Acerde : après le rebond, place à l'industrialisation

Pivoter ou mourir. L'entreprise savoyarde s'est retrouvée face à ce dilemme en 2011, quand, après cinq ans de recherche et développement et plusieurs millions d'euros investis, elle échoue à déployer sa technologie. Finalement, "en à peine six mois", Acerde réussit à rebondir, et accélère désormais sur la phase industrielle. Avec pour ambition d'atteindre le million d'euros de chiffre d'affaires, ainsi que l'équilibre, en 2020.

4 mn

(Crédits : DR)

Acerde accueille un nouveau soutien financier "de plusieurs millions d'euros" de la part "d'un leader mondial des technologies médicales". Cette annonce, encore confidentielle, symbolise le renouveau de cette jeune entreprise à fort potentiel d'innovation, spécialisée dans l'imagerie médicale. C'est "le deuxième tournant de la vie de l'entreprise", détaille Hervé Poirel, président de cette jeune pousse basée à Saint-Hélène du lac. Tout proche du dépôt de bilan il y a encore quelques années, elle a su effectuer un pivotement stratégique pour se sauver.

Rebond

Ce premier tournant a eu lieu en 2011. Au moment de sa création en 2006, Acerde avait décidé de se spécialiser dans la technologie AlN pour concentrateurs solaires afin de développer de nouvelles diodes. L'objectif de chiffre d'affaires était ambitieux : atteindre les 15 millions d'euros en cinq ans. Cependant, les recherches n'aboutissent pas.

"C'est le risque. Des Japonais avaient pris une autre orientation technologique. Eux ont abouti vers un produit vendable et ont pris le marché. La seule différence est que cette société s'appelle Toshiba et qu'elle avait un budget de 300 millions d'euros de R&D quand Acerde disposait de 3 millions d'euros."

L'entreprise est contrainte de pivoter en à peine six mois. La réussite devient une condition "de survie".

"Nous avions le couteau sous la gorge au niveau de nos actionnaires. Si nous n'y arrivions pas, ils arrêtaient de nous financer et la boite coulait", se souvient Hervé Poirel.

Investisseur privé de la société depuis sa création, il devient président à cette date. "Nous avons dû revoir notre stratégie à partir d'une brique de technologie qui nous semblait prometteuse." Acerde rebondit alors sur les anodes tournantes pour tubes à rayons X et développe une technologie "unique", changeant donc de secteur et de marché.

"La technologie des tubes à rayons X n'a pas évolué depuis 100 ans, ou alors seulement à la marge. A l'intérieur de ces tubes, il existe une pièce métallique essentielle, l'anode, qui permet d'émettre des rayons X. Nous proposons de la remplacer par une pièce plus légère, avec une meilleure efficacité en termes de rendement, ce qui permet de diminuer la quantité de rayon X pour le patient", détaille Hervé Poirel.

Sur "ce marché porteur (300 millions d'euros) à forte croissance", les principaux clients d'Acerde sont les sociétés d'équipements médicaux comme General Electric, Philips, Siemens, Toshiba ou encore Canon.

"Le challenge est encore lourd"

Trois ans plus tard, le pivot - en terme de produit - est réussi. Mais le chiffre d'affaires de l'entreprise, dont 80 % des parts sont désormais détenues par le fonds Truffle Capital, ne dépasse pas les 30 000 euros en 2014.

Pour assurer un bond en termes de revenus, l'entreprise cherche dès 2015 à s'appuyer sur un grand compte, avec l'ambition de conquérir 10 % du marché. C'est désormais chose faite, avec l'arrivée de ce soutien financier, qui ne se traduit pas par une prise de participation, mais par "un financement de nos investissements pour être en pleine capacité de production", et "un engagement sur des commandes sur les trois prochaines années", détaille Hervé Poirel. Acerde devrait passer de 600-700 pièces produites par an dans son atelier de 600 m² à 3 000.

Ce soutien lui octroie également une plus grande crédibilité auprès des acteurs du secteur, qui ont déjà démarché Acerde pour d'autres programmes de développement de technologies, et surtout lui permet de passer à une phase industrielle. "Nous devons prouver que nous sommes capables de passer le stade de la ligne pilote. Le challenge est encore lourd."

Equilibre

L'objectif est d'atteindre l'équilibre en 2020, et un chiffre d'affaires d'un million d'euros (contre  à la même échéance, alors que l'entreprise a, au total, déjà levé plus de 7 millions d'euros. Un dessein qui passera également par la capacité à sortir de nouveaux produits. Ainsi, Acerde compte aller plus loin sur la partie recherche et développement, à laquelle 600 000 euros sont aujourd'hui consacrés, sur un budget global d'un million d'euros.

Pour accompagner ce développement, entre deux et trois personnes seront embauchées pendant trois ans, en production ou en ingénierie. De quoi permettre à la société, qui s'apprête à signer un contrat avec un acteur américain de l'imagerie médicale, de rester "confiant dans l'avenir."

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.