Reconditionner, avant de recycler : Codéo investit 8 millions à Lyon pour lutter contre l'obsolescence programmée

Spécialiste lyonnais du reconditionnement de matériel informatique pour les professionnels, Codeo vient d'inaugurer un nouveau hub de l'économie circulaire. Avec cet investissement de 8 millions d'euros, capable de traiter jusqu'à 500.000 équipements par an, le groupe compte bien consolider ses positions sur le matériel informatique de seconde main. Car entre crise écologique, crise sanitaire et pénuries de composants, ce marché jusqu'ici mal compris gagne progressivement du terrain au sein du parc informatique des grands comptes.
Nous sommes aux prémices d'une révolution de la consommation informatique, le réemploi devenant une solution avant le recyclage, estime François Amiot, qui vient d'inaugurer un nouveau hub de reconditionnement capable de traiter jusqu'à 500.000 équipements par an (dont 100.000 smartphones) avec d'un taux de réemploi atteignant jusqu'à 90%.
"Nous sommes aux prémices d'une révolution de la consommation informatique, le réemploi devenant une solution avant le recyclage", estime François Amiot, qui vient d'inaugurer un nouveau hub de reconditionnement capable de traiter jusqu'à 500.000 équipements par an (dont 100.000 smartphones) avec d'un taux de réemploi atteignant jusqu'à 90%. (Crédits : DR Codeo)

"Le groupe Codeo a commencé il y a 17 ans, quand le terme d'économie circulaire n'était pas encore généralisé", annonce François Amiot, cofondateur et directeur général. Aujourd'hui, le groupe inaugure un hub industriel de l'économie circulaire de 7.200 m2 dédié au reconditionnement de matériel informatique, à Rillieux-la-Pape.

Une croissance qui n'est pas étrangère aux crises successives que le monde a vécu ces dernières années. Entre l'urgence environnementale, les pénuries de composants et l'inflation et le marché du reconditionné connaît un certain regain d'intérêt.

Codeo, basé a Lyon, a commencé avec du reconditionnement de matériel informatique professionnel (caisse, écran, douchettes, terminal carte...). Ce sont d'abord les groupes Casino et La Poste qui lui ont ait confiance, avant qu'ils se diversifient. "Nous avions quatre ou cinq gammes de produits et ça s'est accéléré."

En 2015, le groupe a fait une étude de marché et a réalisé que les entreprises pouvaient demander jusqu'à 22 types d'équipement électroniques pouvant être reconditionnés. Le groupe a depuis, trois autres structures dans son giron, Remober pour les smartphones et PC et Codeo Medical pour l'équipement médical et Touchedeclavier.com, acquis récemment, lui-même spécialisé dans vente en ligne d'ordinateurs portables reconditionnés et de pièces détachées.

Sur les quelques 33 millions d'euros de chiffres d'affaires du groupe, 25 millions d'euros proviennent du réemploi du matériel professionnel, 5 millions d'euros des smartphones et des outils de mobilité et 3 millions d'euros du domaine médical.

Acteur d'un marché en essor

"Les grands comptes recherchent de plus en plus d'équipements pour maintenir, réemployer ou recycler." Aujourd'hui, Codeo compte environ 1.200 clients et entre 50% et 70% des équipements dont ils disposent sont ensuite réemployés.

"Recycler, c'est échouer", lance François Amiot. "On peut aller jusqu'à deux réemplois. Et entre le réemploi et le recyclage, les équipements peuvent être démantelés."

Rien qu'en France, "62,5 millions de tonnes de ressources sont utilisées par an pour produire et utiliser les équipements numériques et 20 millions de tonnes de déchets produits par an sur l'ensemble du cycle de vie", selon l'Ademe.

Et les premiers responsables des impacts du numérique sur l'environnement sont en effet les appareils électroniques (entre 64% et 92% des impacts), avant les centres de données (entre 4% et 22% des impacts) et les réseaux (entre 2% et 14 %). La phase de fabrication du matériel étant celle qui a le plus d'impact sur l'environnement, toujours selon l'Ademe.

Un métier jusqu'ici incompris

"Il y a 17 ans, on faisait partie de l'écosystème, mais on était caché derrière les revendeurs et constructeurs. C'était un métier incompris qui paraissait compliqué", se souvient François Amiot. S'ajoutent à cela l'obsolescence programmée ou les changements de logiciels, forçant encore un peu plus la main pour changer de matériel.

"Cela fait cinq ans que les grands comptes se posent aussi la question de baisser leur empreinte carbone de leur consommation informatique et se préoccupe de plus en plus du taux de réparabilité des produits." Une accélération qui s'est d'autant fait ressentir avec le Covid-19, ce qui a permis aussi de professionnaliser le métier et d'imposer des standards de reconditionnement.

Avec les pénuries de composants, le reconditionnés a aussi connu un regain d'intérêt, connaissant des délais moindres que pour les équipements neufs. "L'an dernier, nous avons connu une croissance d'activité de 30% et cette année, nous visons les 40% alors qu'auparavant, nous étions plutôt sur une croissance de 10% à 15% par an."

8 millions d'euros investis dans le hub

D'où la création de ce nouveau hub de l'économie circulaire, pour suivre la cadence. Trois autres entreprises sont aussi présentes sur le site Envie, Ecodair et LM Eco Production, afin de compléter le savoir-faire de Codeo.

Au total, près de 8 millions d'euros auront été investis pour sa création. Ce site disposera d'une capacité de traitement de 500.000 équipements par an (dont 100.000 smartphones) et d'un taux de réemploi atteignant jusqu'à 90%, selon les gammes de produits (et 10% de recyclage). Avec ce hub, Codeo peut donc proposer un service complet à se clients.

La prochaine étape désormais ? "Améliorer l'accompagnement des entreprises et donc, des plateformes digitales pour les clients. Afin qu'ils aient une traçabilité des produits qui entrent et qui sortent et qu'il puissent calculer leur empreinte carbone."

Et François Amiot de conclure : "Nous sommes aux prémices d'une révolution de la consommation informatique, le réemploi devenant une solution avant le recyclage."

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 29/09/2022 à 9:16
Signaler
"ce marché jusqu'ici mal compris" En effet mais c'est parce que ceux qui possèdent et détruisent le monde en ronflant font tout pour qu'on ne le comprenne pas, avec des bagnoles électriques vous faites des milliards de dividendes avec le reconditionn...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.