Nucléaire : l'arrivée "probable" de deux réacteurs en Auvergne Rhône-Alpes se confirme, les écologistes vent debout

Alors qu'Auvergne Rhône-Alpes se pose comme la première productrice en fournissant 22,4 % de l’électricité nucléaire française avec 4 sites de production, les annonces d'Emmanuel Macron, qui confirment une relance de l'atome avec la construction de 6 réacteurs et 8 en option, "dont probablement deux dans notre région, au Bugey (Ain) ou à Tricastin (Drôme)", ont déjà suscité l'opposition des écologistes. De son côté, EDF rappelle "qu'une paire est prévue en Auvergne-Rhône-Alpes sur les sites de Bugey ou Tricastin, mais le choix du site n'est pas encore fait à ce jour".
(Crédits : DR)

Avec ses quatre sites de production d'énergie d'origine nucléaire (Tricastin dans la Drôme, Saint-Alban en Isère, Cruas en Ardèche et le Bugey dans l'Ain) et 14 réacteurs nucléaires, la région Auvergne Rhône-Alpes produit déjà 80 TWh d'énergie chaque année grâce à l'atome (contre 77 en 2020) pour 13.480 MW de puissance installée. Ce qui la propulse déjà au rang de première région productrice française, en fournissant 22,4 % de l'électricité nucléaire hexagonale.

Lire aussi 14 mnNucléaire : malgré les vents contraires, une portion des 6 nouveaux EPR se jouera en Auvergne Rhône-Alpes

Et dans les éléments de prospectives soumis à EDF, une part des 6 nouvelles paires de réacteurs proposées par Emmanuel Macron comprenait au moins un site en Auvergne Rhône-Alpes, comme nous l'expliquions mi-janvier.

« Dans le cadre où le gouvernement relancerait la construction de trois paires d'EPR, soit six réacteurs, nous avions déjà identifié quatre emplacements, dont deux de manière certaine, qui sont les sites de Penly (Seine-Maritime) et de Graveline (Nord) ainsi qu'un autre, qui serait à déterminer entre Tricastin et le Bugey », affirmait EDF.

Et depuis hier, ce scénario qui était encore soumis à une confirmation présidentielle a été entériné par Emmanuel Macron : à deux mois du premier tour de l'élection présidentielle, le président de la république a en effet annoncé lors de son déplacement à Belfort la commande de six réacteurs EPR d'ici 2035, ainsi que la pose de huit options.

Parmi les 6 réacteurs et les 8 options, les deux sites du Bugey et de Tricastin ?

Contacté, le groupe EDF "se réjouit de l'annonce du Président de la République qui confirme que le nucléaire aux côtés des renouvelables jouera un rôle majeur pour atteindre les objectifs climatiques de la France, tout en contribuant à la croissance du pays".

En ce qui concerne le choix d'implantations des 3 premières paires d'EPR, l'antenne Auvergne Rhône-Alpes de l'énergéticien rappelle pour autant "qu'une paire est prévue en Auvergne-Rhône-Alpes sur les sites de Bugey ou Tricastin, mais le choix du site n'est pas encore fait à ce jour." Rien n'indique donc pour l'instant si l'une des huit paires posées "en option" par Emmanuel Macron pourrait se traduire par un "coup double" pour la Région Auvergne Rhône-Alpes.

Autre inconnue : la question du financement de ces annonces est toujours en effet posée en filigrane, et pourrait en partie dépendre des résultats annuels du groupe EDF, attendus pour le 18 février prochain, dans un contexte où les finances de l'énergéticien avaient été mises à rude épreuve par l'annonce du gouvernement, concernant la vente de lots additionnels d'électricité à bas prix, qui pourraient représenter u cet supplémentaire de 6 à 7 milliards d'euros.

L'annonce présidentielle n'a cependant pas tardé à faire réagir le groupe écologiste à la Région, rappelant que le premier volet de cette annonce, concernant les six premiers réacteurs, se traduirait par "probablement deux dans notre région, au Bugey (Ain) ou à Tricastin (Drôme)".

Un passage en force dénoncé par le groupe écologiste

Les élus EELV évoquent un "passage en force" du président de la République mené à 60 jours de l'élection présidentielle, "pour imposer une nouvelle gabegie", avec "des annonces grandiloquentes et purement électoralistes".

"Négligeant les capacités de production hydroélectrique, solaire, éolienne et biogaz, ce développement au forceps du nucléaire est une faute stratégique, en totale incohérence avec toutes les stratégies adoptées nationalement et régionalement", s'insurge l'opposition écologiste régionale, par voie de communiqué.

Le groupe d'opposition rappelle qu'Auvergne Rhône-Alpes vise, en parallèle, "une hausse de 54% de la production d'énergies renouvelables pour 2030 et un doublement de la production en 2050 par rapport à 2015".

Deux consultations locales encore en cours

Alors que deux consultations locales sont en cours sur l'avenir des sites du Bugey et de Tricastin, le groupe écologiste s'inquiète que les décisions soient en réalité déjà actées.

Lire aussi 12 mnRelance du nucléaire : les 3 enjeux qui attendent (aussi) la filière régionale au tournant

Maxime Meyer, conseiller régional de l'Ain se questionne notamment sur "l'utilité et la sincérité réelle de deux démarches de consultations locales en cours, dans notre région Auvergne-Rhône-Alpes, sur les deux sites probables d'implantation".

Avec, "d'une part une concertation publique jusqu'au 26 février pour modifier le SCOT  (Schéma de cohérence territoriale) du Bugey - Plaine de l'Ain pour faciliter l'accueil d'une paire d'EPR au Bugey. Et d'autre part, une enquête publique jusqu'au 14 février sur la prolongation de l'exploitation du réacteur n°1 de la centrale de Tricastin (Drôme) pour les dix prochaines années. À quoi bon consulter si les décisions sont déjà prises ?", se demande Maxime Meyer.

Une chose est cependant certaine : les études concernant le choix de l'un des deux sites en Auvergne Rhône-Alpes sont encore en cours, et aucun élément en faveur de l'un ou l'autre n'a filtré à ce stade.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 12/02/2022 à 10:59
Signaler
Vouloir de nouveau construire des centrales nucléaires le long de cours d'eau menacés par le changement climatique est une hérésie. La présidente du directoire de la compagnie nationale du Rhône (CNR) avait averti l'année dernière que le Rhône à l'ho...

à écrit le 11/02/2022 à 19:07
Signaler
Les habitants de la region doivent etre bien contents, comme les normands avec Flamanville. Ils vont pouvoir photografier les insectes mutants vivants pres des centrales nucleaires. Ils vont pouvoir enrichir la collection de photos de la suissesse ar...

le 11/02/2022 à 19:39
Signaler
"et ont décidé de sortir du nucléaire" la France voisine va leur vendre du courant, comme ça y aura pas de problème. En Suède ils ont essayé d'en fermer deux mais vu l'hiver dernier pour ne pas trop en acheter ailleurs pour compenser, ils ont demandé...

à écrit le 11/02/2022 à 18:46
Signaler
Et donc...les écologistes sont crédités du score faramineux de 4,5%. Sur le fond ils ont raison, sauf que dans le système économique ou nous baignons, c'est utopique.

à écrit le 11/02/2022 à 18:38
Signaler
Si Macron se maintient sur le thrône de France alors Wauquiez pourra installer des cocottes nucléaires dans le jardin de ses voisins...

le 11/02/2022 à 19:43
Signaler
Les petits réacteurs qui restent à développer, construire, etc ? J'en veux bien un si ma facture est divisée par deux voire gratuite (j'ai baissé ma conso de 20% en changeant ma VMC avec une économe, 4-5€/an de courant et enfin plus 67). :-) Il faut ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.