Banque des Territoires AURA : 1,2 milliards pour rénover et construire des logements sociaux

A l'heure du bilan 2021, la Banque des Territoires Auvergne Rhône-Alpes tient son cap et dévoile les grands projets de la région dans lesquels elle a investi pour faire vivre le territoire. Du tourisme au logement social en passant -entre autres- par l'industrie et la redynamisation des villes moyennes, cet organisme âgé de quatre ans a investi l'an dernier 116 millions d'euros en fonds propres et prêté près de 1,3 milliards d'euros.

4 mn

En plus d'accompagner les collectivités en investissant massivement dans la création et la rénovation du logement social, la Banque des Territoires a également investi cette année 33 millions d'euros dans les programmes Action coeur de ville et Petites villes de demain. Les centres des villes moyennes se vident à cause des grandes zones commerciales en périphérie. Il faut une intervention publique pour mener des opérations foncières, acheter, transformer et revendre, confirme Barbara Falk.
En plus d'accompagner les collectivités en investissant massivement dans la création et la rénovation du logement social, la Banque des Territoires a également investi cette année 33 millions d'euros dans les programmes Action coeur de ville et Petites villes de demain. "Les centres des villes moyennes se vident à cause des grandes zones commerciales en périphérie. Il faut une intervention publique pour mener des opérations foncières, acheter, transformer et revendre", confirme Barbara Falk. (Crédits : DR/ML)

En région, la Banque des Territoires, émanation de la Caisse des Dépôts, se définit comme "un investisseur, un prêteur, un banquier des professions juridiques pour soutenir le développement du territoire en Auvergne Rhône-Alpes", comme le résume sa nouvelle directrice régionale, Barbara Falk.

En 2021, cet organisme âgé de quatre ans, aura ainsi prêté 1,314 milliards d'euros et investi 116 millions d'euros en fonds propres. Le montant des crédits portés en soutien à l'ingénierie des collectivités s'élève quant à lui à 17 millions d'euros. En 2020 pour rappel, la Banque des Territoires Auvergne Rhône-Alpes avait déjà investi, en pleine crise sanitaire, près de 128,5 millions d'euros d'investissement en fonds propres et prêté 1,337  milliards d'euros.

"Un tiers des investissements en logement social sont sur la Métropole"

Et l'an dernier, c'est le volet du logement social qui s'est posé comme l'un des principaux postes de dépenses et d'engagement de la Banque des Territoires.

En 2021, elle a ainsi financé la construction de 11.987 logements sociaux et la réhabilitation de 8.715 d'entre eux.

"La rénovation est un grand enjeu, parce que certains de ces logements seront bientôt interdits par la loi", assure Barbara Falk. La Banque des Territoire estime que 24% du parc de logements sociaux est énergivore (E,F,G). Sur le total des prêts, qui s'élève à 1,2 milliards d'euros, 222 millions sont destinés à la rénovation.

La Banque des Territoires a également "octroyé 192 millions d'euros de titres participatifs à 18 organismes de logement social." Elle a par ailleurs accordé 1.226 millions d'euros de prêts habitats social dans la région.

"C'est un sujet important lorsque l'on sait qu'un logement sur quatre est un logement social et que le territoire en est encore aujourd'hui déficitaire", note Barbara Falk. Et d'ajouter : "Le logement social a beaucoup bougé en quelques années, suite à la loi ELAN qui a demandé aux organisme sociaux d'être plus gros. Les bailleurs sont solides mais le foncier est rare", analyse la directrice territoriale.

Des sommes qui ont ainsi été fléchées en grande partie vers la plus grande métropole de la région. "Le logement est un enjeu métropolitain fort. Un tiers des investissements en logement social est réalisé sur le Grand Lyon", précisait d'ailleurs Olivier Morel, directeur territorial Métropole de Lyon.

Un chiffre qui devrait encore augmenter au vue de la politique de la Métropole dans ce domaine, qui envisage de passer de 4.000 logements accessibles par an à 6.000 d'ici la fin du mandat. "La ressource suivra", assure la Banque des Territoires.

"Il y a surtout un problème de foncier", commente Olivier Morel, rappelant que la Banque des Territoires travaille aussi sur le terrain de la réhabilitation des logements. "Nous faisons un diagnostic du parc social avec AURA HLM."

68 millions d'euros d'investissements pour le tourisme

Un autre poste de dépenses important cette année aura été, pour la Banque des Territoires, le secteur du tourisme, qui concentre à lui seul 68,4 millions d'euros d'investissements et 960.000 euros de prêts.

Au rayon des projets, l'organisme a par exemple investi 3 millions d'euros dans le musée de la Mer de Glace, à Chamonix (Haute-Savoie). "Il existait un besoin de rénovation des infrastructures car le glacier n'est plus là où il était il y a soixante ans", annonce Barbara Falk. Un projet qui comprenait donc l'installation d'une nouvelle télécabine ainsi que la construction d'un centre d'interprétation du climat et des glaciers, pour un montant global de 53 millions d'euros.

En montagne également, la Banque investit 21,8 millions d'euros en fonds propres et quasi-fonds propres pour développer "deux nouveaux villages clubs situés à Flaine (Haute-Savoie) et aux 2 Alpes (Isère)", avec la Foncière Belambra. Le projet des 2 Alpes étant quant à lui une rénovation.

Les péniches Bed & Bicycle ont aussi retenu l'attention de la Banque des Territoires et récolté 1,05 millions d'euros d'investissements de sa part.  Ce projet consiste en l'acquisition de 10 péniches aménagées en hôtel et réparties sur le Rhône, pour héberger les cyclistes lors de leurs trajets touristiques.

La Banque des Territoires travaille par ailleurs sur les programmes Action cœur de ville et Petites villes de demain, ce qui concerne respectivement 222 villes et 1.622 collectivités dans la région, pour un montant total d'investissement de 33 millions d'euros, 21,7 millions d'euros de prêts et cinq millions d'euros de crédits d'ingénierie en accompagnement des collectivités.

A Bourg-en-Bresse (Ain) par exemple, la Banque des Territoires a investi 797.000 euros pour le plan Action cœur de ville.

"Les centres des villes moyennes se vident à cause des grandes zones commerciales en périphérie. Il faut une intervention publique pour mener des opérations foncières, acheter, transformer et revendre", confirme Barbara Falk.

A Bourg-en-Bresse, l'investissement a ainsi permis d'acquérir une trentaine de biens "ciblés sur l'évolution commerciale du centre-ville."

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 23/05/2022 à 10:02
Signaler
... un me$$age pour Dame* Bettencourt , " la cousine de l ' oncle Picsou " ...! ( ? ) . L ' Oreal parce que ....... . AFF ISS .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.