Huit mois après l’entrée en Bourse, HRS se prépare au décollage du marché de l’hydrogène

2021 aura été un bon cru pour la pépite iséroise HRS : introduction en Bourse, croissance de +300%... Huit mois plus tard, Hydrogen Refueling Solutions (HRS) a dévoilé ses résultats annuels 2020/2021 consolidés, appuyant ses ambitions. Car sur un marché de l’hydrogène en pleine explosion, le fabricant de stations se retrouve désormais à un moment clé de son développement. Objectif : se structurer pour être en mesure de fournir un volume de 43,1 millions de commandes engagées d’ici 2026.

6 mn

En parallèle à sa structuration en cours, HRS envisage un doublement de son chiffre d'affaires enregistré sur le segment des stations hydrogène dès l'an prochain, avec l'ambition d'atteindre les 85 millions d'euros de revenus au global d'ici 2025. Un objectif qui sera conditionné par la livraison d'une centaine de stations sur la même période.
En parallèle à sa structuration en cours, HRS envisage un doublement de son chiffre d'affaires enregistré sur le segment des stations hydrogène dès l'an prochain, avec l'ambition d'atteindre les 85 millions d'euros de revenus au global d'ici 2025. Un objectif qui sera conditionné par la livraison d'une centaine de stations sur la même période. (Crédits : DR/Samuel Moraud)

Il se rêve toujours en leader européen de la conception et fabrication de stations hydrogène, en particulier sur la mobilité lourde. L'isérois HRS, tuyauteur de formation et tombé dans la marmite de l'hydrogène grâce à un partenariat avec Air Liquide (43 salariés), s'était introduit en Bourse en février dernier, avec l'objectif de s'outiller pour participer activement à l'envolée du marché de l'hydrogène.

Car d'ici à 2050, l'hydrogène pourrait représenter jusqu'à 20% du mix énergétique mondial, et « devenir une molécule incontournable pour la décarbonation de l'industrie et des mobilités », rappelle son pdg et fondateur, Hassen Rachedi.

Car face au parc existant de 200 stations hydrogène déjà déployées à l'échelle européenne (et dont HRS a déjà contribué à fournir 20% du volume), les besoins sont amenés à grimper pour atteindre, selon les estimations relayées par la société, le seuil de 15.000 stations installées d'ici 2040. Soit un marché estimé à 8 milliards d'euros sur la période 2020-2030, tiré par les différents plans gouvernementaux à l'échelle européenne.

De résultats annuels qui bondissent et réduisent les pertes

Et huit mois après son entrée en Bourse, les premiers résultats annuels livrés vendredi confirment la dynamique de ce marché, puisque HRS a enregistré un chiffre d'affaires de 10,5 millions d'euros sur l'exercice 2020/2021 clôturé fin juin 2021, dont 8,3 millions pour son segment stations hydrogène et 2,2 millions liés à son métier historique de tuyauteur industriel.

Soit une croissance de +309%, qui confirme les premiers succès commerciaux rencontrés par son offre de stations de ravitaillement en hydrogène. Mais l'enseignement de cet exercice se trouve aussi la réduction de sa perte nette (de -167.000 euros contre -1 million un an plus tôt) et un Ebitda qui repasse dans le vert, à +461.000 euros contre -718.000 euros un an plus tôt.

« L'ensemble des coûts ont augmenté de 60% par rapport à l'exercice précédent, mais cela est à mettre en relation avec les 300% de croissance réalisés », rappelle Karine Bietrix, sa directrice financière. « La solidité des capitaux propres ainsi que la trésorerie de 58,4 millions d'euros vont permettre à la société de s'ancrer dans sa stratégie de croissance ».

Face à la montée en puissance, l'enjeu de la structuration

Dans cette phase de forte montée en puissance, tout l'enjeu d'HRS sera désormais de se structurer : sur les 67 millions nets récoltés lors de cette levée (hors frais de IPO), une grande partie serviront à accompagner sa croissance organique, mais aussi à financer son nouveau site de 14.300 m2, qui doit sortir de terre dans la banlieue de Grenoble à Champagnier pour l'exercice 2022-2023.

Avec un objectif : lui permettre de tripler ses capacités de production pour atteindre les 180 stations conçues chaque année, pour une enveloppe de 20 millions d'euros d'investissements.

Ce plan de montée en puissance comprend également la création de 130 postes d'ici les cinq prochaines années, dont une trentaine sur le prochain exercice 2021-2022. De quoi nourrir sa croissance, mais aussi participer à la structuration de ses services en interne :

Après avoir recruté un troisième directeur général délégué en provenance de TotalEnergies Adamo Screnci, HRS compte notamment asseoir des postes clés, comme celui d'un directeur administratif et financier, de directeur des opérations, ainsi que plusieurs responsables du développement commercial sur différentes zones en Europe.

Bien que pour l'heure l'isérois adresse surtout au marché français, il sait déjà que les opportunités se trouveront également en dehors de l'Hexagone, à mesure de la montée en puissance du marché hydrogène.

C'est pourquoi le fabricant s'est également outillé en interne afin d'accélérer son cycle de production -avec désormais un cycle de huit semaines pour chaque nouvelle station produite- et souhaite renforcer ses travaux dans le domaine du « design to cost », afin de poursuivre ses gains en matière de rentabilité.

Des accords commerciaux pour accompagner le marché

Côté commercial, HRS a également multiplié les partenariats : avec le constructeur de véhicules adaptés à la logistique Gaussin (Bourgogne-Franche-Comté) tout d'abord, avec lequel la pépite iséroise a signé un contrat de fourniture exclusive, à l'échelle européenne, visant à pouvoir proposer une offre (tout inclus) associant véhicules et stations sur la période 2021-2026, avec un minimum de 36 stations fournies. « Cette formule entre dans la volonté d'amener des offres complètes à destination des utilisateurs afin de contribuer au développement de la filière hydrogène française », souligne Adamo Screnci.

HRS s'est également rapproché de BNP Paribas Leasing solutions en vue de proposer une offre de leasing de stations, éligible aux aides de l'Ademe. Celle-ci revient à proposer un achat de stations à ses clients, par le biais de son partenaire bancaire sous forme de crédit-bail.

« On s'aperçoit que sur le marché des stations hydrogène, encore en plein développement, les clients ont encore un fort besoin d'accompagnement pour définir leurs projets d'implantations. Par ailleurs, cette offre nous a permis de débloquer de premiers programmes et de casser le cercle vicieux voulant que les clients n'investissent au démarrage que dans de petites stations, qui pourraient se révéler ensuite obsolètes face à leurs besoins », complète Olivier Dhez, directeur général délégué d'HRS.

Un carnet de commandes confirmé de 43,1 millions d'euros sur cinq ans

Résultat ? La société iséroise compte désormais sur un carnet de commandes de 43,1 millions d'euros engagé au cours des cinq prochaines années, soit « une multiplication par 10 de son volume d'affaires en moins de 8 mois ».

« Il s'agit d'une augmentation très significative », concède sa directrice financière Karine Bietrix, qui souligne également le volume de prospects en cours « varie de semaines en semaines » et est estimé actuellement à 92 millions d'euros sur la période 2021-2027.

De quoi permettre à HRS d'envisager un « doublement de son chiffre d'affaires du segment Stations Hydrogène dès le 30 juin 2022 », et de maintenir sa cible d'atteindre les 85 millions d'euros de revenus d'ici 2025. Avec toujours, l'ambition de livrer une centaine de stations sur cette période. Et ce, en conservant un résultat opérationnel courant autour de l'équilibre.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.