Grenoble : Le spécialiste RH Mare Nostrum se lance en Bourse

Le groupe isérois Mare Nostrum, spécialiste des ressources humaines pour les PME/ETI, passe une nouvelle étape en annonçant son introduction en bourse, à travers une première augmentation de capital, à compléter d’ici la fin novembre, sur Euronext Growth. Objectif : poursuivre ses implantations sur de nouvelles zones géographiques, mais aussi développer des « concepts stores RH innovants » sur l’ensemble du territoire.

4 mn

Terra Nostra, le nouveau concept store du groupe Mare Nostrum sera déployé à travers tout l'Hexagone.
Terra Nostra, le nouveau "concept store" du groupe Mare Nostrum sera déployé à travers tout l'Hexagone. (Crédits : DR)

Spécialisé à la fois dans le travail temporaire, le recrutement, mais aussi la gestion de la formation et de la mobilité professionnelle, le groupe Mare Nostrum comptait jusqu'ici sur ses différents piliers pour grandir. Mais aussi pour s'autofinancer. Car depuis sa création en 2004, le groupe n'avait pas eu besoin de recourir à l'aide de partenaires extérieurs afin d'assurer son développement.

Mais avec près de 280 salariés, 100 implantations commerciales en France et à l'étranger (notamment au Portugal, en Roumanie et en Pologne), le spécialiste des RH souhaite s'ouvrir à une nouvelle phase de déploiement. Et compte pour cela mener une augmentation de capital d'environ 6,9 millions d'euros (qui pourrait être portée à un maximum de 7,9 millions d'euros en cas d'exercice d'une clause d'extension), en s'engageant sur le compartiment de la Bourse de Paris dédié aux entreprises de croissance, Euronext Growth.

Même s'il concède que le milieu du recrutement comporte seulement quelques exemples de sociétés du même secteur, déjà introduites en bourse, le président de Mare Nostrum, Nicolas Cuynat, explique qu'il devenait important de renforcer les fonds propres du groupe et de lui offrir ainsi une meilleure capacité d'investissement pour financer sa croissance.

"La solution de l'entrée en bourse nous a paru la plus équilibrée, puisqu'elle est à la fois un grand vecteur de communication et de visibilité pour la marque, mais aussi une autre forme de financement que celle que nous avions connue jusqu'ici avec nos partenaires bancaires", justifie ce dernier, qui ne cache pas son souhait de continuer à ouvrir le capital de l'entreprise aux salariés également.

Des objectifs multiples

Alors que Mare Nostrum a connu une croissance à deux chiffres depuis sa création (soit +23% l'an dernier, pour un chiffre d'affaires de 149 millions d'euros), le groupe souhaite poursuivre sur cette voie en s'appuyant sur plusieurs leviers. Avec, tout d'abord, une poursuite de son expansion géographique à travers l'Hexagone, mais aussi à travers le développement de prestations plus transversales, associant les différents métiers du groupe.

Après quelques acquisitions, comme celle de l'application mobile de cooptation annécienne, Linkeys, le groupe souhaite également poursuivre une stratégie de croissance externe, avec l'acquisition, confirmée ce jour, de 90% du capital de la firme AT Patrimoine, spécialisée dans la formation de concierges, gardiens et employés d'immeubles.

Un volet innovation est également visé lors de cette transaction, en vue de financer notamment l'ouverture de nouveaux "concept stores", Terra Nostra, à travers lesquels Mare Nostrum souhaite "décloisonner" les pratiques RH.

"Même si notre cœur de métier reste le travail temporaire, nous misons également sur nos branches dédiées au recrutement, à la formation, ainsi qu'au portage et à la mobilité salariale", indique Nicolas Cuynat.

Des "concepts stores" pour voir différemment les RH

Alors que seulement 10% des 6 500 clients du groupe consommeraient au moins deux de ses marques, ce dernier a donc fait de la "cross-canalité" un défi à relever.

"Cette augmentation de capital va nous permettre de développer nos concepts stores, que nous venons de lancer à Grenoble, à côté de notre siège historique, mais aussi à Bourgoin-Jallieu et à Bourg-d'Oisans. Avec l'objectif de déployer, à terme, une dizaine de ces magasins en France", affiche le dirigeant.

Son idée ? Rassembler l'ensemble des savoir-faire du groupe au sein d'un même lieu, afin de proposer aux employeurs, tout comme aux candidats, une nouvelle façon "de consommer les RH", en intégrant les possibilités offertes par les nouvelles technologies.

"Nous souhaitons que chaque profil qui franchisse la porte de ces magasins puisse ressortir avec quelque chose, comme par exemple, un test de personnalité gratuit, la création d'un CV nouvelle génération qui mette en avant les compétences, ou encore le téléchargement d'une application afin que chaque individu puisse devenir un chasseur de tête, et obtenir une rétribution pour son réseau", avance Nicolas Cuynat.

Le groupe a ainsi prévu une enveloppe de 800 000 euros pour financer le déploiement d'une dizaine de ses boutiques Terra Nostra à travers l'Hexagone. Allant d'une dizaine à plusieurs centaines de mètres carrés, ces espaces pourront ainsi accueillir jusqu'à une trentaine de collaborateurs et devraient être implantés à la fois au sein des centres urbains, mais aussi dans des villes périurbaines ou de certains hubs de montagne.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.