèle de vente aux entreprises et collectivités", reprend Florian Blanchet.

Le coup de pouce de Volvo

C'est dans le cadre d'une campagne de crowdfunding sur Ulule, menée à l'automne dernier, que la startup a été mise en relation et retenue parmi les cinq lauréats du programme Lighting the way de Volvo Car France, destiné à de jeunes pépites dans le domaine de la mobilité, alors même qu'elle recherchait un financement pour accompagner le développement de sa nouvelle application mobile participative

Avec, au menu, un abondement de sa collecte ainsi qu'un soutien en matière de communication.

Nous avions créé un partenariat avec la plateforme Ulule, afin de trouver les projets susceptibles d'améliorer la mobilité du plus grand nombre, et qu'on puisse le faire de manière plus sécuritaire et respectueuse de l'environnement", indique Julie Palaysi, responsable média et influence chez Volvo Car France.

Au total, la startup aura reçu une enveloppe de 2 000 euros de la part du constructeur automobile, assortie de 3000 euros en raison d'un vote Coup de Cœur du public.

"Andyamo correspondait parfaitement à nos critères car il s'agissait d'une plateforme visant à améliorer la mobilité (fauteuil, poussettes, etc) et présentait, de plus, un format collaboratif qui nous a plu", reprend Julie Palaysi, qui rappelle que cet accompagnement aurait permis à la collecte de dépasser sa cible de 12%, pour atteindre près de 12 000 euros.

Si le groupe Volvo Car France a donc choisi de s'impliquer aux côtés de pépites comme Andyamo, c'est avant tout pour donner un coup de pouce à des projets entrant dans son propre positionnement.

"Nous ne produisons pas uniquement des voitures, mais nous plaçons désormais comme un fournisseur de mobilité sous toutes ses formes".

Pour autant, ce type de partenariat ne se destine pas à aboutir à une intégration ou une prise de capital.

"Nous sommes une filiale du groupe Volvo, qui n'a pas vocation à réaliser la R&D, elle-même centralisée en Suède. Nous avions donc veillé à choisir des projets qui puissent, une fois amplifiés, se développer seuls", ajoute Julie Palaysi.

Une réponse à tous les publics ou presque

De son côté, Andyamo a d'ores et déjà imaginé d'autres débouchés, en commençant par proposer une première version de son calculateur d'itinéraires touristiques pour les publics à mobilité réduite (personnes en situation de handicap, familles, séniors, etc), à destination des offices de tourisme et métropoles, comme une extension à leur site internet.

"Nous avons déjà vendu une plateforme à l'office de tourisme de Grenoble et nous sommes en discussions avec celui de Lyon", glisse le cofondateur, qui précise que pour constituer sa base de données, la startup s'appuie sur des chiffres communiqués par des associations, et se rend elle-même sur le terrain.

Des sociétés de transports pourraient également être intéressées par cet outil : un premier appel d'offres vient d'être signé avec la société de transport de Clermont-Ferrand, tandis que d'autres, comme la RATP en région parisienne, s'avéreraient également intéressés par ce dispositif.

Andyamo propose également des animations de sensibilisation du handicap au sein des entreprises et a même, à cette occasion, conçu une application mobile avec la participation des salariés du CEA. Elle devrait être déployée auprès de l'ensemble des visiteurs, afin de leur permettre de mieux se repérer sur le campus scientifique. Une manière de remettre l'accessibilité au coeur de la mobilité.

"En offrant des informations sur la localisation de différents bâtiments et services, on vient ainsi aider l'ensemble des visiteurs", fait valoir Florian Blanchet.

Les trois cofondateurs envisagent déjà d'autres développements, comme le fait d'adapter, dans un second temps, leur générateur d'itinéraires aux personnes malvoyantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :