Enquête AMF : MND prend acte et veut avancer

Quelques semaines après son audition au sein de la commission des sanctions de l'AMF, la société Montagne Neige et Développement (MND) ainsi que son dirigeant viennent d'être condamnés à régler deux amendes pour un total de 550 000 euros. Xavier Gallot-Lavallée, son dirigeant, se réserve encore le droit de faire appel et souhaite se concentrer sur l'avenir, alors que la société vient d'enregistrer une croissance de 43% au dernier trimestre.

4 mn

(Crédits : Licence CC0)

La société encourait 500 000 euros d'amende, elle aura finalement écopé de 400 000 euros, assortie d'une sanction pécuniaire de 150 000 euros pour son dirigeant, Xavier Gallot-Lavallée et de la publication de la présente décision sur le site Internet de l'Autorité des marchés financiers sur une durée de cinq ans.

Auditionné en avril dernier dans le cadre d'une enquête sur la période 2013-2014 ayant suivi son entrée en bourse, le dirigeant de MND avait eu l'occasion de défendre sa version des faits face à l'AMF.

Dans sa décision finale, publiée le 7 mai dernier, celle-ci a finalement retenu "des manquements aux obligations d'information ayant eu pour effet, d'une part, de tromper les investisseurs sur la destination des fonds qui seraient levés grâce à l'introduction en bourse, d'autre part, de soustraire à la connaissance de ces derniers la dégradation de la situation de Montagne et Neige Développement au regard des objectifs annoncés lors de cette opération pendant une période qui a duré plus de six mois (...)".

L'AMF reproche en outre au dirigeant d'avoir effacé 38 000 courriels qui auraient pu servir à des fins d'enquête, tandis que ce dernier évoquait "une erreur dans la procédure d'archivage".

"Ce qui nous intéresse est de pouvoir avancer"

Le dirigeant de MND, joint par Acteurs de l'Economie, a affirmé qu'il "prenait acte" de cette décision.

"Nous n'avons pas encore décidé des suites à donner à cette affaire. Nous nous laissons le temps de l'analyse, ce qui nous intéresse désormais est de pouvoir avancer. Cela reste un montant qui nous paraît élevé, d'autant plus que nous ne partageons pas l'avis de l'AMF sur l'ensemble des griefs qui nous sont reprochés, mais l'idée est d'en tirer les leçons et d'avancer. Cela ne remet pas du tout en cause la pérennité du groupe", affirme Xavier Gallot-Lavallée.

Ce dernier pointe les chiffres encourageants enregistrés au dernier trimestre (+43%) ainsi qu'à la clôture de l'exercice 2017 (+15% pour la seconde année consécutive, avec 88,3 millions d'euros de chiffre d'affaires). "On voit que le niveau d'activité est bon et que les clients continuent de nous faire confiance. Nous avons eu l'occasion d'en rencontrer certains lors du salon Mountain Planet et d'enregistrer de nouvelles commandes", souligne-t-il.

Résultat ? La société a même gonflé encore un peu plus que l'an passé son carnet de commandes, qui s'établit à 184 millions d'euros à la fin mars 2018 (en hausse de 20 millions d'euros par rapport à l'an dernier), "ce qui représente plus de deux années de chiffres d'affaires", rappelle M. Gallot-Lavallée.

Parmi les principaux moteurs de croissance du groupe, figure l'export, qui a représenté 77% du chiffre d'affaires du groupe cette année (contre 66% l'an passé). Bien que le marché français continue de constituer un socle pour les ventes du groupe (23%), le grand export draine désormais quasiment 50% de l'activité (dont 32% pour la Chine), contre 30% pour l'Europe.

Maintenir l'objectif de 150 millions d'euros

L'année 2017 se distingue notamment par la forte croissance du pôle Enneigement et remontées mécaniques, dont le niveau d'activité a bondi de 30%, avec de nouvelles installations comme la remontée mécanique de la Plagne, qui a généré par exemple la signature d'un nouveau contrat à Avoriaz.

Si le pôle Sécurité et Loisirs enregistre un retrait de 11% en raison des décalages de livraisons dûs à la météo, MND a signé un contrat avec une station suisse pour la vente de sa première luge quatre saisons, qu'elle portrait au sein de son dispositif de R&D depuis 36 mois.

"Nous avons bénéficié d'une dynamique commerciale forte et d'un report de la facturation du troisième trimestre car, comme nous l'avions communiqué, nous avons enregistré des décalages dû aux conditions météo difficiles qui font que nous n'avons pas pu finaliser certaines opérations en décembre", explique le dirigeant.

Au regard de ces données, la société a annoncé qu'elle maintiendrait son objectif de 150 millions d'euros de chiffre d'affaires à l'horizon 2020, accompagné d'une marge opérationnelle courante comprise entre 8% et 10%.

Quant à son augmentation de capital de 26 à 30 millions d'euros, annoncée pour accompagner sa forte dynamique commerciale, puis repoussée début avril à une date ultérieure, Xavier Gallot-Lavallée précise que "celle-ci sera réalisée d'ici la fin de l'année comme nous l'avions confirmé", mais avec un timing qui reste encore à préciser.

"Cela dépendra de l'attrait du marché pour l'opération, des conditions présentes sur le marché, etc".

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.