Chimie de spécialité : Seqens passe officiellement entre les mains du fonds américain SK Capital

DECRYPTAGE. Alors que l'heure est à la relocalisation de certains secteurs stratégique comme la santé, c'est désormais acté : le chimiste français Seqens, à la tête d'un grand projet de relocalisation de paracétamol en Nord-Isère, change de mains et sera désormais détenu... par le fonds américain SK Capital. Mais cet actif, dont le siège est basé en région lyonnaise, mise également sur l'entrée de Bpifrance et du fonds Nov Santé, ainsi que sur ses actionnaires historiques (Mérieux Equity Partners, Ardian et Eximium).

6 mn

(Crédits : DR)

C'est une nouvelle page qui s'ouvre pour le chimiste de spécialité Seqens (ex-Novacap). Après l'annonce d'une entrée en négociations exclusives avec le fonds Eurazeo, Seqens officialise son changement d'actionnaire majoritaire.

Le fonds français Eurazeo, entré en 2016, passe désormais la main à un nouvel acteur : l'américain SK Capital, une société d'investissement spécialisée dans les matériaux de spécialités (minéraux fonctionnels pour des applications spécifiques), la chimie et la pharmacie. Elle vient par ailleurs d'annoncer un autre investissement en France, à travers la prise de participation majoritaire au sein du fabricant français de bidons plastiques rigides de haute performance IpackChem, basé à lui aussi en région Auvergne Rhône-Alpes, et plus précisément à Saint-Etienne (Loire).

Dans le cadre de cette opération, ce fonds américain ne demeurera toutefois pas le seul aux commandes, puisqu'il fait également entrer, à ses côtés, des acteurs bleu-blanc rouge : l'institutionnel français Bpifrance ainsi que le fonds NovSanté Actions Non Cotées, lancé par la Fédération Française de l'Assurance et la Caisse des Dépôts et géré lui-même par Eurazeo.

Ce nouveau pool restera accompagné par le management et les actionnaires minoritaires historiques, que sont le fonds de LBO français Ardian, l'outil de capital investissement du groupe lyonnais Mérieux, Mérieux Equity Partners ainsi que la holding d'investissement drômoise créée par Michel Baulé, Eximium.

Cette transaction donnera lieu également à une restructuration des activités puisqu'elle permettra à Seqens, dont le siège est toujours basé en région lyonnaise à Ecully, de regrouper ses activités avec celles de Wavelength Pharmaceuticals, une société du portefeuille de SK Capital spécialisée dans le développement et la fabrication de principes actifs pharmaceutiques (API).

Elle cède également, en même temps, ses activités non stratégiques de spécialités minérales -dont ses sites de production de bicarbonate de sodium, de carbonate de soude et de silicate de sodium de Laneuveville-devant-Nancy (54), de Nogent l'Artaud (02) et de Jurong Island (Singapour)- à un pool composé d'Eurazeo et de ses actionnaires historiques.

Pour autant, une source interne au groupe Seqens précisait déjà à La Tribune en juillet dernier que cette opération ne menacera ni la production, ni les effectifs des sites comme Roussillon : « Les deux activités de Wavelenght et Seqens seraient complémentaires, puisque nous ne produisons pas le même portefeuille de produits. Une arrivée de SK Capital permettrait potentiellement d'intégrer même de nouveaux principes actifs génériques au portefeuille ».

"Se concentrer sur ses activités stratégiques"

Par voie de communiqué, l'entreprise a indiqué que ces opérations permettront à Seqens de "se renforcer et se concentrer sur ses activités stratégiques et de se positionner comme l'un des principaux acteurs mondiaux des solutions pharmaceutiques et des ingrédients de spécialité".

Avec un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros, 24 sites industriels, 10 centres de R&D et 3 200 employés répartis sur 3 continents, le chimiste dispose en effet d'un large portefeuille de produits avec plus de 200 APIs, 500 intermédiaires pharmaceutiques, ainsi que des ingrédients de spécialité et des produits chimiques critiques.

"Avec le soutien de ses actionnaires, le groupe est devenu l'un des leaders mondiaux de la synthèse pharmaceutique", rappelle pour sa part Pierre Luzeau, président de Seqens, évoquant notamment "les investissements importants réalisés au cours des cinq dernières années dans nos usines, en R&D et dans les technologies de rupture".

"Avec SK Capital, soutenu par Bpifrance, Nov Santé, Mérieux, Ardian et Eximium et avec la combinaison du savoir-faire reconnu de Wavelength, nous allons accélérer les projets lancés ces derniers mois et renforcer encore nos positions pour accompagner nos clients dans le monde entier dans le développement de leurs projets".

Bien que le montant n'ait pas été dévoilé, la cession du groupe pourrait s'avérer particulièrement avantageuse à ce stade pour le fonds Eurazeo, puisqu'elle lui permettrait de réaliser un retour de 1,8 fois son investissement initial.

Un projet phare : la relocalisation du paracétamol en France pour le marché européen

Pour José Gonzalo, directeur exécutif capital développement de Bpifrance, "Seqens est une réussite industrielle française et un acteur majeur de l'industrie pharmaceutique et des ingrédients de spécialité, avec une forte implantation en France. Notre investissement témoigne de l'engagement de Bpifrance à soutenir ce secteur stratégique".

Ce changement d'actionnariat intervient alors que les activités du chimiste Seqens se sont considérablement accélérées depuis la crise sanitaire : le groupe avait annoncé au cours des derniers mois d'importants investissements, en faveur de la relocalisation d'une unité de paracétamol d'ici 2023 en particulier.

Un projet qui nécessitera un investissement de 100 millions d'euros, et dont une partie sera cofinancée par le plan France Relance (mais dont le montant n'a pas été précisé). Avec, dans le viseur, la volonté de répondre à la demande du marché européen à compter de 2025 (avec 2023 comme horizon pour la qualification des premiers lots de production). Et ce afin d'atteindre à terme une capacité de 10.000 tonnes par année (soit 30% du marché européen).

Hors paracétamol, en décembre dernier, Seqens avait lui-même annoncé son intention d'investir un total de 65 millions d'euros sur trois ans, à l'échelle de ses cinq sites français (Auvergne Rhône-Alpes, Normandie, Occitanie et Île-de-France). Avec un objectif affiché de créer « pas moins de 200 emplois en phase projet et de 80 à 100 emplois directs en phase opérationnelle sur les sites industriels concernés.

Seqens avait par ailleurs reçu le soutien de France Relance pour deux autres projets d'investissements, dont la création d'une unité de production d'antiviraux et d'anticancéreux sur son site situé à Aramon (Gard) ainsi qu'un autre projet de relocalisation, concernant la fabrication de principes actifs clés de 12 médicaments.

« L'ensemble de ces projets ont déjà été actés et vont se poursuivre », affirmait déjà une source interne, qui précisait même que la candidature de SK Capital pourrait se traduire par un « renforcement des projets de développement », et donc, d'investissements supplémentaires il y a quelques mois.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.