Drôme : le groupe Charles André reprend le site fermé par Saint-Gobain

 |  | 501 mots
Lecture 2 min.
La division dédiée à la logistique automobile représente 30% du chiffre d'affaires du groupe.
La division dédiée à la logistique automobile représente 30% du chiffre d'affaires du groupe. (Crédits : Droits réservés)
C'est sur un terrain de 23 hectares, une ancienne usine de fabrication de canalisations en amiante-ciment appartenant à l'entreprise Saint-Gobain (nord Drôme), que le groupe Charles André a décidé de créer un nouveau site pour sa filiale dédiée à la logistique automobile. Lequel a vocation à devenir un véritable "hub" pour le quart sud-est de l'Hexagone.

Le groupe Charles André, avec sa marque TEA (transport Européen Automobile), qui représente aujourd'hui près de 30% du chiffre d'affaires total du groupe, s'implante à Andancette, au nord du département de la Drôme.

Concrètement, l'entreprise est une interface entre le constructeur et le concessionnaire. En France, elle compte 22 sites ; 2 d'entre eux sont situés dans le quart sud-est de la France (à Corbas et Marseille). Lesquels sont aujourd'hui saturés, alors que les besoins des clients sont importants.

"Il nous fallait réfléchir à de nouvelles solutions quant à la superficie de stockage, et augmenter notre capacité à traiter plus de véhicules", précise Arthur Pic, directeur adjoint sud-est de la division logistique automobile.

Le nouveau site, qui s'étend sur 23 hectares, regroupera ainsi les activités logistique (réception, déchargement, stockage, gestion de flottes), la préparation (mécanique, carrosserie, nettoyage, électronique, installation d'accessoires), ainsi que le transport. A l'heure actuelle, le site peut accueillir 2 500 voitures. Un chiffre amené à monter crescendo pour dépasser, après quelques travaux d'aménagement, la barre des 8 000.

"Nous avons pour objectif d'en faire un hub pour le quart sud-est de la France", poursuit-il.

Opérateur multimodal

L'implantation de l'entreprise au nord du département de la Drôme a été mûrement réfléchie. Le site bénéficie en effet de la proximité avec l'autoroute A7 - un nouvel échangeur autoroutier doit bientôt voir le jour à quelques kilomètres.

Cet emplacement vise aussi à renforcer les positions de l'entreprise dans le multimodal, aussi bien dans le ferroviaire que dans le transport fluvial.

"Le site d'Andancette nous permet d'avoir une vision à plus long terme puisqu'il est situé le long du Rhône. Nous voulons mettre l'accent sur le multimodal et favoriser le ferroviaire ainsi que le transport par barge", commente encore Arthur Pic.

A terme, ce nouveau site drômois engendrera la création d'une soixante d'emplois sur un site qui cherchait à se réinventer depuis la fermeture, il y a 20 ans, de l'usine de fabrication de canalisations en amiante-ciment du Groupe Saint-Gobain. L'entreprise, qui devrait acheter le terrain en 2019, sera ainsi amenée à recruter plusieurs profils (conducteurs routiers, mécaniciens, carrossier, agents de maintenance...). L'ensemble du projet devrait être finalisé d'ici 2020.

Créé en 1932, le groupe Charles André distribuait historiquement des produits pétroliers dans la vallée du Rhône. Mais au fil des années, dans une stratégie de diversification, celui qui est aujourd'hui un acteur majeur du transport s'est ouvert à d'autres marchés dans le domaine de la logistique (prestations de lavage, plateforme de stockage et entreposage, etc.). L'entreprise s'est aussi tournée vers d'autres secteurs d'activités, à l'instar de l'alimentaire, du BTP ou encore de l'automobile.

Avec ses 85 filiales en Europe, le groupe emploie désormais 7 500 salariés dans 17 pays (dont 75% en France). Le chiffre d'affaires de l'entreprise, dont le siège est à Montélimar (Drôme) - et qui est toujours détenue par la famille du fondateur - s'élève à 1 150 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :