Des patrons européens appellent au développement des infrastructures

Le Fodere, qui regroupe le Medef Auvergne-Rhône-Alpes et quatre autres unions régionales patronales européennes, craint que l'accroissement des déficits publics des pays de l'Union Européenne n'entraînent une baisse des investissements dans les grands projets d'infrastructures (route, rail, réseau internet…), utiles à la compétitivité des entreprises.

3 mn

(Crédits : DR)

Quelques semaines après l'annonce officielle de l'abandon du projet de l'A45 que les décideurs économiques régionaux appelaient de leurs voeux, le Forum pour le développement des entreprises des régions européennes (Fodere) lance un appel aux pouvoirs publics pour poursuivre les grands projets d'infrastructure en Europe.

Un "enjeu pour la compétitivité des entreprises" selon ce regroupement de syndicats patronaux qui associe le Medef Rhône-Alpes avec quatre organisations patronales homologues de Suisse Romande, de Catalogne, du Piémont et du Bade Wurttemberg.

Ils font, chacun à leur échelle, le même constat : celui de la remise en cause des grands projets routiers, autoroutiers ou ferroviaires par les gouvernements européens qui recherchent une baisse de leurs dépenses publiques. C'est, par exemple, le cas de la liaison ferroviaire Lyon-Turin rejetée par la nouvelle coalition au pouvoir en Italie.

"Nous pensons que ce projet est essentiel pour assurer le développement et la compétitivité du Piémont pour les 100 prochaines années, mais le gouvernement est contre. Mais je reste optimiste : la ligne Lyon-Turin se fera un jour, il ne peut pas en être autrement", rapporte Fabio Ravanelli, le président de la Confindustria Piemonte (Piémont)

Vieillissement des infrastructures

Autre point soulevé par ces représentants patronaux : le vieillissement général des infrastructures dans certaines régions, à l'image du Bade Wurttemberg.

"Depuis 30 ans, l'Etat allemand n'a pas suffisamment réalisé d'infrastructures dans notre région, privilégiant notamment d'autres régions après la réunification. Des projets sont relancés depuis trois ou quatre ans dans le Bade Wurttemberg, mais on ne sait pas si on sera capable de les réaliser faute de main d'oeuvre", expose ainsi le président du Landesverband der Baden-Württembergischen Industrie.

Fracture territoriale

Pour étayer son propos, le Fodere a fait réaliser une étude comparative sur les infrastructures des différentes régions représentées. Avec, pour chacune d'entres elles, des projets prioritaires à mener.

Plusieurs points sont mis en avant pour la région Auvergne-Rhône-Alpes : solution palliative à l'A45, amélioration de la liaison ferroviaire Lyon - Clermont-Ferrand, déploiement de la fibre optique sur tout le territoire...

"Ce problème des infrastructures est une vraie préoccupation car cela engendre également une fracture territoriale au sein même de nos régions à cause de la différence des moyens de mobilité entre la campagne et les grandes villes", souligne Jean-Luc Raunicher, le président du Medef Auvergne-Rhône-Alpes.

Aussi un message en faveur de l'Europe

A l'approche des élections européennes de mai 2019, le Fodere a également profité de ce rendez-vous annuel pour s'engager en faveur de l'Europe avec la signature d'une déclaration commune par les représentants des syndicats patronaux.

"Nous tenons à exprimer nos valeurs face à la montée du populisme", affirme Jean-Luc Raunicher, en écho avec la campagne « Merci l'Europe » lancée par le Medef cet été.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 01/12/2018 à 9:04
Signaler
il suffit de payer tous ses impots mais AUSSI d'etre compétitif et d'innover etse soucier des clients ne pas tout demander au service public et agir aussi !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.