Mon entreprise a du chien

 |  | 1015 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Nicolas Barret)
Vecteur de lien social et facteur de cohésion des équipes, la présence d’un animal sur le lieu de travail constitue une source de bénéfices non négligeables pour le collaborateur lui-même, pour son animal, mais également pour l’entreprise. Elle participe de la diminution du stress et stimule la créativité autant qu’elle accroît les performances. Au point qu’elle peut s’avérer déterminante à l’heure du recrutement d’un nouveau salarié. Dernier volet de notre série qui décrypte la manière dont l'espèce animale "entreprend". Si toutefois, il est possible de lui accoler ce verbe...

Pour consulter cet article en accès libre (initialement publiée dans le n°141 d'Acteurs de l'économie-La Tribune), souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.

Depuis son adoption, Lookie fait partie du quotidien professionnel des collaborateurs de l'agence de production audiovisuelle MScreen. À tel point qu'à la moindre absence du Jack Russell, « certains s'inquiètent et s'empressent de s'enquérir de sa santé », s'amuse Maryel Devera, PDG de la société et heureuse propriétaire de Lookie. Avec elle, deux autres chiens partagent dorénavant les bureaux de l'agence et la cohabitation s'avère vertueuse.

« Les nouvelles technologies ont accru la porosité des sphères personnelles et professionnelles, analyse Pierre-Éric Sutter, psychologue du travail et directeur de l'Observatoire de la vie au travail. Afin de cultiver le bien-être au travail, il faut veiller à ce que cette porosité soit positive pour le collaborateur, choisie et non subie. Cela passe par une appropriation de son lieu de travail qui conduit à amener une part de chez soi au travail. Cette part symbolique peut en l'occurrence consister en la présence de son animal de compagnie dans son espace de travail. »

Maryel Devera n'a jamais douté « des bienfaits de la présence d'un chien sur le lieu de travail. Celle-ci est d'abord créatrice de lien social. Par ailleurs, elle vient faciliter la gestion des problèmes de communication. En cas d'impossibilité à se parler, les parties en présence se tournent naturellement vers l'animal, ce qui peut débloquer une situation ou contribuer à solutionner un litige en relançant le dialogue ».

Mais surtout, avance la dirigeante, « le chien est un véritable absorbeur de stress ». « Le stress du maître, notamment celui lié au fait de laisser son animal seul à son domicile, va naturellement diminuer dès lors que son animal l'accompagne sur son lieu de travail, abonde le docteur Jacques Cordel, vétérinaire comportementaliste. Dès lors, son attention et sa concentration s'en trouvent renforcées. Et cette diminution du stress est concomitante d'une augmentation de la productivité. Pierre-Éric Sutter corrobore :

« Chats et chiens possèdent des vertus anti-stress. J'exerce moi-même mon activité en télétravail et mon chat m'accompagne tout au long de la journée. Je vérifie donc très régulièrement cette faculté d'apaisement que procure l'animal. Sa simple présence permet d'évacuer le stress et renforce la concentration, ce qui, in fine, stimule la productivité. »

Quant à l'accroissement des liens sociaux, il est induit de manière presque naturelle par la présence de l'animal. « Un chien, par exemple, est un vecteur de contact, à condition toutefois que l'animal soit naturellement sociable. De manière globale, un animal sur le lieu de travail va favoriser le contact, les échanges et par conséquent le lien », décrit Jacques Cordel.

Autant d'avantages qui ont depuis longtemps amené les dirigeants de Nestlé Purina PetCare, division de Nestlé spécialisée dans la nourriture pour animaux, à ouvrir les portes de leur siège, et plus récemment d'une usine de production, aux compagnons à quatre pattes de leurs collaborateurs.

« La présence de l'animal, particulièrement du chien, sur le lieu de travail améliore la qualité de vie en entreprise et le quotidien des collaborateurs, confirme Magali Gavaret, responsable de la communication au sein de Nestlé Purina PetCare. Elle concourt à la diminution du stress chez le salarié. Mais elle participe également d'un apaisement général. Elle augmente le niveau de concentration au quotidien, et développe et stimule également la créativité. Au niveau de l'entreprise et des équipes de travail, le chien constitue un lien fédérateur et renforce la cohésion entre les collaborateurs. Le chien facilite les relations de travail et intensifie les contacts humains. »

Pierre-Éric Sutter le confirme : « Tout animal domestique est vecteur de socialisation et permet d'entrer en relation avec l'autre. »

Déterminant à l'heure du recrutement

Fort de sa propre expérience, Nestlé Purina PetCare a aujourd'hui décidé de faire école. « Nous avons tenté de formaliser cette pratique pour que notre modèle puisse être aisément transposable dans d'autres entreprises », témoigne encore Magali Gavaret, par ailleurs chargée du projet Alliance Pets at Work, qui vise à fédérer une communauté de 200 entreprises pet-friendly à l'échelle européenne. Ce programme consiste en un accompagnement des entreprises dans la facilitation de la présence des animaux sur le lieu de travail, « source de bénéfices non négligeables, pour le collaborateur lui-même, pour son animal, mais également pour l'entreprise », résume Magali Gavaret. Purina a récemment conduit une enquête intitulée The Pets at Work Survey 2017, afin de recueillir le sentiment d'employés et les avantages qu'ils perçoivent concernant la possibilité de venir au travail avec leur animal de compagnie.

Cette enquête a été menée auprès de 3 221 employés européens, tous propriétaires d'un chien et âgés de 18 à 65 ans, dans huit pays d'Europe (Royaume-Uni, France, Allemagne, Russie, Italie, Espagne, Suisse et Portugal). Elle révèle que 40 % des employés s'accordent sur le fait que la présence d'animaux au travail contribue à réduire le niveau de stress et à créer une atmosphère plus détendue.

Par ailleurs, 68 % des employés possédant un chien l'emmèneraient au travail si on leur en donnait le choix et la possibilité, quand seulement 12 % des environnements professionnels accueillent actuellement des animaux de compagnie. Enfin, 36 % des employés considèrent qu'un animal de compagnie au travail permet d'améliorer l'équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Un équilibre dont la quête constitue un argument fort dans le choix d'un emploi. Dès lors, la présence de l'animal sur le lieu de travail peut être évoquée « lors de certains entretiens de recrutement », précise encore Magali Gavaret.

« L'une des premières questions que je pose à mes futurs collaborateurs pendant leur entretien d'embauche est relative à la présence des chiens au sein de ma société. Leur réponse, compte tenu de notre organisation, est donc déterminante », confirme Maryel Devera.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :