Après deux années de crise, des recrutements toujours plus nombreux et difficiles à pourvoir en Auvergne Rhône-Alpes

Après les chiffres nationaux, viennent leurs déclinaisons locales. Et en Auvergne Rhône-Alpes également, les difficultés de recrutement atteignent des seuils inédits. La dernière enquête annuelle de Pôle Emploi sur les besoins de main d’œuvre vient confirmer les témoignages réguliers des filières en tension. Les projets de recrutements bondissent ainsi de +12% par rapport à l'an passé, mais la difficulté augmente, elle aussi. Certaines filières comme l'industrie, la construction ou l'aide à la personne peinent en effet de plus en plus à trouver du personnel.

4 mn

Post-crise sanitaire, les aides-soignants demeurent le métier le plus recherché en volume en Auvergne Rhône-Alpes, avec 8.660 intentions d'embauches alors qu'en termes de difficultés, c'est le milieu de la construction qui se place effectivement en tête de liste, suivi par la santé humaine et l'action sociale mais aussi l'hébergement et la restauration.
Post-crise sanitaire, les aides-soignants demeurent le métier le plus recherché en volume en Auvergne Rhône-Alpes, avec 8.660 intentions d'embauches alors qu'en termes de difficultés, c'est le milieu de la construction qui se place effectivement en tête de liste, suivi par la santé humaine et l'action sociale mais aussi l'hébergement et la restauration. (Crédits : Reuters)

Dans une région qui a déjà confirmé, à plusieurs reprises, son dynamisme, celui-ci se confirme une fois de plus, après deux années de crise sanitaire.

Alors que le taux de chômage régionale demeure situé à un niveau jugé plutôt "bas" (actuellement de 6,4%, contre 7,4% fin 2021 pour la moyenne nationale), les entreprises peinent à recruter en volume, et ces recrutements tendent aussi à devenir de plus en plus difficiles.

A ce jour, 170.000 offres d'emplois seraient en effet disponibles à l'échelle de Pôle Emploi Auvergne Rhône-Alpes. Et le vivier ne devrait pas se tarir puisque 33% des entreprises envisagent de recruter, soit une augmentation de sept points par rapport à 2021.

Au total, Pôle Emploi recense ainsi 362.700 projets de recrutements sur l'ensemble de l'année 2022, ce qui représente là aussi une augmentation de +12% par rapport à l'an dernier : et ce chiffre n'a jamais été aussi élevé.

Des recrutements jugés de plus en plus "difficiles"

Déjà, en 2021, près d'un million de déclarations préalables d'embauches ont été établies à l'échelle régionale, un chiffre plutôt encourageant selon Pôle Emploi. Mais la part des recrutements jugés difficiles est de 63%, et croît donc de 16 points par rapport à l'an passé, un "niveau record".

Le taux de difficulté des recrutements stagnait en effet jusqu'en 2016 à 35% en Auvergne Rhône-Alpes, et il n'a cessé d'augmenter depuis, sauf en 2021.

Aussi, "il y  a beaucoup moins de recrutement à caractère saisonnier", concède Frédéric Toubeau, directeur régional de Pôle Emploi. Ces derniers auront même diminué de six points, dans une région où le tourisme et la montagne demeurent toutefois l'un des marqueurs du territoire. "Les territoires qui embauchent le plus sont surtout situés autour des grandes agglomérations et des zones agricoles, avec une activité saisonnière".

La Haute-Loire se place ainsi comme le département qui a connu la plus forte évolution en matière d'embauches : elles auront enregistré un bond de +25%. Le Rhône a quant à lui vu ses embauches augmenter de +10%.

Des enseignements qu'il faut cependant mesurer à la lumière du contexte géopolitique actuel : les quelques 52.000 entreprises françaises ayant répondu à cette enquête fin 2021, les conséquences indirectes de la guerre en Ukraine ne sont pas encore visibles sur les chiffres.

Aide à la personne et construction : deux secteurs en forte demande

En termes de projets de recrutements à venir, le directeur régional de Pôle Emploi constate "une hausse particulièrement forte dans l'industrie et la construction".

Toutefois, à l'échelle régionale, la construction demeure le secteur où il est le plus compliqué de pourvoir des postes, tandis que l'hôtellerie-restauration a connu la plus forte croissance des projets de recrutements dits complexes, car en 2020-2021, il y a une une évaporation des salariés, note Pôle Emploi.

Aides-soignants, aides à domicile, agents d'entretien, employés polyvalents de cuisine, serveurs et ouvriers non qualifiés de l'emballage et manutentionnaires représentent en effet les métiers les plus recherchés en volume.

"Le besoin d'aides-soignants était déjà d'actualité avant le Covid, mais aujourd'hui, nous en avons énormément besoin", confirme Frédéric Toubeau.

La difficulté à pouvoir des offres entraîne une nécessaire diversification

En termes de difficulté toutefois, c'est la construction qui se place effectivement en tête de liste (79% de difficulté, soit une augmentation de neuf points), suivie par la santé humaine et l'action sociale (76%, soit une augmentation de 9 points), l'hébergement et la restauration (66%, soit une augmentation de 26 points) et l'industrie (65%, soit une augmentation de 16 points).

Les métiers les plus difficiles à pourvoir étant notamment les conducteurs de transports en communs sur route, aides à domicile et aides ménagères, mécaniciens et électroniciens de véhicules, aides-soignants et menuisiers ainsi que les ouvriers qualifiés de l'agencement et de l'isolation.

En conséquence de ce contexte, les entreprises sont contraintes d'élargir leurs choix de profils et de s'ouvrir à une plus large diversité des profils. C'est notamment sur le levier de la formation que l'antenne régionale de Pôle Emploi compte s'appuyer pour pallier à ce manque de main d'œuvre.

Car en Auvergne Rhône-Alpes, ce sont justement ses services, et non ceux de la Région, qui portent, comme en Région Sud, le Plan investissement dans les compétences (PIC) pour le compte de l'exécutif régional, avec des financements directement fléchés vers des métiers en tension.

Depuis le début du PIC, il y a quatre ans, 95.000 entrées en formation ont ainsi été réalisées. Avec, pour tous financeurs confondus, un chiffre qui s'élèverait même à 73.000 entrées en formation rien que pour l'année 2021.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.