La région Auvergne-Rhône-Alpes mise sur la filière hydrogène

Chambéry, élu territoire d'expérimentation de la mobilité à hydrogène, a inauguré une route solaire alimentant une borne de recharge de vélos et une autre pour voitures électriques. Une innovation qui s'intègre dans le programme Zero Emission Valley dans lequel la Région va investir 15 millions d'euros.

5 mn

Ilustration d'une route solaire Wattway à Tourouvre.
Ilustration d'une route solaire Wattway à Tourouvre. (Crédits : COLAS-Yves SOULABAILLE)

Article publié le 29 janvier 2018, mis à jour le 27 juin 2018.

Une avenue aux allures de route du futur. La portion de route solaire, inaugurée le 16 juin 2018 à Chambéry, suscite déjà curiosité et convoitise chez les voisins de la ville savoyarde.

D'apparence, le tronçon ne semble pas si innovant : il en existe une vingtaine en France. Mais sa particularité, c'est le double emploi de l'énergie emmagasinée par les panneaux solaires.

"Il s'agit de la première route solaire qui alimente à la fois une borne de recharge de vélos à énergie hydrogène et une borne de recharge de voitures électriques", lance fièrement Xavier Dullin, président du Grand Chambéry et de Chambéry grand lac économie.

Ce revêtement routier, prénommé Wattway, a été installé par le groupe Colas en collaboration avec l'Ines (Institut national de l'énergie solaire) et financé par un consortium d'acteurs publics. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) a apporté 112 000 euros, la Région Auvergne-Rhône-Alpes 50 000 euros et le reste de l'addition a été réglé par Chambéry grand lac économie, soit 33 000 euros.

Une facture globale lourde pour l'installation de 68 m² de panneaux solaires, mais qui reste pour le moment expérimentale. Le bassin chambérien ne prévoit pas de nouvelles implantations de ce type pour l'instant.

"Le projet pourra aller plus loin si des démonstrateurs industriels s'intéressent à notre territoire. C'est notre objectif maintenant", songe Xavier Dullin.

Mais cette portion de route n'est qu'un élément d'un plan régional de lutte contre la pollution dans la Vallée de l'Arve beaucoup plus large, dévoilé le 24 février 2017 par Laurent Wauquiez. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes affirmait vouloir en faire "un modèle sur la question de la pollution de l'air".

Ce plan mobilisant 45 millions d'euros contient un volet de soutien au développement des énergies propres, et en particulier à la filière hydrogène au travers de la Zero Emission Vallée (ZEV).

Le dilemme de l'œuf et de la poule

Classé à la première place dans le tableau de Mendeleiev, l'hydrogène (H) est l'élément chimique le plus abondant dans l'univers. Sa combustion génère une forte quantité d'énergie et a la particularité d'être non carbonée. De plus, l'énergie ainsi produite est stockable sur longue durée dans des piles à combustibles, pouvant être utilisées comme carburant pour des véhicules.

Jusqu'à présent, la filière hydrogène faisait face au dilemme de l'œuf et de la poule. D'un côté les constructeurs refusent de fabriquer des véhicules tant que l'Etat ne s'engage pas à mailler le territoire en stations de recharge hydrogène, et de l'autre l'Etat refuse de débloquer des fonds tant qu'il n'y a pas de voitures à hydrogène.

La Région va investir 15 millions d'euros dans la Zero Emission Vallée

C'est pour trouver une issue à cette impasse que la Région a mis en place le programme Zero Emission Vallée, qui prévoit la création de 20 stations de recharge à hydrogène d'ici 2020. Elles devraient notamment être installées à Grenoble, Valence, Lyon ou Clermont-Ferrand.

Autre volet du plan : une aide au financement d'une flotte de 1 000 véhicules à pile à combustion, dont 50 dans l'agglomération chambérienne. Pour l'instant, aucun véhicule n'a encore été déployé mais le président du Grand Chambéry affirme que les collectivités vont prochainement s'engager dans le projet.

La ZEV repose sur un modèle d'économie mixte associant la Région à des entreprises privées comme Michelin ou Engie. Son budget global s'élève à 70 millions d'euros sur 10 ans. La région Auvergne-Rhône-Alpes investira 15 millions d'euros, sous la forme de subventions et de prise de participation.

Une  "prime véhicule propre" pour les professionnels absorbera notamment le surcoût d'achat d'un véhicule non polluant. Pour l'achat d'un véhicule à hydrogène, cette prime peut aller jusqu'à 12 000 euros.

L'origine de ces financements : l'appel à projet européen Blending call 2017 remporté par la ZEV en décembre 2017, lui permettant de profiter de 10,1 millions de fonds européens. Lors de ce même appel à projet, Chambéry a été choisie pour être le territoire d'expérimentation de la mobilité à hydrogène.

"Tous les ingrédients sont réunis : nous avons l'entreprise Atawey qui fabrique les bornes hydrogène pour les vélos et les voitures, une filière professionnelle bien en place avec plusieurs constructeurs automobiles et un centre de formation qui travaille sur les moteurs à énergies propres", précise le président du Grand Chambéry et de Chambéry grand lac économie.

D'ici 2019, une station produisant de l'énergie hydrogène devrait voir le jour sur une parcelle de 1 000 m², à côté de la voie rapide. La Région finance 20% de cette installation, le reste étant assuré par des acteurs privés comme Michelin, Engie et d'autres partenaires locaux.

Le développement des vélos à pile combustible est également à l'agenda de l'agglomération de Chambéry. Une cinquantaine de deux roues rattachés à des bornes sont déjà en fonctionnement.

La vallée de l'Arve particulièrement touchée par la pollution

Ces dernières années, la région Aura a été particulièrement touchée par des épisodes de pollution accrue. De 2011 à 2015, la vallée de l'Arve est arrivée en deuxième position, derrière le bassin Lyonnais et Nord Isère, du nombre de jour d'activation des dispositifs d'alerte et d'information à la pollution.

Pour cause, la vallée concentre dans un espace étroit de nombreuses activités polluantes comme le décolletage et la mécatronique. Des milliers de personnes ont ainsi été exposées à des taux de microparticules dépassant ceux de certaines mégalopoles.

L'expérimentation des dispositifs prévus par la Zero Emission Vallée concerne les cinq communautés de communes de la Vallée de l'Arve. Les premières actions économiques et réalisations de stations à hydrogène se concrétiseront dès la fin de l'année.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.