Numérique : l'Auvergne n'a "aucun complexe à avoir"

Président du cluster Auvergne TIC, Franck Raynaud revient sur la place forte du territoire dans le domaine du numérique et considère que l’Auvergne ne doit cultiver aucun complexe vis-à-vis du territoire rhônalpin.
Franck Raynaud revient sur la place de l'Auvergne dans le domaine du numérique.
Franck Raynaud revient sur la place de l'Auvergne dans le domaine du numérique. (Crédits : DR)

Acteurs de l'économie - La Tribune. Comment expliquez-vous le dynamisme de l'Auvergne dans la filière des TIC ?

Franck Raynaud. La région présente deux particularités. Tout d'abord, la présence de Michelin à Clermont-Ferrand qui a permis d'attirer ici les six plus grandes SSII (Accenture, Atos Origin, Capgemini, CGI, Sopra et IBM, NDLR). Cela a eu un impact fort sur la filière puisqu'aujourd'hui, Clermont-Ferrand et le Puy-de-Dôme représentent à eux deux 60 % de la filière numérique.

D'autre part, cela tient beaucoup à une histoire d'hommes qui partagent l'envie d'entreprendre et d'assumer leur identité. Il existe un fort sentiment d'appartenance régionale et le tissu économique s'avère propice. Des entrepreneurs comme Sébastien Pissavy, créateur de Jeuxvideo.com dans le Cantal, ou Olivier Bernasson, fondateur de Pêcheur.com dans l'Allier, incarnent ce dynamisme. Par ailleurs, il ne faut pas minimiser le rôle du conseil régional d'Auvergne, qui a milité pour développer le haut débit partout dans la région. Cela a permis au territoire de se démarquer.

Dans cette grande région, comment l'Auvergne va-t-elle tirer son épingle du jeu vis-à-vis du géant Rhône-Alpes, alors que le territoire ne jouit pas encore d'un label French Tech ?

Ce n'est pas parce que nous n'avons pas encore le label French Tech que nous n'existons pas. Nous n'avons pas encore candidaté, car nous ne présentions pas tous les critères, mais cela ne nous empêche absolument pas de rayonner. D'ailleurs, la délégation Auvergne qui est partie au salon Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, début janvier, l'a fait sous le label French Tech au sein de la délégation commune avec Rhône-Alpes. Nous sommes dans la dynamique French Tech. Il n'y a aucun complexe à avoir.

Des synergies sont-elles déjà engagées avec Rhône-Alpes ?

Absolument. Notre cluster vient de fusionner avec le cluster ligérien Numelink. Cette fusion va permettre d'augmenter notre visibilité nationale et internationale à travers différentes actions. D'autres échanges avec des clusters à Lyon, notamment, sont en cours. Nous travaillons aussi beaucoup au lancement du quartier numérique à Clermont-Ferrand qui contribuera à favoriser l'écosystème avec l'ensemble de la grande région.

Et puis, il faut attendre de savoir ce que la grande région mettra en place vis-à-vis des acteurs de la filière numérique. Si Auvergne Rhône-Alpes décide de placer les priorités sur cette filière, de nouveaux projets communs émergeront forcément. Et je ne doute pas un instant qu'elle le fera. Les enjeux en termes économiques sont trop importants.

Le nouvel exécutif de la Région Auvergne Rhône-Alpes souhaite transformer l'ancien siège de la Région Rhône-Alpes, situé à Charbonnière-les-Bains près de Lyon, en un campus numérique. Comment l'Auvergne peut-elle en bénéficier ?

J'ai toujours tendance à « voir le verre à moitié plein ». Si l'on crée un grand campus pour former aux métiers du web à Lyon, c'est mieux qu'à Paris, Berlin ou je ne sais où. Cela aura forcément un impact positif sur l'Auvergne. Mais cela ne résoudra pas le problème de pénurie de personnes qualifiées dans les métiers du numérique. Tous les chefs d'entreprise que je rencontre font le même constat : ils rencontrent d'importants problèmes pour recruter sur ces métiers qui restent en tension. Parallèlement à la création d'un campus numérique à Lyon, il faudra donc qu'on diversifie les formations à Clermont-Ferrand pour créer des synergies avec Lyon et tisser des liens. La mutualisation paye toujours.

Lire notre article Auvergne, l'empreinte digitale

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.