La startup lyonnaise Glowbl lève 2 millions de dollars

La startup Glowbl, qui propose un réseau social éponyme permettant d'interagir lors d'événements live, vient de lever 2 millions de dollars après un deuxième tour de table. L'entreprise ouvrira une filiale à San Francisco, avant une troisième levée de fonds plus conséquente, dès 2015.
(Crédits : Reuters)

Glowbl, ce n'est pas encore Twitch, la startup américaine racheté un milliard de dollars par Amazon. Mais avec une levée de fonds de 2 millions de dollars annoncée ce jour, pour son deuxième tour de table, la jeune entreprise lyonnaise confirme la confiance des investisseurs dans son potentiel. Glowbl est un réseau social vidéo qui permet à ses membres de communiquer et d'expérimenter plusieurs types de contenus en temps réel.

2 millions de dollars pour conquérir le marché US

L'idée est de permettre aux gens d'interagir, de se voir et de se parler, sous forme de bulles personnalisées. « Notre ambition est d'apporter quelque chose de nouveau dans la collaboration. Demain, Internet se fera de manière plus impliquée et non plus tout seul », explique Xavier Léron, Directeur financier de la startup lyonnaise. Chaque utilisateur peut rejoindre ou créer son propre « live » autour d'outil comme Dropbox, Youtube, Facebook, Instagram ou autres documents de travail. La société revendique environ 60 000 utilisateurs.

Active depuis 2012, Glowbl avait déjà réalisé un premier tour de table, en octobre 2013, mobilisant  713 000 euros auprès d'investisseurs français. Cette nouvelle levée de fonds caractérisée « d'intermédiaire », a été financé par des business angels, « tous d'origine française », assure Xavier Léron. Cet argent frais est principalement destiné à développer l'activité aux Etats-Unis. Après avoir établi des bureaux "officieux" à San Francisco l'année dernière, l'entreprise a décidé d'y établir une filiale, qui ouvrira officiellement au mois d'octobre.

Développement et proximité avec les investisseurs

Cette traversée de l'Atlantique répond à deux objectifs précis, dont le premier est celui du développement. « Le marché américain est plus mature que celui français », souligne Xavier Léron, mais également plus vaste, avec quelque 310 millions d'utilisateurs potentiels. Dans cette situation, « le retour sur investissement est plus pertinent aux Etats-Unis, plus rentable à court terme ce, tant au niveau des utilisateurs que des investisseurs », analyse t-il. L'entreprise souhaite également se frotter à ce marché avant de revenir avec une légitimité et une expérience renforcées pour conquérir la France.

L'entreprise s'implante également à San Francisco pour se rapprocher de financeurs potentiels. « La population capital investissement est beaucoup plus importante aux Etats-Unis qu'en France » poursuit le CFO.  Ce choix est stratégique, dans la mesure où la startup lyonnaise souhaite rapidement se remettre à table, avec l'ambition de lever 5 à 10 millions d'euros en 2015. Ce 3ème tour de négociations à venir, contrairement à celui d'aujourd'hui, sera ouvert aux fonds d'investissements.

Un Business model reposant sur le Freemium

Pour être viable, la société mise sur la masse. « Notre business model ne repose pas sur la publicité. Nous développons un modèle freemium où 95 % du contenu est gratuit. 5 % est payant, réservé notamment aux professionnels, avec des services différents.» C'est par exemple le cas pour les usages totalement sécurisés et confidentiels à plus de 5 personnes simultanées. Même si la partie payante est minime par rapport à l'ensemble, l'entreprise vise un réseau pro de « milliers d'utilisateurs » pour assurer son profit.

Alors Glowbl, le futur Twitch Français ? « On n'est pas à l'abri d'une bonne surprise », rigole Xavier Léron, paraphrasant le dirigeant de la société américaine.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.