France Relance (3/3) . Le plan de Teledyne e2v pour développer les composants intégrés de demain

En pleine pénurie de composants électroniques, le fabricant de composants et systèmes électroniques haute performance, Teledyne e2v semiconductors, vient de remporter un appel à projets France Relance qui vise à lui permettre de faire un bond technologique. Basée dans la banlieue de Grenoble, elle se pose comme l’une des deux filiales françaises du groupe Teledyne e2v, avec ses composants de niche destinés aux industries spatiales, médicales, ainsi qu’à la défense.

6 mn

Avec ses 120 millions d'euros de chiffre d'affaires, la filiale grenobloise de l'américain Teledyne e2v semiconductors se pose comme une usine de semiconducteurs encore basée en France. Elle s'est développée autour d'une offre de capteurs d'images pour le secteur du contrôle industriel et du médical, ainsi que dans la fabrication de composants semiconducteurs de haute performance.
Avec ses 120 millions d'euros de chiffre d'affaires, la filiale grenobloise de l'américain Teledyne e2v semiconductors se pose comme une usine de semiconducteurs encore basée en France. Elle s'est développée autour d'une offre de capteurs d'images pour le secteur du contrôle industriel et du médical, ainsi que dans la fabrication de composants semiconducteurs de haute performance. (Crédits : DR)

Ses produits (microprocesseurs, convertisseurs de données, solutions d'imagerie, etc) sont commercialisés dans le monde entier, pour des applications industrielles, spatiales, médicales, ainsi que pour l'aéronautique et la défense.

Près de Grenoble, le site de Teledyne e2v semiconductors (ex-Thomson) est l'une des deux filiales françaises du groupe américain Teledyne e2v semiconductor.

"Notre groupe a été fondé en 1955 qui a connu plusieurs actionnaires, jusqu'à être racheté par le groupe Teledyne en 2017, qui a lui-même racheté ensuite e2v", explique Laurent Monge, directeur général de Teledyne e2v semiconducteur.

Pour autant, celui-ci l'assure : le géant américain de la défense, aux 3,2 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel et 11.000 salariés n'est pas réellement aux commandes des opérations de sa filiale grenobloise au quotidien.

"Comme pour chacune des filiales du groupe, nous avons des gènes communs mais nous opérons de manière autonome, en restant avant tout des sociétés technologiques qui doivent se différencier sur leurs marchés."

Une tension, mais pas de pénurie

Et avec ses 400 salariés et ses 120 millions d'euros de chiffre d'affaires, cette filiale grenobloise se pose justement comme une usine de semiconducteurs encore basée en France. Elle s'est notamment développée autour d'une offre de capteurs d'images pour le secteur du contrôle industriel et du médical, ainsi que dans la fabrication de composants semiconducteurs de haute performance.

A ce titre, ses microprocesseurs, et notamment les convertisseurs de données, sont ensuite utilisés au sein des satellites, de l'avionique, ou encore des systèmes ferroviaires. Sa force : adresser les petits et moyens volumes et réaliser justement du sur-mesure.

"Nous ne nous adressons pas, comme certains acteurs, à des marchés de volumes tels les smartphones par exemple", ajoute Laurent Monge.

A ce titre, cet acteur isérois aura pour l'heure été peu impacté par la pénurie en cours sur la scène mondiale des semiconducteurs :

"Comme nous ne sommes pas sur le marché du grand public, les mécanismes ainsi que nos besoins et volumes de productions sont différents. Mais nous ressentons beaucoup de tension actuellement sur le marché des approvisionnements, et beaucoup de temps est passé à sécuriser nos cycles de livraisons", livre son DG.

Car dans ce domaine, où les usages sont croissants aussi bien pour des secteurs comme l'automobile que pour le spatial, près de 90 % des ventes se font à l'export. "Notre plus gros marché demeure l'Amérique du Nord, suivi de l'Europe puis de l'Asie", affiche Laurent Monge.

