Sanytol rapatrie sa production de lingettes désinfectantes à Vaulx-en-Velin

Sanytol, filiale du groupe espagnol AC Marca Ideal, vient d'inaugurer le rapatriement de sa ligne de production de lingettes humides désinfectantes à Vaulx-en-Velin, où siège la marque, pour un investissement de 3 millions d'euros. Un déménagement qui représente un choix stratégique dans le contexte sanitaire actuel, plutôt favorable à la croissance du groupe et de son marché de la désinfection.

3 mn

Trois millions d'euros ont été investis pour rapatrier et moderniser cette ligne capable de produire environ 30.000 paquets de lingettes par jours, soit six millions par an.
Trois millions d'euros ont été investis pour rapatrier et moderniser cette ligne capable de produire environ 30.000 paquets de lingettes par jours, soit six millions par an. (Crédits : DR Zoé Favre d'Anne)

Nettoyer, assainir, désinfecter... Ces gestes sont devenus beaucoup plus fréquents avec la crise sanitaire. Une aubaine pour l'entreprise Sanytol, filiale du groupe AC Marca-Ideal, basé à Barcelone. La hausse des ventes a ainsi généré une hausse du chiffre d'affaire de 70 %, soit 130 millions d'euros en 2020.

Le marché français est particulièrement consommateur d'un des produits phares de la gamme Sanytol : les lingettes humides désinfectantes.

"Pendant quatre ans, cette ligne était en Espagne et produisait déjà beaucoup pour le marché français. Environ 80 % de production de la ligne était à destination de la France. La façon de nettoyer est assez culturelle. Donc nous l'avons rapatriée", explique Jean Chanas, directeur général de Sanytol.

6 millions de lingettes par an produites Vaulx-en-Velin

La ligne de production de ces lingettes a donc été réintégrée à Vaulx-en-Velin, où siège la marque depuis 1980.

C'est la première grosse ligne de production basée sur ce site, mais aussi la seule en France qui produit ces lingettes. Au total, 3 millions d'euros ont été investis pour rapatrier et moderniser cette ligne, capable de produire environ 30.000 paquets de lingettes par jours, soit six millions par an.

Sanytol a été créé en 1907, puis affilié à AC Marca-Ideal en 2005. La marque basée à Vaulx-en-Velin est la première filiale du groupe, qui pèse quelques 450 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Le site de Vaulx-en-Velin possède déjà, au sein de ses murs, une ligne de production de teintures pour vêtements, sous la marque Ideal, et un détachant, Rubigine. De la création des couleurs, au conditionnement des produits, en passant par le tests en laboratoire, tout est présent sur ce site de 5.000 m², qui compte déjà 108 employés.

Le rapatriement de la chaîne de production de lingettes s'est donc fait naturellement : "Nous avions les compétences, la place, la qualité, la réglementation, le service des achats, une bonne formation, la technique et un laboratoire de contrôle qualité."

Les lingettes sont imbibées et emballées sur place. Le produit désinfectant qu'elles contiennent est quant à lui conçu en Espagne.

2020 : "un challenge industriel"

Reste que "2020 aura constitué un challenge énorme au niveau industriel, pour tous les produits de la marque. Il a fallu adapter les lignes", annonce Jean Chanas.

Hormis les lingettes, les deux autres produits phares de la marque sont le spray désinfectant et le gel hydroalcoolique.

"La lingette marche très bien sur le marché français, elle a très vite été associée à un besoin rapide de désinfection.  [...] Durant la crise, notre usine a été soumise à beaucoup de pression, mais nous sommes fiers d'avoir pu solidifier notre entreprise."

Depuis un an et demi, une quinzaine de salariés ont été embauchés à Vaulx-en-Velin pour soutenir la croissance de Sanytol, dont quatre pour la ligne de production de lingettes.

"Notre première ligne de production est déjà saturée. L'urgence aujourd'hui, c'est qu'on a du mal à répondre aux besoins des consommateurs. Nous sommes prêts à investir dans une deuxième", affirme Jean Chanas. Cette nouvelle ligne serait prête pour 2022.

Un développement qui n'est pas sans satisfaire Annissa Khedher, députée de la 7ème circonscription du Rhône. A l'occasion d'une visite du site, elle a aussi souligné l'importance de cette relocalisation en plein crise sanitaire : "Il existe un enjeu de souveraineté française à pouvoir produire ici. Nous l'avons particulièrement sentis pendant la première vague, lorsqu'il manquait des masques, du gel et des surblouses", rappelle-t-elle.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.