De nouveaux outils capitalistiques pour MND

Pour accompagner sa forte dynamique commerciale, Montagne et Neige Développement (MND) mise sur de nouveaux outils capitalistiques. Et envisage un transfert du marché Euronext au marché Euronext Growth, qu’il estime plus en adéquation avec sa taille.

4 mn

(Crédits : DR)

Une nouvelle émission d'obligations convertibles, pour accompagner sa croissance, avec une cible toujours fixée à 150 millions d'euros d'ici 2020. Le concepteur de solutions pour l'aménagement de la montagne MND fait un pas de côté et vient d'annoncer la mise en place de nouveaux outils pour financer ses développements dans les prochains mois à venir.

"Notre groupe a enregistré une croissance assez rapide au cours des dernières années, et nous avions besoin de renforcer nos fonds propres pour accompagner cette stratégie de croissance", explique Roland Didier, directeur général délégué de Montagne et Neige Développement (MND).

Ce nouvel outil, qui prend la forme d'un emprunt réalisé par la société et remboursé sous forme d'actions, sera lancé en deux phases. "Nous avons annoncé une première tranche de 6 millions d'euros fin juin dernier, puis débloqué une seconde tranche fin août", annonce Roland Didier.

Alors que le groupe avait envisagé en début d'année de réaliser une augmentation de capital, celle-ci avait été finalement reportée à une date ultérieure suite à une sanction publiée à l'encontre du dirigeant de MND par l'AMF.

"Les conditions font que le projet d'augmentation avait été reporté et que les conditions de marché n'étaient ensuite plus favorables, avec des marchés nerveux et chahutés. Nous avons préféré nous tourner vers des produits plus stables", explique le directeur général délégué.

40 millions d'euros sur la table

En parallèle à cette nouvelle annonce, MND envisage également la mise en place d'un produit d'equity line avec l'établissement financier Kepler Cheuvreux, pour un montant global de 30 millions d'euros, qui lui permettra de réaliser des augmentations de capital sur une base mensuelle durant une période maximum de 36 mois. Un projet d'ampleur qui demande cependant un visa de l'AMF.

"Le dossier est en train d'être monté et devrait être présenté d'ici la fin septembre", souligne Roland Didier.

Alors que la précédente augmentation de capital envisagée début 2018 était destinée au grand public, MND a finalement choisi de passer prioritairement par cette ligne de financement réservée à un seul investisseur en vue de diminuer la complexité d'un appel à l'épargne qui serait réalisé à des milliers d'investisseurs privés.

"La société Kepler va ainsi faire l'avance et percevoir des actions qu'ils vont ensuite replacer sur le marché. Il s'agit d'un autre outil, mais cela ne change rien sur le principe, puisque cette opération va nous permettre de renforcer nos fonds".

Avec ces deux opérations d'un montant global de 40 millions d'euros, la société MND vise notamment à renforcer ses fonds propres, développer sa croissance et à financer son réseau de production.

"Notre croissance est forte et dépasse les 15% par année, avec 12 millions d'euros de chiffre d'affaires enregistrés en 2011, contre 87 millions lors du dernier exercice", atteste le directeur général délégué, tout en confirmant une nouvelle fois l'objectif fixé par son plan stratégique à 150 millions d'euros pour l'horizon 2020.

Un transfert de cotation attendu

Répartie entre ses quatre métiers, que sont les remontées mécaniques, les équipements de neige de culture, la sécurité sur les domaines skiables ainsi que l'offre de loisirs à sensations, MND peut actuellement compter sur les marchés asiatiques (Chine et Japon) qui développent leur activité sur les sports d'hiver, ainsi que le dynamisme de son pôle dédié aux remontées mécaniques (touristique et urbain) ainsi qu'aux loisirs à sensations. "Aujourd'hui, ce dernier n'est pas notre levier de croissance le plus important. Mais il est très prometteur : partout dans le monde, émerge une classe moyenne avide de loisirs", estime Roland Didier.

Enfin, MND envisage également de transférer prochainement sa cotation du marché réglementé d'Euronext vers le marché Euronext Growth, destiné aux plus petites sociétés en croissance.

"L'idée n'est pas de sortir du marché, mais de réduire les contraintes financières et opérationnelles qui sont liées à la cotation sur Euronext", précise le directeur général délégué.

Sur ce nouveau marché, MND deviendrait ainsi soumise à des communications annuelles, et non plus trimestrielles ou semestrielles. "Nous garderons ainsi la même transparence, mais avec des fréquences de communication moins importantes, ce qui va générer des gains de temps pour nos équipes".

La société évalue que la cotation actuelle lui coûte près de 250 000 euros, et espère parvenir à diviser cette somme en deux afin que ses équipes puissent consacrer leur temps à des projets de croissance.

"Nous allons continuer à bénéficier des avantages de la cotation, en pouvant produire des appels au marché pour renforcer nos fonds propres quand cela est nécessaire", indique Roland Didier.

Pour être adopté, ce projet doit encore être soumis à l'Assemblée générale des actionnaires, qui se déroulera le 27 septembre prochain. La procédure, qui comprend une autorisation de l'AMF, devrait ensuite prendre près de deux mois.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.