Renault Trucks : à Lyon, les syndicats dénoncent les conditions de la réorganisation

 |  | 1048 mots
Lecture 5 min.
Depuis le 16 juin dernier, le groupe AB Volvo a annoncé un grand plan de restructuration à l'échelle du groupe avec le départ de 4.100 salariés à travers le monde, dont 290 sur le site Renault Trucks de Lyon.
Depuis le 16 juin dernier, le groupe AB Volvo a annoncé un grand plan de restructuration à l'échelle du groupe avec le départ de 4.100 salariés à travers le monde, dont 290 sur le site Renault Trucks de Lyon. (Crédits : DR)
Un plan de départs qui suscite finalement beaucoup plus de candidats que prévu... Près de Lyon, le site du constructeur Renault Trucks, filiale du groupe Volvo, est en pleine réorganisation. La récupération in extrémis de 40 emplois n’a pas convaincu les syndicats, qui s’inquiètent à la fois du nombre de départs volontaires atteints, qu’ils estiment signe de malaise, ainsi que d’une stratégie de réduction des coûts, qu’ils estiment excessives compte-tenu des résultats annuels dévoilés par le groupe en pleine crise sanitaire.

Ils sont mobilisés, mais sur différents fronts. Les syndicats du site lyonnais de Renault Trucks sont loin d'être convaincus par le plan de leur direction, actuellement en cours de négociation. Car depuis le 16 juin dernier, un grand plan de restructuration avait été annoncé, d'abord à l'échelle du groupe avec le départ de 4.100 salariés à travers le monde (dont près de 1.250 en Suède) assorti d'une baisse des investissements en recherche et développement, de l'ordre de 35%. En France, celle-ci devait se traduire par la suppression de 463 emplois, essentiellement parmi ses cols blancs, employés par sa filiale, Renault Trucks, à travers un plan de rupture conventionnelle collective (RCC).

Et sur le site de Lyon, à cheval sur les communes de Vénissieux et Saint-Priest (Rhône), près de 298 emplois seraient menacés sur 4.500. En parallèle, un nouveau centre de R&D doit cependant sortir de terre à Saint-Priest d'ici 2021. Et la récupération in extrémis de 40 emplois n'a pas convaincu les syndicats : la semaine dernière, la CFE CGC, syndicat majoritaire sur ce site, avait dégainé la première en s'inquiétant du nombre de dossiers déposés pour la RRC. Car la direction avait reçu, en l'espace...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2021 à 12:10 :
Merci pour cet article très intéressant. La prochaine fois, merci de vérifier l'orthographe du nom des personnes que vous interviewez ! Pascale Blum est une femme, avec un E à la fin du prénom !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :