Gigafactory Genvia : les rênes seront confiées à l'iséroise Florence Lambert

 |  | 934 mots
Lecture 5 min.
Après avoir dirigé le CEA-Liten depuis 2013, l'un des principaux centres de recherches européens dans le domaine des nouvelles énergies, Florence Lambert prend la tête de la nouvelle structure Genvia, destinée à faire émerger une gigafactory d'électrolyseurs d'ici 2025.
Après avoir dirigé le CEA-Liten depuis 2013, l'un des principaux centres de recherches européens dans le domaine des nouvelles énergies, Florence Lambert prend la tête de la nouvelle structure Genvia, destinée à faire émerger une gigafactory d'électrolyseurs d'ici 2025. (Crédits : DR/Pierre Jayet)
LA CONQUETE HYDROGENE, épisode 7. Elle venait de quitter les commandes du CEA-Liten en toute discrétion, au terme d’une vingtaine d’années passées au sein de la "maison" : l’ex-directrice générale Florence Lambert vient d’être officiellement nommée au poste de présidente de l'entreprise Genvia, la nouvelle joint-venture en cours de création par plusieurs partenaires, dont le chimiste Schlumberger New Energy ainsi que le CEA. Objectif : impulser le transfert industriel d’une nouvelle technologie disruptive d'électrolyseur, développée par le centre de recherche grenoblois.

Elle souhaite prendre des positions offensives sur le marché de l'hydrogène. La joint-venture Geniva, en cours de constitution, après avoir obtenu le feu vert de la Commission Européenne il y a quelques jours, se structure pas à pas. Ce lundi, ses partenaires, dont le chimiste Schlumberger New Energy ainsi que le CEA, mais également le cimentier Vicat, le constructeur Vinci, et l'agence AREC Occitanie ont dévoilé une brique de sa future gouvernance.

Et sans grande surprise, celle-ci se base sur un profil issu de 20 années d'expérience dans le domaine des nouvelles technologies énergétiques, qui n'est autre que l'ex-directrice générale du CEA Liten, Florence Lambert. Celle-ci venait de laisser sa place à François Legalland, son ancien directeur adjoint, aux commandes du centre de recherche destiné aux nouvelles énergies, basé à Grenoble.

Lire aussi : L'arc alpin se rêve comme le nouveau poumon de l'hydrogène

Florence Lambert avait elle aussi rejoint les rangs du CEA dès février 2000, après avoir assumé différentes fonctions managériales au sein du domaine des énergies renouvelables. Elle avait finalement pris la tête de l'institut...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2021 à 15:29 :
Mais oui elle a un visage resplendissant ne vous en faites pas on ne peut que le voir... :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :