Caisse des dépôts : Foncière Rénovation Montagne, la déception

Créée pour acquérir et rénover des lits froids en stations de ski, la société créée par la Caisse des Dépôts et ses banques partenaires n’obtient pas les résultats escomptés.

3 mn

(Crédits : Andy Parant)

Créée en 2013, la Foncière Rénovation Montagne est la première des deux sociétés lancées par le pool constitué par la Caisse des Dépôts (48,8% du capital), la Banque populaire Auvergne-Rhône-Alpes (16%), la Caisse d'épargne Rhône-Alpes (16%), le Crédit agricole (9,6%) et la Compagnie des Alpes (9,6%). Cette société a pour but d'acquérir et de rénover des appartements en stations de ski, pour transformer des lits froids en lits chauds.

Acquérir pour réchauffer

La Foncière Rénovation a vocation à investir dans des sociétés foncières locales, qui acquièrent des logements vieillissants pour les rénover et les remettre dans le circuit économique. Ces appartements sont mis en location, puis ils doivent être vendus dans un deuxième temps.

La création de cette société visait à proposer une alternative face à l'érosion des hébergements en stations. Chaque année, 1 à 3% des lits sortent du marché. Or, bon nombre de ces lits sont situés dans des appartements vieillissants, ne correspondant plus à la demande des skieurs actuels.

Jusqu'à présent, la société a investi dans quatre foncières locales, respectivement à La Plagne, Les Ménuires, Les Arcs, Les Écrins. Cette dernière est active à la fois à Serre-Chevalier et aux Deux-Alpes.

En moyenne, ces foncières locales sont détenues à 88 % par la Foncière Rénovation, 4% par une SEM locale, 2,5% par la Compagnie des Alpes et 3,7% par une société de remontées mécaniques.

Un impact limité

À la fin de l'année 2016, 51 millions d'euros, soit 72 % de l'enveloppe totale de 71 millions d'euros, avaient été investis pour acquérir et rénover 2 500 lits froids. À cette date, 2 000 d'entre eux avaient été rénovés, avant d'être remis en location. 40 % des investissements avaient été réalisés en fonds propres, le reste en prêts bancaires.

"Les appartements rénovés et remis en location ont eu des effets directs sur le nombre de journées skieurs", affirme Philippe Blanquefort, directeur de la Caisse des Dépôts pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, avant de tempérer aussitôt son diagnostic.

C'est que l'impact est limité. L'opération n'aura contribué à augmenter que de 0,7 % le chiffre d'affaires annuel des remontées mécaniques des stations concernées, selon le directeur régional de la Caisse des Dépôts. Au total, les retombées se limitent à 2,6 millions d'euros de recettes supplémentaires pour l'ensemble des stations. Les retombées indirectes totaliseraient 24 millions d'euros, en comptant les locations de skis, les achats de matériel, etc.

Seulement du maintien

Le dirigeant régional de la Caisse des Dépôts reconnaît que les chiffres sont plus faibles qu'espérés.

"Le résultat n'est pas à la hauteur de ce qu'on espérait, lâche M. Blanquefort. La logique voudrait que ces lits rachetés froids deviennent systématiquement chauds. Mais ils ne le sont pas totalement. On arrive à maintenir un potentiel, voire à l'améliorer faiblement... mais c'est davantage du maintien."

À suivre mardi : Foncière Rénovation Montagne : un modèle remis en question

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.