Démographie : Auvergne-Rhône-Alpes toujours dynamique

Auvergne-Rhône-Alpes confirme sa position de deuxième région la plus peuplée de France. Ce dynamisme démographique sert en premier lieu les communes peu denses situées en périphérie des principales agglomérations.

2 mn

(Crédits : S.Borg)

Avec 7 948 300 habitants au 1er janvier 2017 (population légale au 1er janvier 2020 issue du recensement sur la période 2015-2019), la région Auvergne-Rhône-Alpes reste la deuxième région la plus peuplée de France, après l'Ile de France, selon les données communiquées par l'Insee. Elle concentre toujours 12,3 % de la population française.

Même si la croissance démographique reste positive (+0,6 % en moyenne par an depuis 2012) et supérieure à la moyenne nationale (+0,4 %), elle connaît un léger ralentissement comparé à la période 2007-2012 (+0,8 %).

"Même s'il est toujours le deuxième plus élevé de France, le solde naturel, l'excédent des naissances sur les décès, diminue entre ces deux périodes dans la région, tandis que le solde migratoire reste stable", indique l'Insee dans sa note de décembre 2019.

Des départements plus ou moins attractifs

La Haute-Savoie présente toujours la croissance démographique la plus soutenue de la région - la seconde de France après la Corse-du-Sud (+1,3 % par an) - "liée à l'attractivité du bassin genevois". Une influence qui s'étend à l'Ain (+1 %), au Rhône (+0,9 %) et à la Savoie (+0,5 %).

À l'exception du Cantal et de l'Allier, qui malgré un solde migratoire positif n'arrivent pas à enrayer le déclin démographique, tous les départements gagnent des habitants. La Drôme, le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire, et l'Ardèche confirment leur croissance démographique grâce à l'augmentation du solde migratoire selon l'Insee.

A contrario, les départements de l'Isère et de la Loire semblent moins attractifs (leur solde migratoire est de zéro sur la période 2012-2017) mais plus féconds : leur croissance démographique est assurée uniquement par l'excédent des naissances sur les décès.

Croissance des communes peu denses

Les grandes gagnantes de cette croissance démographique restent les communes peu denses (1 100 habitants en moyenne), souvent situées dans les couronnes périurbaines des agglomérations.

Elles affichent des taux de croissance de +0,9 % entre 2007 et 2017 rattrapant ainsi progressivement leur situation démographique. Et représentent 3 % de la population régionale pour 33 % du territoire.

Néanmoins, les communes densément peuplées concentrent désormais 31 % de la population pour 1 % du territoire.

Démographie en Auvergne-Rhône-Alpes (données légales au 1er janvier 2020)

  • Région Auvergne-Rhône-Alpes : 7 948 300 habitants
  • Métropole de Lyon : 1 385 927 habitants
  • Ville de Lyon : 516 092 habitants
  • Grenoble Alpes Métropole : 444 533 habitants
  • Saint-Etienne Métropole : 404 323 habitants
  • Clermont-Auvergne Métropole : 289 817 habitants
  • Valence Romans Agglo : 221 737 habitants
  • Grand Annecy : 201 695 habitants

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.