Auvergne Rhône-Alpes : l'Insee confirme l'amélioration de l'économie régionale

 |  | 575 mots
Lecture 3 min.
Pour la première fois depuis la crise, les emplois se maintiennent dans le secteur de la construction.
Pour la première fois depuis la crise, les emplois se maintiennent dans le secteur de la construction. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
L'Insee, ainsi que la Direccte Auvergne Rhône-Alpes et la Banque de France, ont présenté leur note de conjoncture pour le début de l'année 2016. "La reprise de l'activité se confirme", selon l'institut. Le nombre d'emplois créés augmente, et le taux de chômage reste stable. Du côté des entreprises, elles affichent des carnets de commande satisfaisants, notamment dans l'industrie.

"Je ne vais pas dire que ça va mieux, mais l'embellie se confirme bien dans la région", annonce Bertrand Kauffmann, directeur adjoint de l'Insee en Auvergne Rhône-Alpes. Pour preuve, les différents indices de conjoncture économique sont plutôt positifs au premier trimestre 2016.

  • L'emploi

"Le fait le plus notable se trouve dans le secteur de la construction : pour la première fois depuis la crise, les emplois se maintiennent", détaille ainsi Pierre-Jean Chambard, qui a mené l'étude pour l'Insee. Si dans l'industrie, l'emploi régional connaît une baisse de 0,2 % par rapport au quatrième trimestre de l'année 2015, elle est "moins forte par rapport aux trimestres précédents", et cette diminution reste plus faible que celle de la France métropolitaine (-0,3 %). Au total, 6 700 emplois marchands supplémentaires ont été créés dans le tertiaire lors du 1er trimestre 2016.

Cependant, sur un an, malgré les sursauts, l'industrie et la construction ont perdu des emplois. Au contraire, le tertiaire marchand (commerces, services et interim) est dynamique puisque les effectifs ont augmenté de 2,6 %. Une évolution plus forte qu'au niveau national.

Au niveau des départements, ce sont surtout la Savoie et la Haute-Savoie qui connaissent les plus fortes progression d'emploi, tant sur le dernier trimestre que sur un an. Par exemple, en Haute-Savoie l'emploi a progressé de 0,9 % lors du 1er trimestre 2016, par rapport au trimestre précédent, alors qu'il a diminué d'1 % en Ardèche sur la même période.

"Cette progression de l'emploi dans les Savoies s'explique parce qu'il a augmenté dans tous les secteurs. Mais il faut faire attention à ces données, car la saison d'hiver a été meilleure", souligne Pierre-Jean Chambard.

  • Le chômage

Le taux de chômage varie peu depuis fin 2014 en Auvergne Rhône-Alpes : il s'élève à 8,8 %, soit 1,1 point inférieur à celui de la France métropolitaine. Ainsi, les variations sur un trimestre sont de l'ordre de 0 % dans la plupart des départements, sauf dans la Drôme et en Savoie où le chômage diminue de 0,1 et 0,2 %. Sur un an, le taux de chômage n'a baissé que de 0,1 %.

Lire aussi : Le chômage progresse de 0,3 % en Auvergne Rhône-Alpes

Cependant, la part de chômeurs inscrits depuis au moins un an reste élevée, et surtout la durée moyenne d'inscription augmente : elle est passée à 508 jours, contre 489 en 2015. En outre, depuis février 2016, le nombre de licenciements économiques est plus important que ceux de 2015.

  •  Les entreprises

Du côté des entreprises, le moral serait de nouveau au beau fixe selon Régis Pernon, économiste à la Banque de France. "Dans l'industrie, l'indicateur régional du climat des affaires a même légèrement dépassé celui de la France au dernier trimestre 2016." Les carnets de commande sont qualifiés de "bons" par les chefs d'entreprises pour le mois de juin 2016.

"Sachant qu'en même temps ils déstockent, on peut penser que la tendance sera positive aux prochains trimestres", explique Régis Pernon.

Dans les services, "nous avons observé une bonne tendance en juin notamment du côté du tourisme. Dans le transport, la situation s'améliore, tout comme l'ingénierie qui progresse de façon soutenue."

Le secteur du bâtiment a connu un large fléchissement au début du 2e trimestre 2016, mais qui devrait repartir à la hausse dès maintenant.

Signe de l'amélioration de la trésorerie des entreprises, les incidents de paiement reculent de 11,1 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :