La Vallée de la chimie lance la phase 2 de "l'appel des 30"

 |  | 815 mots
Lecture 4 min.
L'usine Arkema de Pierre-Bénite, au coeur de la Vallée de la chimie
L'usine Arkema de Pierre-Bénite, au coeur de la Vallée de la chimie (Crédits : CC)
Quelque 20 hectares supplémentaires de terrains disponibles au sein des sites des grands industriels sont mis sur le marché dans le cadre de l'acte 2 de l'Appel des 30. Un potentiel de 87 000 mètres carrés de toitures et parkings est proposé pour recevoir des panneaux photovoltaïques. Et Green Chanel, plateforme de financement participatif parisienne, entend donner la possibilité à la population d'investir des petits montants dans des projets écologiques.

Acte 2 pour l' "Appel des 30" de la Vallée de la chimie. La mission ad hoc de la métropole de Lyon qui remet en mouvement ce complexe chimique le plus emblématique de France à travers une approche éco-industrielle, lance officiellement sa seconde étape de cette démarche publique/privée, ce 1er septembre. L'objectif affiché est une montée en gamme de l'entrée Sud de l'agglomération. Sont ainsi proposés 20 hectares supplémentaires de fonciers disponibles appartenant aux grands groupes industriels historiquement installés dans ce couloir longeant le Rhône, et la construction de 50 000 mètres carrés de bâtiments, dont 10 000 sont déjà dévolus à Axel' One (hôtel d'innovation collaborative).

Lire aussi : A Lyon, la Vallée de la chimie se met au vert

S'ajoutent la transformation en "paysage productif" de 33 hectares ne pouvant accueillir des activités ainsi que la mise à disposition de 87 000 mètres carrés de toitures (Arkema, JTEKT, Kem One etc..) et parkings pour installer des panneaux photovoltaïques.

Les conteneurs de Jontrans

Une visite des sites sera organisée pour les candidats le 15 et le 30 septembre. Une première phase de sélection est prévue fin octobre et la suivante fin février 2017.

Dans le cadre de la première édition de l'"Appel des 30", initié en septembre 2014, le groupement immobilier constitué par EM2C et la Serl (Société d'économie mixte) a été retenu pour édifier 40 000 mètres carrés de locaux. Par ailleurs Jontrans, société de logistique devant quitter Corbas, dans le Rhône, et spécialisée dans le transport et le stockage de produits chimiques, a fait affaire avec Solvay qui lui cède 3 hectares de terrain sur son site de Belle Etoile à Saint Fons. L'implantation devrait être finalisée en 2018.

"Nous disposons encore de 4,7 hectares à Belle Etoile et de 2 hectares dans notre site de R&D. Nous avons également 2 hectares de zones boisées classées pouvant être mis en valeur", détaille Marie-France Raty, directrice des opérations immobilières chez Solvay.

Traitement à la luzerne des terres polluées

C'est également en 2018 que Serpol, filiale de Serfim, prévoit, aux termes des modalités d'usage, d'ouvrir son site de traitement des terres polluées (2 hectares), à proximité de la raffinerie Total de Feyzin, sur un terrain loué à la métropole avec un bail de 20 ans. Le procédé baptisé Phytosol a fait l'objet d'un dépôt de marque. Testé depuis cinq ans, il utilise des plantes (luzerne, trèfle etc. ) dont les racines jouent un rôle de dépollution.

"Nous allons faire une plateforme pérenne s'adressant à tous les chimistes du secteur. Ce sera la première car aujourd'hui nous intervenons directement chez les industriels", explique Alain Dumestre, directeur général de Serpol.

Un PPRT nommé désiré

"La chimie va plutôt mieux du fait de la baisse des cours du pétrole. Mais elle est inquiète pour son avenir du fait des exploitations de gaz de schiste aux Etats-Unis et au Canada. Cela impose donc d'aller au pas de charge pour le développement de la chimie du futur : chimie verte et chimie organique », plaide Yves Blein, député maire de Feyzin, au cœur de la Vallée de la chimie.

Et celui-ci d'affirmer le rôle stratégique de la raffinerie Total car elle est également pourvoyeuse de matières premières importantes pour la chimie de l'agglomération.

Lire aussi : Et si Total quittait Lyon ?

L'élu, ainsi que l'ensemble des acteurs de la Vallée, attendent aussi de pied ferme l'arrêté préfectoral du PPRT (plan de prévention des risques technologiques) unique se substituant aux trois PPRT précédents sur la dite vallée.

"Nous pouvons l'espérer pour la fin 2016. On pourra enfin connaître le paysage règlementaire. Ce sera bien venu pour les industriels qui ont trouvé le temps long et pour les habitants", a insisté Yves Blein.

Qualité de vie

"Le projet directeur de la Vallée de la chimie inclut la qualité de vie des populations", rappelle David Kimelfeld, premier vice-président de la métropole de Lyon. Et Green Chanel, plateforme digitale de financement participatif (et spin off de Engie) dans le domaine des énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, est entré dans le cercle des partenaires de l'Appel des 30.

"Nous voulons donner aux riverains la possibilité d'investir des petits montants dans l'idée qu'ils s'approprient les projets de la Vallée de la chimie", avise Mathieu Dance, président-fondateur de cette structure régulée sise à Paris.


Quelques chiffres
25 kilomètres de linéaire le long du Rhône
14 communes
100.00 habitants
50.000 salariés
L'Appel à projets réunit 30 partenaires publics et privés
La gouvernance pilotée par la métropole s'effectue sur le mode collaboratif
Objectif : renforcer trois filières (chimie, énergie et environnement)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2016 à 23:51 :
POUQUOI PAS CELUI QUI N AVANCE PAS RECULE?ILFAUT ALLER DANS LE BON SENS??? LA CHIMIE A FAIT EVOLUEZ L HOMME MAIS EN MEME TEMPT A FAIT BEAUCOUP DE DEGAT? IL EST TEMPT QUEL REPARE UN PEUT EN ESPERANT QUE NE SOIT TROP TARD? VUE LA VITESSE OU LE CLIMAT CHANGE???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :