LPA suspend son offre de location de scooters électriques

A l'occasion de la présentation de son bilan 2017, l'opérateur de stationnements lyonnais a annoncé l'arrêt de son offre de location de scooters afin de l'adapter aux besoins des usagers.

3 mn

(Crédits : Guillaume Perret)

Après une expérimentation d'un an, Lyon parc auto (LPA) va suspendre son offre de location de scooters en septembre 2018. En cause : des résultats qui "n'étaient pas à la hauteur de nos attentes", selon le président directeur général Louis Pelaez.

Cette expérience concernait une dizaine de scooters répartis entre quatre stations situées à Lyon.

"Les études montraient que les stations ne répondaient pas aux besoins des utilisateurs", argue Louis Pelaez.

L'opérateur de stationnement lyonnais va repenser son service : il s'oriente vers le free-floating (location sans borne d'attache) à l'image de ce qui se pratique déjà à Paris ou à Nice. Il tentera une nouvelle fois l'expérience au printemps prochain.

La reprise de la nouvelle activité n'est pas encore précisément arrêtée, mais elle devrait comporter un nombre beaucoup plus important de véhicules, du fait du système sans point d'attache.

"La part d'utilisateurs de deux roues à Lyon est assez réduite et n'évolue pas dans le temps. C'est une offre qui concerne un petit marché", précise Louis Pelaez.

L'autopartage décolle enfin

Des résultats en demi-teinte qui contrastent avec l'essor de son service de location de voitures partagées, Citiz. Déficitaire depuis son lancement, l'activité décolle pour la première fois en dix ans d'exploitation avec des comptes à l'équilibre.

"Il y a un débat important autour de l'autopartage avec le problème d'Autolib à Paris mais je refuse de comparer nos offres qui sont différentes et complémentaires", commente le PDG.

Lire aussi : Pourquoi LPA renforce son offre d'autopartage avec Yea!

Malgré un nombre d'abonnés en légère baisse (-0,6%), le chiffre d'affaires de Citiz LPA augmente de 16% par rapport à 2016. Avec la nouvelle prestation de location de véhicules en free floating, Yea !, l'entreprise renforce encore sa position sur ce secteur avec toujours le même objectif : "opérer la démotorisation la plus large possible", conclut Louis Pelaez.

Plusieurs parcs à venir

Pour le reste de l'activité, plusieurs parcs vont ouvrir leurs portes dans les mois et années à venir. Premier sur la liste : le Marché Gare qui comporte 840 places pour un investissement d'environ 50 millions d'euros. Son exploitation va débuter le 28 juin 2018.

La parking Saint Antoine devrait, lui, être livré d'ici 2023. Il comportera 1 132 places pour un investissement similaire au parc précédent. Ces deux infrastructures font l'objet d'investissements conséquents, en accord avec l'objectif de LPA.

Malgré tout, le chiffre d'affaires de l'entreprise est en baisse de 8%, passant de 59,2 à 54,7 millions d'euros en 2017 même si le résultat d'activité est stable (21,1 millions d'euros).

Une baisse qui s'explique par deux événements : la hausse des tarifs horaires et des abonnements, au 1er août 2017, qui a découragé quelques usagers.

"Nous avons un modèle économique stable avec une capacité d'autofinancement et des investissements assez élevés à cause des frais d'entretien ou des achats de nouveaux parkings", analyse le président directeur général.

LPA enregistre également une baisse de 22% du nombre de passages dans ses parcs, notamment à cause de la fermeture du parking Part-Dieu Centre Commercial fin 2016.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.