Concurrencer les fournisseurs asiatiques... en leur damant le pion

Et pour continuer à se développer sur ce marché désormais jugé stratégique, il vient de recevoir un soutien du plan France Relance, à travers les appels à projets Résilience.

En partenariat avec le site de Valence (26) de l'industriel Safran Electronics & Défense, Teledyne e2v semiconductor veut développer de nouvelles lignes de produits pour le marché de l'aérospatial et la défense, dans le domaine du « System in Package », c'est-à-dire un ensemble de circuits intégrés et regroupés en un seul boîtier.

Car, en parallèle à la pénurie que connaît actuellement le domaine des semiconducteurs, la demande de ses clients n'a jamais été aussi forte.  "Le développement des System in Package est une évolution incontournable de la microélectronique mondiale, mais dont les fournisseurs, qui sont concentrés en Asie, ne servent pas les marchés à faible moyens volumes", explique Laurent Monge.

Il précise que "Teledyne e2v et Safran sont complémentaires et apporteront chacun des solutions adaptées à des marchés différents et sur des bases technologiques différentes".

Tout l'objectif du projet de Teledyne e2v semiconductor, nommé Corail Sip, sera donc de permettre, grâce à un partenariat établi avec Safran, de faire émerger une nouvelle offre souveraine en Europe dans ce domaine. Un mot revenu particulièrement sur le devant de la scène aujourd'hui, compte-tenu de la pénurie actuelle de composants.

Avec une ambition : apporter plus de valeur ajoutée à ses clients, dans une chaîne de valeur de l'électronique dont les frontières évoluent.

"Aujourd'hui, nos clients ont besoin de se différencier de plus en plus au niveau de leur logiciel et de leurs applications, ils veulent se reposer sur des fournisseurs comme nous, afin que nous leur offrions une électronique encore plus intégrée", concède le directeur général. Une tendance qui toucherait en premier lieu le domaine de l'imagerie.

Des salles blanches à la hauteur de ses ambitions

Cette évolution se fera en parallèle à un autre chantier : celui de la grande refonte de sa salle blanche actuelle, d'une surface de 2.000 m², et qui date de 1989. "Car c'est bien notre outil de production qui nous permet de conserver notre avancée technologique et notre valeur ajoutée", justifie Laurent Monge.

C'est pourquoi, pour appuyer le développement de sa nouvelle génération de microprocesseurs, le site isérois se prépare également à remettre à jour ses équipements de production, qui requièrent des conditions de propreté et de production très précise.

Avec un objectif : contribuer à améliorer sa productivité ainsi que son empreinte environnementale. Pour cela, une phase d'itération au sein des équipes a démarré en 2019 pour imaginer la salle blanche du futur. La première phase de travaux vient de démarrer sur le site fin mars, et se poursuivra en trois étapes jusqu'à fin 2024.

"L'objectif est bien de mener cette réorganisation, sans pour autant impacter notre production." Au total, ce volet du projet GECkO permettra à Teledyne e2v semiconductors de dégager 800 m2 carrés de salle blanche pour y développer une nouvelle ligne de production.

"Concrètement, cela va nous conduire par exemple à passer d'une quarantaine de recycleurs d'air de grande taille à des unités plus petites, mais aussi plus récentes et plus mobiles, qui nous permettront de mieux maîtriser la qualité de l'air localement, mais aussi de réduire notre consommation énergétique", affiche le DG.

Si le groupe de demeure discret sur ses investissements, le projet Corail Sip, comprenant la refonte de la salle blanche, représenterait déjà une enveloppe de 7,5 millions d'euros, dont une aide de 2,5 millions provenant de France Relance.

Le fabricant isérois estime déjà que l'échéance 2025 pourrait représenter la pierre angulaire de sa mutation vers sa nouvelle génération de microprocesseurs. "Nous pensons qu'à terme, ces composants intégrés remplaceront même les technologies existantes, avec un phénomène de renouvellement et d'obsolescence que l'on connaît déjà sur d'autres types de composants."

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.