European Lab : la culture, une arme "de reconstruction massive"

Forum de réflexion et de prospection sur la culture européenne de demain, la sixième édition de European Lab se tient du 4 au 6 mai, à Lyon. Pas moins de 100 intervenants, 700 délégués internationaux, 30 nationalités et 5 000 visiteurs sont attendus lors de ce forum, confluence des acteurs politiques, économiques, sociaux et digitaux. Laboratoire d'idées et de pratiques, European Lab veut pousser la réflexion sur des thématiques qui construisent déjà la société et l'Europe du futur.

3 mn

(Crédits : European Lab)

"Europe de la Culture : Année Zéro". Voilà l'ambitieux credo de la sixième édition du forum European Lab, qui se déroulera du 4 et 6 mai au musée des Confluences, à Lyon, en parallèle du festival Nuits sonores.

Renforcée par son programme européen We Are Europe lancé en décembre dernier - qui fédère sept autres structures continentales -, Arty Farty, l'association organisatrice, poursuit sa réflexion pour élaborer une culture du futur, dans un contexte économique, social et politique particulièrement sclérosé : baisse des aides publiques à la culture, montée des populismes, etc.

"Une fois le cap du constat dépassé, nous portons un vrai optimisme pour la reconstruction d'une Europe de la culture utile et pertinente, leviers de lutte contre de nombreuses fractures", martèle Vincent Carry, directeur de l'association lyonnaise.

"Une nouvelle génération de militants de la culture"

Pendant trois jours, ce sont 100 intervenants, 700 délégués internationaux, 30 nationalités et 5 000 visiteurs qui sont attendus. European Lab multipliera les temps forts, avec l'ambition de mettre en avant une "nouvelle génération de militants de la culture", capable de riposter aux grandes mutations en cours - numérique, politique et citoyenne -, et de dégager des solutions novatrices.

"European Lab tend vers un projet de plus en plus politique, mais avec la volonté de s'ouvrir à tous les champs du politique", affirmait récemment Vincent Carry.

Le forum se place ainsi à la confluence des acteurs politiques, économiques, sociaux et digitaux. Pour preuve, se mêleront des personnalités aussi diverses que Nicolas Dufourcq (directeur de Bpifrance), Birgitta Jónsdóttir (Parti Pirate Islande), Sarah Harrison (n° 2 de Wikileaks) et d'autres intervenants, véritables "chevilles ouvrières" de cette reconstruction européenne.

European Lab veut pousser la réflexion sur des thématiques qui construisent déjà la société et l'Europe de demain (big data, surveillance de masse, nouveaux modèles politiques, stratégies urbaines et villes intelligentes, nouveaux médias, etc.)

Entrepreneuriat culturel

Au-delà de la réflexion, European Lab vise par ailleurs à fédérer et à mettre en lumière une génération d'acteurs prompte à explorer concrètement de nouveaux modèles. Un dessein qui passe par l'action et la pratique. Ainsi, de nombreux ateliers seront proposés : des Cultural Change Makers, des formations, comme celle intitulée "Repenser le futur des organisations culturelles", ou encore des rendez-vous d'experts.

L'entrepreneuriat culturel constituera l'une des lignes directrices de ces modules pratiques : questionnement sur les types d'incubation des projets culturels, nouveaux modèles structurels et économiques des entreprises créatives - en présence de Steven Hearn, l'un des précurseurs de l'entrepreneuriat culturel en France -, étude de cas portant sur les nouveaux marchés de l'innovation... Autant d'espaces de réflexion qui permettront d'imaginer les références culturelles et créatives de demain.

"Arme de reconstruction massive"

D'autres programmes transversaux sont proposés, à l'instar de la Radio Lab qui diffusera en direct un programme éclectique, d'une table ronde sur les "Avenirs arabes" à la "Robolution" de Séoul à Lyon (en présence de Bruno Bonnel). Une carte blanche a notamment été confiée à la Corée du Sud, en partenariat avec l'Institut français, à l'occasion des années croisées France-Corée du Sud.

En somme, un forum permettant d'ériger la culture, au sens large, comme "une arme de reconstruction massive au service d'une société européenne au bord de l'implosion démocratique", affirme Vincent Carry.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.